The supremacy of the Muggles ends here.
Voldemort a ouvert les portes de l'Enfer et contrôle le gouvernement anglais. Sa suprématie ne s'arrêtera pas là. Avec la source de la magie noire à ses côtés, il s'apprête à mettre la main sur tous les continents. Son objectif : soumettre les moldus et les traîtes à leur sang. L'aiderez vous dans ce combat ou rejoindrez-vous la coalition internationale ?
RéglementContexteBottinsLes groupesLes créatures jouablesScénarii et Postes vacantsInvités
A savoir
# Juin 97 : Dumbledore meurt par la main de Severus Rogue
# Eté 97 : Voldemort prend le contrôle du gouvernement
# Septembre 97 : La Coalition Internationale reprend du service et une nouvelle année scolaire démarre sous la domination des Carrow
# Décembre 97 : Voldemort redonne sa liberté avec Seytan et passe un pacte avec ce dernier
# Nous sommes en mai 1998
Contexte
C'est une terrible annonce qui secoue le monde des sorciers : Dumbledore est mort, assassiné par Severus Rogue. Le plus grand mage noir de tous les temps en profite pour mettre la main sur le ministère de la magie. Son objectif : purifier la race sorcière et faire des moldus ses esclaves. Mais son empire ne s'étant qu'aux frontières de la bonne vieille Angleterre. Le monde entier doit être nettoyé. Pour cela, Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom est en quête de la source même de la magie noire. Le Necronomicon, le livre des monstres et des morts, le mène devant les portes de l'enfer, qu'il laisse grandes ouvertes...
Evénements
Ego vero sic intellego, Patres conscripti, nos hoc tempore in provinciis decernendis perpetuae pacis habere oportere rationem. Nam quis hoc non sentit omnia alia esse nobis vacua ab omni periculo atque etiam suspicione belli ?
Duplexque isdem diebus acciderat malum, quod et Theophilum insontem atrox interceperat casus, et Serenianus dignus exsecratione cunctorum, innoxius, modo non reclamante publico vigore, discessit.
Blackout
everything is falling apart

Partagez | 
 

 - I don't care how you do it - (Lahhel et Elen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Messages : 112
Date d'inscription : 22/01/2017
avatar

I don't care how you do it

Lahhel & Elen



Lahhel n’était décidément pas doué pour le tact humain. Il s’en rendit bien compte avec les mots que prononça Elen. Ce n’était pas du tout ce qu’il avait voulu dire. « Pour si peu » ne faisait pas référence à leur relation naissante, mais à son propre égo. Il perçut une forme de tristesse dans le regard de la sorcière. Ce à quoi il répondit par un sourire doux et encourageant. D’un geste beaucoup moins maladroit qu’on aurait pu s’y attendre, il passa furtivement une main dans les cheveux d’Elen. Puis, comme si de rien n’était, il clama haut et fort ce que l’attraction terrestre lui faisait penser. Quelle faiblesse alléchante.

- Bien, le repas n’attend pas, allons faire quelques emplettes.

Avec dynamisme, il ouvrit la marche vers le magasin qu’il avait repéré auparavant. Osons le dire, c’était bien la première fois que Lahhel faisait réellement les courses. Vivre à Poudlard avait de nombreux avantages, dont celui d’être nourri au frais de la princesse. Comment l’école pouvait-elle rentrer dans ses dépenses avec tout ce qu’elle dilapidait en terme de nourriture était un secret dont même les anges n’avaient pas la réponse. Quoi qu’il en soit, on ne pouvait pas mourir de faim dans ce château. Autre particularité qui l’avait poussé à ne jamais échanger un galion contre une miche de pain : son métabolisme. Il n’avait presque jamais faim, tout reposait avant tout sur la gourmandise et l’attention qu’il portait à maintenir sa couverture de professeur banal. Cela dit, il s’était lui-même surpris à fixer un peu trop longtemps des glaces dégoulinantes de sucres et de cholestérol. Pouvait-on perdre ou gagner du poids lorsqu’on était Archange ? C’était une bonne question. Il aurait peut-être un jour la réponse qui sait.

