The supremacy of the Muggles ends here.
Voldemort a ouvert les portes de l'Enfer et contrôle le gouvernement anglais. Sa suprématie ne s'arrêtera pas là. Avec la source de la magie noire à ses côtés, il s'apprête à mettre la main sur tous les continents. Son objectif : soumettre les moldus et les traîtes à leur sang. L'aiderez vous dans ce combat ou rejoindrez-vous la coalition internationale ?
RéglementContexteBottinsLes groupesLes créatures jouablesScénarii et Postes vacantsInvités
A savoir
# Juin 97 : Dumbledore meurt par la main de Severus Rogue
# Eté 97 : Voldemort prend le contrôle du gouvernement
# Septembre 97 : La Coalition Internationale reprend du service et une nouvelle année scolaire démarre sous la domination des Carrow
# Décembre 97 : Voldemort redonne sa liberté avec Seytan et passe un pacte avec ce dernier
# Nous sommes en mai 1998
Contexte
C'est une terrible annonce qui secoue le monde des sorciers : Dumbledore est mort, assassiné par Severus Rogue. Le plus grand mage noir de tous les temps en profite pour mettre la main sur le ministère de la magie. Son objectif : purifier la race sorcière et faire des moldus ses esclaves. Mais son empire ne s'étant qu'aux frontières de la bonne vieille Angleterre. Le monde entier doit être nettoyé. Pour cela, Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom est en quête de la source même de la magie noire. Le Necronomicon, le livre des monstres et des morts, le mène devant les portes de l'enfer, qu'il laisse grandes ouvertes...
Evénements
Ego vero sic intellego, Patres conscripti, nos hoc tempore in provinciis decernendis perpetuae pacis habere oportere rationem. Nam quis hoc non sentit omnia alia esse nobis vacua ab omni periculo atque etiam suspicione belli ?
Duplexque isdem diebus acciderat malum, quod et Theophilum insontem atrox interceperat casus, et Serenianus dignus exsecratione cunctorum, innoxius, modo non reclamante publico vigore, discessit.
Blackout
everything is falling apart

Partagez | 
 

 Quand la potion est tirée, il faut la boire [Kurt + Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 20
Date d'inscription : 08/05/2017
avatar
6 mai 1998

Cette fois-là avait simplement été la fois de trop. Son père le harcelait toujours pour le travail, sa mère pensait qu'il était une fifille à marier, Evan en avait eu marre. Il avait écrit un hibou à son frère Kurt, lui demandant s'il pouvait l'héberger « le temps qu'il trouve un travail ».

Mais à peine Laugdanum, son hibou, fut-il sorti par la fenêtre, que la mère d'Evan vint à la porte pour lui parler d'une autre jeune femme issue d'une famille très bien et qui n'avait pas encore trouvé de mari.
Evan ne répondit pas. Il donna, en rage, plusieurs coups de baguette et ses affaires allèrent se ranger dans les différentes valises qu'il avait pu collectionner du haut de ses 25 ans. Une fois cela fait, il ouvrit la porte dans un grand fracas et s'exclama, à l'adresse de sa mère qui avait bondi loin de la porte : « C'est fini ! J'en ai marre, vous êtes pas prêts de me revoir ! Pousse-toi vieux hibou !  » Cette dernière gentillesse était adressée à son père, juste avant que Evan franchisse la porte d'entrée et transplane.

Un instant plus tard, il était devant la porte de l'appartement de son frère Kurt, avec 6 valises énormes. Il se rendit compte qu'il n'y avait que très peu de chances pour que le hibou ne soit arrivé avant lui et que son frère ne se doute qu'Evan cherchait un hébergement d'urgence. Le jeune sorcier réfléchit un instant, puis d'un coup de baguette, fit descendre ses valises jusque dans le hall de l'entrée. Il fallait mieux faire comme s'il ne considérait pas tout de suite avoir une invitation. D'ailleurs, est-ce qu'il en aurait une ?

Evan avait toujours veillé à garder quelques rapports avec ses frères. Il avait écrit bien plus souvent à Kurt qu'à leur aîné Max. Quand il s'était séparé, il avait écrit à Kurt pour l'informer qu'il vivrait désormais chez leurs parents pour quelques temps. Il ne s'était pas vraiment épanché sur toute la douleur qu'il avait pu ressentir et il n'avait pas l'impression que cela avait beaucoup intéressé son frère de toute façon. Mais globalement, ils étaient assez proches. Kurt savait également qu'Evan avait perdu son travail à force de ne pas y aller. Qu'en pensait-il ? Ce n'était quand même pas si grave…

Evan voulait juste être dépanné quelques temps, il y avait toutes les chances du monde que son frère accepte. Prenant son courage à deux mains, il toqua à la porte. À cette heure du soir, Kurt devait souper. Ce qui était dommage et malheureux, c'était qu'Evan ne sentait pas une bonne odeur de cuisine s'échapper de l'appartement. Car pour couronner le tout, il n'avait pas profité du dernier repas concocté par sa mère, et mourait de faim.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 227
Date d'inscription : 28/12/2016
avatar