Déjà pour un humain, l’odeur des supermarchés n’est pas des plus faciles à vivre : la senteur de la crasse, mélangée au parfum sucré des fruits et des pâtisseries, passant par l’essence du jus de viande mariné, non loin des produits ménagers. N’essayez même pas d’imaginer ce que ça donnait pour Lahhel. Il avait parfois encore un peu de mal à faire abstraction de tout ce que ressentait son corps en même temps. Trop d’éléments autour de lui lui donner de temps en temps des migraines à se taper la tête contre un mur. Une grande inspiration, un esprit le plus vide possible et l’effort de se concentrer sur une seule chose à la fois étaient souvent très aidants. Sentant la migraine germer, il attrapa instinctivement la main d’Elen, comme un enfant se raccrocherait à un parent dans une situation à risque. Le contact de la peau de la jeune femme eut un effet positif sur sa personne. Il ne pensa plus qu’à ça pendant de longues secondes, tout en essayant de faire bonne figure. Loin de lui l’idée de rajouter une couche sur ses bizarreries déjà bien trop nombreuses. Elen, sans le savoir, fut plus efficace que le paracétamol. Un vrai patronus humain. Lahhel reprit contenance et un peu plus de couleur. Voilà donc une des raisons en plus qui le poussait à ne pas se laisser glisser dans le consumérisme.
Une fois le trouble passé, Lahhel se dirigea instinctivement vers les produits frais qui lui semblaient les plus sains : fruits, légumes, noix, etc.

Sans vraiment s’en rendre compte lui-même, Lahhel évitait tout produit provenant de l’exploitation animale. Il fronça même le nez en passant devant le rayon boucherie. À vrai dire, les deux comparses s’étaient éloignés de Pré-au-Lard. Là où ils étaient, il n’y avait pas grand-chose de magique. Dans son ignorance des aspects pratiques de la vie humaine, Lahhel n’avait pas pensé à prendre un panier, se retrouvant donc les bras chargés comme un baudet. Un coup d’œil à ses futurs achats lui fit foncer les sourcils.

- Je ne sais pas trop quel repas on peut faire avec tout ça… Une salade peut-être.

La salade… Pas sûr qu’Elen ait envie de ça. Avec détermination, il s’avança vers un panier libre, lâcha tout ce qu’il avait entre les mains et se faufila une nouvelle fois dans les rayons. Il ressemblait plus à un enfant attiré par tout ce qu’il voyait qu’à un adulte décidé.
Pâte brisée, pâte feuilletée, crème de chocolat, pesto, sauce tomate, curry et autres produits qui n’allaient pas du tout ensemble finirent par rejoindre les autres marchandises dans le panier.

- Mes talents de cuisinier sont quasiment inexistants. Avec tout ça, on finira bien par réussir à faire quelque chose de mangeable. J’aimerai bien goûter à de la pizza…

Autant dire que les deux « jeunes » gens n’étaient pas près de manger.

- J’ai oublié quelque chose ?, demanda-t-il à Elen d’un air perplexe alors qu’ils s’apprêtaient à régler leurs achats.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 115
Date d'inscription : 25/01/2017
avatar

I don't care how you do it

Lahhel & Elen





Elliot se servait aléatoirement – du moins en apparence – dans les rayons du magasin. Il n'y en avait pas un pour rattraper l'autre dans leur binôme. Même si elle ne parvenait pas à deviner l'idée qu'il pouvait avoir en tête, Elen le suivait sans chercher à le contredire. Les Américains et leurs recettes… ils pouvaient bien parler et ironiser sur la cuisine britannique, eux mélangeaient tout et n'importe quoi !
Lorsqu'il lui annonça enfin son projet de pizza, la sorcière baissa les yeux sur le contenu de leur panier et fronça les sourcils. A moins qu'il ne s'agisse d'une pizza au curry, Elen ne se sentait pas beaucoup plus éclairée. Qu'importe ! En le laissant choisir, elle s'était désolidarisée totalement de la responsabilité du repas, et il n'était pas question de mettre les pieds sur ce terrain aussi glissant pour elle… qu'il ne pouvait l'être pour Elliot.
L'esprit de la sorcière se projeta, en s'imaginant en couple puis en ménage avec Elliot. Le calvaire des courses hebdomadaire s'avérait bien plus pénible encore qu'il ne l'était déjà dans la majorité des foyers. Cela ne l'empêcha pas de sourire tout de même, amusée à l'idée de n'avoir que des aliments constamment disparate dans les placards. On ne s'ennuierait pas au moins, il fallait voir le bon côté des choses.


« Je pense qu'on y gagnera à commander directement, si vous voulez vraiment manger de la pizza ce soir, conclut finalement Elen en secouant la tête mi-désespérée, mi-attendrie par la dispersion dont il pouvait faire preuve.


Une pizza, c'était bien dans ses moyens, et en plus ça ne faisait pas de vaisselle. Un dîner pe romantique, mais sympathique. Quelque chose qui ferait baisser la pression, en fin de compte. Elen sembla parfaitement satisfaite de cette perspective.
Tandis qu'ils passaient à la caisse pour régler tout de même leurs achats, elle tâcha de le rassurer un peu quant à ses choix.


« On réussira bien à faire une salade avec tout ce que vous avez choisi, ne vous inquiétez pas. »



Assez naturellement, elle se plaça à ses côtés, enroulant son bras autour du sien. Ce simple contact suffisait à la faire sourire.
Sur le chemin du retour, la mémoire de la sorcière tirait la sonnette d'alarme en toute urgence. Son logement se trouvait dans un état catastrophique, non seulement à cause de l'incendie mais aussi par la faute de son absence de goût pour le rangement. Cependant, un petit diable invisible un peu lubrique lui murmurait que de toutes manières, le programme de leur soirée ne leur permettrait pas tellement de prêter attention au rangement de son appartement. Le petit ange censé le contrer ? Il acquiesçait d'un air un peu gêné.


De toute manière, Elliot devait bien se douter que derrière la tignasse emmêlée d'Elen devait se cacher une sorcière particulièrement désordonnée. Tout serait raccord, au moins.
Alors, lorsqu'ils se retrouvèrent de nouveau sur le Chemin de Traverse, redevenu désert du fait de la nuit tombante, elle ne chercha même pas à lui sortir une excuse bidon pour justifier le bazar dans lequel il s'apprêtait à mettre les pieds. Néanmoins, elle franchit devant lui le seuil du magasin, toujours protégé par un enchantement. Ignorant encore si elle avait affaire à un sorcier adroit ou gauche, il valait mieux effectuer ce parcours du combattant devant lui.


La boutique se tenait toujours là. Morne, fumante et grise, comme un vaste cimetière végétal. Elen se surprit à ne pas trouver Gamora du premier coup d'oeil. Elle imagina dans un premier temps la petite Botruc bouder dans un coin, râlant d'avoir été laissée pour compte toute une journée. Cela dit, ça ne lui ressemblait pas. La créature avait son caractère mais tout de même, sauter sur les épaules des gens la caractérisait bien mieux.
L'herboriste la chercha des yeux, l'appela à plusieurs reprises sans résultat. Quelque chose clochait. Une impression d'être observée s'immiscait en elle. Prudemment, Elen inspecta le reste des rayons, pas à pas, se séparant malencontreusement d'Elliot. Il y avait quelque chose d'inquiétant dans l'air. Au sol, l'herboriste remarqua une dispersion dans la terre et la poussière… une irrégularité formant … Des traces de pas, il n'y avait pas à douter !
Un vent de panique gonfla les poumons d'Elen, se répendant dans ses veines à vitesse grand V. Si le ministère avait poussé le vice jusqu'à inspecter les lieux en son absence ? L'incendie était loin d'avoir détruit tout élément compromettant ! Au contraire, il n'avait ravagé que les étagères où se trouvaient les plantes et ingrédients qu'ils avaient exigés. De là à se faire accuser de sabotage, il n'y avait qu'un pas !


Cherchant à rejoindre rapidement Elliot, quelques rayons plus loin, elle tourna les talons. Elle n'eut pas le temps de faire deux pas, tête baissée sur la piste des empruntes au sol, qu'elle se heurta à quelque chose… ou du moins quelqu'un. Quelqu'un avec un long manteau beige, et une stature aussi haute qu'Elliot mais avec une aura autrement plus négative. Un cri de surprise, le fracas des sac de courses qu'elle venait de lâcher en sursautant. Elen n'eut pas le temps de plaquer les mains sur sa bouche que l'intrus avait déjà disparu, envolé comme une ombre.


Un juron lui échappa avant qu'elle n'appelle Elliot. Maintenant que l'intrus n'était plus là, la sorcière n'avait plus tellement peur qu'une angoisse monstre de passer pour une folle.


« Il y avait quelqu'un. Je vous dit il y avait quelqu'un ici. Damned il y avait quelqu'un. Vous l'avez vu, dîtes-moi que vous l'avez vu. »


Le seul bon point, c'est qu'une fois cet étranger reparti, c'est Gamora qui fit irruption, sortant enfin du pot dans lequel elle s'était planquée. La botruc s'agrippa dans ses longs cheveux, piaillant dans tous les sens, furieuse d'avoir été abandonnée de la sorte face au danger.







DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 112
Date d'inscription : 22/01/2017
avatar

I don't care how you do it

Lahhel & Elen

Elen avait clairement l’air amusé par la manière peu orthodoxe de Lahhel de faire les courses. Amusée, oui, mais pas convaincue. Lahhel, malgré son innocence aveuglante, s’en rendait compte. C’était dans ce genre de situation que l’Archange trouvait les humains assez incroyables. Les pauvres, ils avaient un tas de tâches et de sensations à supporter et à rassasier. Rien que ça, c’était fatigant. Plus les obligations sociétales… De quoi devenir fou de temps en temps. Lahhel, lui n’avait pas connu ce genre de préoccupation de toute son existence. Il se rendait compte à quel point c’était une chance d’être Archange. Certes, il y avait des responsabilités, des images atroces à endurer, de l’espoir à embraser, mais il n’avait pas à avoir la terrible sensation d’un estomac qui se tord de faim ou de stress.

- Une salade ou du grignotage, il parait que c’est tendance. Mais commander, ça reste une meilleure idée que tout ça.

Soudainement, il se sentit un peu coupable d’avoir dépensé et acheter autant. Autant de choses qui allaient sûrement leur laisser sur les bras. Pour régler ce problème éthique, Lahhel se promit de reprendre les restes pour les distribuer aux démunis dehors. Le gaspillage n’était pas une option.

Lahhel avait hâte de se retrouver dans l’antre d’Elen, d’en découvrir un peu plus sur la jeune femme. Bien souvent, le lieu de vie donne de bons indices sur la personne que l’on a en face. Quelques secrets, quelques passions dévoilées. Et sur Elen, si Lahhel en avait la possibilité et surtout l’autorisation de la sorcière, il voulait tout connaître, tout savoir d’elle. Lahhel avait donc hâte. Néanmoins, il ne voulait pas montrer son impatience à la sorcière qu’il avait devant les yeux. Il savait que s’il se montrait trop envieux, il allait l’oppresser sans même le vouloir et peut-être même devenir une source d’angoisse. Et ce n’était pas du tout son intention.

Une fois les achats réglés, ils furent vite de retour dans l’appartement de la demoiselle. Toujours aussi en ruine, le magasin ne payait pas de mine. S’il n’avait pas eu les bras chargés de la sorte, Lahhel aurait volontiers pressé ses doigts contre le poignet chaud d’Elen pour lui signifier son soutien. Mais la jeune femme était bien plus forte qu’elle ne le laissait paraître. Lahhel avait déjà pu apercevoir son caractère vif et farouche. Elle n’était pas de ces personnes qui se laissaient marcher sur les pieds, c’était évident. Elle avait son petit caractère, et ne cachait pas ses opinions ou ses critiques. Lahhel avait déjà pu en être victime pas plus tard que quelques minutes auparavant, et ce n’était pas la première fois. C’était aussi ça qu’il appréciait chez elle : elle était franche. Aucune fausseté, aucun faux-semblant avec elle. Elle n’avait pas l’air de trahir ses opinions. À côté d’elle, Lahhel pouvait même se sentir comme un piètre menteur qui enchaînait invention sur invention pour sortir des mailles des filets qu’on lui tendait au quotidien. Pas de chances pour lui, il n’était pas l’homme le plus doué pour de telles acrobaties. Et puis, malgré tout ce qu’il avait pu dire auparavant à Elen – et qu’il pensait fortement tout de même – il s’en voulait un peu de ne pouvoir être aussi sincère qu’elle a son propre sujet.

Lahhel avait lâché les quelques cabas qui lui encombrés les mains. Elen, elle s’était déjà éclipsée à la recherche de Gamora. La petite botruc était restée discrète et Lahhel s’était même étonnée de ne pas l’avoir vu se fondre sur lui, dans le but de se réfugier dans ses boucles noires. L’Archange laissa la sorcière faire le tour du propriétaire pour la retrouver tandis que lui-même déballait les cabas. À chaque nouvel article sorti, il désespérait de voir toutes les choses qu’il avait prises et qu’il ne savait pas cuisiner. Elen avait raison, commander était la meilleure option.

Avant même qu’Elen ne pousse son juron, Elliot s’était redressé. Un sentiment familier l’avait envahi. Son attention était étrangement attirée vers un point particulier de la boutique. Comme un radar à l’affut, tous ses sens étaient en alertes. Un fil invisible le relier à un autre être dans cet espace. Il se sentait proche de lui. Comme relié à un ami, à un frère.
Lahhel n’eut pas le temps d’analyser un peu plus le sujet qu’Elen déboula comme un boulet de canon d’entre les rayons. La panique se lisait sur son visage et son discours était précipité, anxieux. L’Archange l’agrippa par les épaules. Ses traits étaient tirés. À aucun moment l’idée de prendre Elen pour une folle ne lui vint à l’esprit. Bien au contraire.

- Un homme ? Comment était-il ? Où est-il apparu ? Montrez-le-moi !

Dans la voix de Lahhel, on pouvait entendre une certaine autorité mêlée à l’envie de rassurer la sorcière. Son pressentiment – et surtout ses sensations d’Archange – lui donnait déjà une piste de réponse. Elle lui faisait peur, dans un sens, mais il voulait en avoir le cœur net.

- C’est sûrement le pyromane qui est revenu sur le lieu du crime. Faites-moi part de tout ce que vous avez vu, entendu, senti, etc.

Lahhel arrima son regard dans celui d’Elen. Il la sentait fébrile, mais il ne doutait pas qu’elle était plus forte que ça. Avec délicatesse et sans vraiment y réfléchir, il déposa son pouce sur sa joue et la caressa doucement.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 115
Date d'inscription : 25/01/2017
avatar
@Elen Slughorn a écrit:

I don't care how you do it

Lahhel & Elen





Tout allait trop vite pour Elen. La disparition de Gamora, les empreintes de pas, l'intrus dans ses rayons et maintenant Elliot qui la harcelait de questions. Après la journée, ses émotions n'étaient plus capables d'apporter une réaction à tout ce qui se passait autour. Elle resta un instant fixée dans le vide, tandis qu'elle assimilait péniblement que celui qui aurait bien pu la tuer se trouvait là, quelques instants plus tôt.
En fait, elle n'avait aucune preuve que ce fut bien lui. Cet étranger aurait aussi pu être un voleur profitant du chaos ambiant pour entrer. Mais une impression tenace persistait en elle, un sentiment trop fort pour être totalement négligeable.
Curieusement, ce n'était pas pour sa vie qu'elle s'en faisait. Enfin si, mais pas en premier lieu. Ce n'est qu'alors qu'Elliot revint soudainement dans sa réalité. L'état de crise était lancé, et la sorcière ne priait que pour obtenir un peu de calme, un peu de rigueur pour clarifier la situation. D'un air profondément préoccupée, elle chassa les mains d'Elliot de son visage, comme on chasse un insecte qui vole trop près, sans réellement prendre conscience de ses intentions réellement bienveillantes.


« Je vous en prie Elliot, ce n'est pas le moment. Il faut se concentrer sinon on ne va pas s'en sortir. »



Yeux fixés au sol sur les restes de larges empreintes de pieds, elle en déduisit la réponse à la première question du sorcier.


« Un homme, oui. C'était un homme. J'en veux pour preuve la taille de ses chaussures. Il était si grand… Je ne sais pas Elliot… Son visage, je n'ai même pas eu le temps de le voir. »


Elle ferma les yeux quelques instants, paradoxalement pour mieux revoir la scène qui se jouait un instant plus tôt. Cette impression étrange de ne pas se sentir chez soi alors qu'on rentre dans son foyer. Ce mal-être qui semblait émaner de l'intrus, comme si ses états d'âmes étaient contagieuses. Dans l'obscurité, un nouveau détail physique émergea de sa mémoire immédiate.


« Des yeux clairs, sûrement bleus. De jolis yeux, d'ailleurs. Très beaux, très pâles, très intenses, très séduisants, très… enfin bref. Un peu comme les votres en fait, quand on y réfléchis.
Il portait un long manteau, se reprit-elle en s'entendant divaguer, une longue veste comme un trench-coat… marron, beige peut-être. Un truc de bobo, un truc que pourraient porter les gars qui travaillent au ministère. »


Elle redressa soudainement la tête, plus dépitée qu'à son habitude.


« Merde, merde, merde, merde, merde, merde, merde » marmona-t-elle à toute allure en se dirigeant tête baissée vers le comptoir du magasin.


Elle sembla plonger toute entière dans un carton placé en-dessous de la caisse. Une nuée de poussière s'envola autour d'elle quand elle en sortit plusieurs ouvrages. Cette saleté la rassura un moment. Des fausses couvertures pour cacher des faux comptes, une astuces moldue qui ne craignait aucun sortilège de révélations. Ils étaient toujours là, les comptes, les petites mixtures qu'elle préparait clandestinement. Le bon point de la journée se situait là : le Ministère, aussi curieusement que ce fut, n'avait rien à voir là-dedans. Elen souffla profondément en passant une main sur son front humide. La situation aurait put être bien pire.
Son attention se focalisa alors sur la réalité immédiate. Cette dimension banale mais rassurante.


« On… On va laisser ça de côté…
dit-elle en désignant le bazar qui régnait dans la boutique. Je verrais à demain, poursuivait-elle en planquant avec précaution le carton sous la caisse. Allons dîner plutôt… Qu'en pensez-vous Elliot ? Le type est parti, de toutes manières... et pour l'instant, j'ai juste envie de passer cette soirée avec vous. »


Elen lui sourit d'un air distrait. Tout ceci ne devait pas prendre l'aval sur la présence du sorcier. L'herboriste était bien trop râvie de l'accueillir pour l'ennuyer avec ces histoires-là.

« Suivez-moi ! Lança-t-elle joyeusement après avoir ramasser et rassembler les courses.
Elle prit la direction de l'arrière-boutique où se dissimulaient des escaliers en colimaçons. Ces derniers menaient à l'étage, la véritable « antre » de la sorcière.
Son petit appartement comptait une salle de bain et une grande pièce remplissant les fonctions de cuisine, salon et chambre. Une bibliothèque, quelques vivariums de ci de là, des posters et des étagères inondées de petits bibelots et de figurines colorées habillaient ces murs vieillots. De la culture sorcière, de la culture moldue… Il y avait de tout, de rien dans cette pièce qui semblait être l'intérieur d'un cerveau, tant les idées qui s'y bousculaient étaient disparates.


« Posez-tout là, lui indiqua-t-elle en montrant vaguement les éléments formant sa cuisine.


Pour sa part, elle éventra quelques emballages et d'un coup de baguette, les ingrédients se mirent à circuler dans les airs, préparant ce qui s'apparentait à un apéritif assez aléatoire.


« Installez-vous, faites comme chez vous Elliot. »




DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 112
Date d'inscription : 22/01/2017
avatar

I don't care how you do it

Lahhel & Elen

Elen était comme un feu follet : toujours agité, on s’y brûlait lorsqu’on y touchait. Alors que Lahhel tentait de la calmer, de la rassurer, elle le repoussa. Lahhel ne s’en offusqua pas. Pas besoin d’être observateur pour voir que la demoiselle ne pensait pas à mal. C’était plutôt lui qui la déconcentrait sans le vouloir. Il la laissa donc prendre ses aises afin qu’elle réfléchisse à ce qu’elle avait vu. Elle lui donna quelques informations, mais très peu pour lui permettre d’obtenir une véritable piste. Ok, ce type était grand, s’habillait comme un bourgeois et avait des yeux bleus. Lahhel avait connu mieux comme indice. Son flair ultrasensoriel se montrait plus utile. L’aura qu’il sentait dans la maison n’appartenait pas à un humain. Une nouvelle fois, Lahhel eut une sensation familière, étrange, une de celles qu’il avait eues auparavant dans la même journée. Il dut fouiller pendant quelques secondes dans les tréfonds de son cerveau pour faire le lien. La brûlure d’Elen ! Alors qu’elle s’était éloignée et qu’elle lui intimait de faire comme chez lui, Lahhel revint vers elle d’un pas déterminé et le visage fermé. Sans lui en demander son autorisation, il attrapa le bras amoché. Il avait si bien fait son travail que la signature du coupable avait presque totalement disparu. En passant ses doigts sur la brûlure, il put cependant en ressentir les restes.

Ses yeux se relevèrent vers le visage d’Elen. Malgré sa pulsion intérieure pour le calmer lui-même, il parla avec bien trop de précipitation pour paraître parfaitement assuré.

- Vous ne pouvez pas rester ici seule Elen, c’est trop dangereux. L’homme que vous avez aperçu et sans doute le coupable du feu qui a détruit votre magasin. Il n’a pas fini le travail cette fois-ci, mais il reviendra sûrement. Je n’aime pas être alarmiste, mais quoi que vous disiez, par avance, je refuse de vous laisser seule ici.

Sa voix était devenue ferme, dure et autoritaire sans qu’Elen ne soit vraiment en cause. Ce qu’il ressentait ? La peur, l’inquiétude. Il craignait pour la femme qu’il avait face à lui. Son cœur s’était accéléré lorsqu’il avait compris que tout était lié, que quelqu’un lui en voulait au point de détruire tout ce qu’elle avait construit. Il avait peur pour elle et ses mains étaient devenues moites. Ce manque d’air, cette boule dans le ventre, ce cœur qui s’acharne, cette chaleur qui envahit ses joues,… Il ne se souvenait pas d’avoir déjà ressenti tout ça en même temps. Ces sensations étrangères rajoutèrent une couche d’inquiétude à tout ce qui s’était éparpillé dans son esprit. Son regard fuyant pendant quelques minutes, espérant calmer l’égoïsme de ses organes vitaux qui n’en faisaient qu’à leur tête. Cependant, lorsqu’il reposa les yeux vers le jeune femme, l’idée qu’on lui fasse du mal se répercuta à nouveau dans son esprit. C’en était presque douleur physiquement. Cette humaine, il s’y était trop attaché pour qu’il permette ça. Oh non, jamais !
Une pulsion, venue du tréfonds de son abdomen, de son bas-ventre même peut-être, le poussa à réemprisonner le visage d’Elen dans ses mains et sans même comprendre lui-même d’où lui venait tout cet élan, il embrassa la sorcière avec vigueur.

L’étreinte fut brève. Dès qu’il prit conscience de ce qu’il était en train de faire, il rendit sa liberté à Elen. Son regard était voilé de culpabilité.

- Je suis désolé, je comprends pas… je sais pas trop pourquoi… j’ai juste….

« imaginé que vous disparaissiez, que je ne vous verrai plus ». Cette simple phrase réveilla la pulsion qui restait en alerte. Lui qui lui avait dit qu’il sortirait de sa vie si elle ne l’acceptait pas comme il était, voilà qu’il refusait l’idée qu’elle se dérobe à lui, que quelqu’un la lui arrache. C’était égoïste d’avoir de telles pensées et l’égoïsme n’était pas dans ses habitudes. Elen était la source de bien des étrangetés chez lui.

Prenant un peu plus de distance, il se racla la gorge, comme pour effacer cet élan venu de nulle part. Trop préoccupé par la révélation qu’il avait eue, il n’avait pas fait attention à la pièce dans laquelle elle l’avait emmené. Il leva la tête pour contempler chaque objet de ce lieu incongru. Cette tanière semblait chaleureuse et pleine de surprise, à l’image d’Elen finalement.

« J’ai juste envie de passer cette soirée avec vous », lui revint en tête et un sourire étira ses lèvres malgré lui. Entre la satisfaction et l’inquiétude, il ne savait où donner de la tête. Obéissant à Elen, il alla chercher le reste des courses qu’il posa là où elle lui avait indiqué. Penaud, il resta là, debout dans la pièce, ne sachant comment se mettre à l’aise après l’accès de confiance qu’il avait eu.

L’angoisse, elle, s’était logée au creux de son estomac. La nécessité de ne pas la laisser seule ne s’était pas évaporée et il espérait qu’elle comprendrait la situation.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 115
Date d'inscription : 25/01/2017
avatar

I don't care how you do it

Lahhel & Elen





Elliot semblait être une source d'énergie auto-alimentée. Il courrait, veillait, réagissait avec une intensité et une endurance tout à fait extraordinnaire. Elen songea un instant que s'il faisait tout avec la même impétuosité, la soirée ne tarderait pas à s'avérer très intéressante. Penser à autre chose, c'était bien la dernière chose qui restait à la jeune femme pour ne pas virer totalement parano. Toutefois, elle n'aimait pas l'idée qu'il ne la prenne pour une petite chose fragile à protéger… qui avait besoin d'être protégée. Elliot était étrangement mignon lorsqu'il prenait les devants, quand il tentait une percée autoritaire, mais l'herboriste n'aimait pas du tout la tournre des événements. Elle n'était pas du genre à se laisser attendrir quand son indépendance se voyait menacée de la sorte. Sa voix pouvait être ferme, elle n'impressionnait pas suffisamment Elen pour qu'elle n'accepte sans broncher.


« Je vous arrête tout de suite Elliot. Même si le sous-entendu est louable, je n'ai pas besoin d'un garde du corps ici. Je vis seule depuis plus de dix ans, et cela n'a jamais posé de problème… et je pense très sincérement que si j'avais dû être tuée, la chose aurait déjà était soldée. Je veux dire, je dois être une cible excessivement facile pour n'importe qui, alors si je suis encore là, c'est que cet incendiaire n'a rien contre moi, personnellement. C'est adorable de votre part de vous soucier comme ça de ma sécurité, mais de même, quoi que vous disiez, je refuse que vous ne vous mettiez à veiller sur moi comme si j'étais une enfant. Et ce n'est pas négociable. Si ça ne vous convient pas, et bien j'en serais désolée pour vous, mais ça ne changera rien.»


Lorsqu'il inspecta une nouvelle fois son bras, sur lequel il ne restait plus grand-chose à voir, d'ailleurs, elle le laissa faire sans trop s'interposer. Le jeune sorcier était clairement sur une piste qu'il ne souhaitait pas partager. Sans doute par manque d'avancement… Mais Elen ne s'intéressait plus tellement de tout cela, à cet instant. Après avoir mit les choses au clair, elle n'avait pas envie de se prendre la tête plus longtemps Elle hochait la tête avec distraction en posant sur lui un regard amusé. Elliot était sur tous les fronts, son esprit tournait trop vite pour qui que ce soit, apparemment, même pour lui.. Il était aussi anxiogène qu'attachant en se rendant malade d'inquiétude de la sorte.
Après la frayeur de l'inconnu dans le magasin, la sorcière voulait juste passer une soirée et une nuit paisible, et positive, plutôt que d'enquêter sur cette « affaire. »


Ils montèrent à l'étage, qui abritait son logement. La sensation était probablement illusoire, mais c'était bien ici qu'elle se sentait le plus en sécurité. Elliot pouvait bien essayer, il ne la délocaliserait pas d'ici aussi facilement qu'il ne le croyait. Elle venait d'avoir si peur qu'elle préférait prendre les choses à la légère, pour le moment.
Pour l'instant, tout coulait sur elle, sans qu'elle ne cherche plus à avoir de prise sur rien. Se poser des questions, savoir si tel geste est approprié ou non, trop tôt ou pas… Elen ramenait chez elle un homme qu'elle avait vu deux fois, et prévoyait de passer la soirée et la nuit avec lui. N'était-ce pas un combat stérile que de chercher des réponses à tout cela ?


Quand il l'embrassa, elle se réjouissait de cet élan. Elle se laissa joyeusement faire, avec une sincère curiosité à son égard. Jusqu'où comptait-il aller tant qu'il ne rencontrerait aucune résistance ?
A peine l'eût-il étreinte qu'il mit fin à son geste. Elliot devait détenir une expérience considérable dans de nombreuses disciplines, mais pas dans celle-là. D'un autre côté, ça n'était pas pour déplaire à la sorcière de jouer les guides.


« De quoi avez-vous peur, Elliot ? Demandait-elle doucement, en soupçonnant aisément ses non-dits.


Avant qu'elle ne puisse ajouter quoi que ce soit, il avait déjà filé au rez-de-chaussée pour ramener les dernières courses. La sorcière secoua la tête avec un brin d'amusement face à l'éparpillement du sorcier.
Après qu'il eut remonté leurs derniers achats, elle l'observa d'un air taquin. Il était clairement mal à l'aise, sans doute à cause de ses propres élans. C'était un peu cruel, mais l'herboriste s'amusa à le laisser dans ce « pétrin » quelques minutes, sans rien ajouter. Quel homme insaisissable avait bien pu franchir le seuil de cet appartement ? Elle avait toute la soirée pour le découvrir un peu plus.


«Comptez-vous garder votre manteau sur le dos toute la nuit ? »
lui murmura-t-elle en l'attrapant gentiment par le col tout en le ramenant à elle. Un sourire, un clin d'oeil. Ses intentions n'auraient pu être plus claires.


Ses lèvres retrouvèrent les siennes avec le même enthousiasme que quelques minutes plus tôt. Sans rompre ce contact, Elen l'entraîna vers l'espace cuisine de l'appartement, où elle ne trouva rien d'autre à faire que de s'asseoir sur le comptoir. Elliot était si grand, que ce fut la seule option de la sorcière pour être à son niveau sans attrapper de sérieuses crampes, à se tenir constamment sur la pointe des pieds.
Elle l'embrassait, encore et toujours, sans que son envie n'en soit rassasiée ni que sa prise sur son col ne se désserre. Ses jambes se retrouvèrent déjà enroulées autour de lui, comme pour le piéger. Oui, c'était égoïste et curieusement possessif. Mais là n'était définitivement pas la question.


Sentimentalement, Elen n'était pas une personne excessivement mature. Elle était ce genre de personne à foncer lorsqu'une brèche se présentait, à battre le fer tant qu'il était chaud. Et si tout ça n'avait pas de lendemain ? Et bien, il lui en resterait au moins le souvenir d'une soirée, et c'était toujours infiniment mieux que rien du tout.


Pendant ce temps, les aliments continuaient leur chorégraphie sur le plan de travail derrière eux. La cuisine se faisait d'elle-même, et pour la sorcière qui n'aimait pas particulièrement préparer à manger, c'était une véritable bénédiction.



DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
- I don't care how you do it - (Lahhel et Elen)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» 03. We don't care about our bad intentions
» Astrid ▽ I love gossip and I don't really care about the environment.
» Les ONG, instruments des gouvernements et des transnationales ?
» More than half the long-term care health workers are Haitian or West Indian
» I'm gonna be released from behind these lies, I don't care whether I live or die. ₪ 14 mars, 13h27

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nécronomicon :: Le Londres sorcier :: Le chemin de traverse :: Boutique d'Elen Slughorn-