Quand la potion est tirée,
il faut la boire

Feat Evan

Une fois n’est pas coutume, Kurt n’était pas dans son plus bel appareil. Des traces de sang s’étalaient sur son visage et sur ses avant-bras. Sa tenue n’était pas dans un meilleur état. La rafle de la journée avait été sportive.  Ne parlons même pas de la boue qui barbouillait sa peau. Son odeur devait être empreinte de sueur et de sang, et de bien d’autres phéromones étranges que les endroits les plus isolés d’Angleterre avaient laissées sur lui.
Ses yeux bleus ressortaient comme les flammes du diable sur ce visage zébré. Ses cheveux étaient aussi loin d’être soyeux. Un bout de branche y était coincé et il grimaça lorsqu’il le retira. Dans un bruit morbide, il fit craquer son cou et ouvrit ses yeux devant le miroir de la salle de bain. Aucun sourire, aucune expression. Cette rafle avait été un échec. Pas de raison de se réjouir donc. Que des raisons de s’en vouloir. Kurt ne fulminait pas. Il était même étrangement calme. Il avait été à deux doigts d’attraper ce type. Et il avait tout gâché. Comment cela s’était-il produit. Kurt en comprenait difficilement la moitié. Il se souvenait de la violence du choc lorsque son dos avait heurté le sol. Des jets de lumières étaient passés au-dessus de lui, si près que sa veste en avait été écorchée. Son souffle avait été coupé, son regard n’avait pu détacher les feuilles des arbres. Il avait été tétanisé.
De peur…

Et c’était bien ça qu’il voyait dans le miroir. Un type qui avait eu les chocottes. Ça ne lui arrivait jamais d’habitude. D’ordinaire, tout lui semblait être un jeu. Les rafles, les expériences, ses relations avec les gens. La vie était un jeu. Il l’avait toujours prise ainsi. C’était plus facile lorsqu’on ne ressentait rien à part les sentiments primaires. La peur, ce besoin instinctif de sauver sa peau, c’était aussi une réaction primaire. Cette preuve d’humanité en lui, elle ne lui plaisait pas. Toujours, il s’était senti supérieur, voir qu’il avait les mêmes faiblesses que le passant du coin n’était pas un bon signe.

Soudain, on frappa à la porte. Kurt se redressa. Ce son lui permettait d’échapper à ses lugubres pensées. Il passa devant la fourmilière dans laquelle il fit tomber quelques pucerons, puis se dirigea vers la porte.
Surprise ! Evan, en chair et en os était devant lui. Kurt fronça les sourcils avant que son visage ne s’illumine. Il ne se souvenait pas avoir un jour reçu son petit frère dans cet appartement. Un sourire éclaira son visage et chassa toutes ses précédentes frustrations.

- Evan ! Qu’est-ce qui t’amène ici ? Rentre, rentre ! s’exclama-t-il alors qu’il avait pris son petit frère par l’épaule pour le faire entrer.

Kurt et Evan avaient partagé que très peu de temps ensemble. Kurt savait tout l’amour que leur mère portait au plus jeune de la fratrie pendant que lui avait été l’enfant maudit par une mère presque effrayée de son rejeton. Il s’en fichait éperdument. Kurt, dès qu’il l’avait pu, s’était comporté en grand frère. Il aimait bien Evan. Il était l’une des rares personnes que Kurt se donnait la peine d’apprécier. Et la liste n’était pas longue !




codage par Magma.


_________________



Are you insane like me ?

I think there's a flaw in my code. These voices won't leave me alone Well my heart is gold and my hands are cold | ©️ Vent Parisien



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 20
Date d'inscription : 08/05/2017
avatar
Evan écarquilla les yeux en voyant son frère apparaître devant lui quand il ouvrit la porte. Il était rempli de sang, sur le visage, sur les bras. Ses vêtements étaient déchirés. L'espace d'un instant, le cœur du jeune homme se mit à battre à tout rompre : son frère s'était-il fait agresser ? Puis la raison prit le dessus : il savait bien que Kurt travaillait pour le Ministère et que ce n'était pas un travail facile. Ces dernières semaines, d'ailleurs, son père n'avait cessé de le prendre en exemple et de dire à quel point Kurt était courageux et méritant, comme si cela allait motiver Evan à trouver un boulot à son tour. Evan écoutait souvent d'une oreille, persuadé que son père exagérait un chouia mais à voir son frère comme ça, il ne put s'empêcher de se dire que c'était pire que ce qu'il avait pu imaginer. La culpabilité serra son cœur quelques instants : il n'avait pas assez souvent pris des nouvelles de son frère alors que celui-ci pouvait être gravement blessé à tout instant…

Waw Kurt tu… Tu rentres tous les jours dans cet état ?

Trop saisi, Evan ne rentra même pas de lui-même au moment où son frère lui proposa : il dut se laisser emporter dans l'appartement où son regard se porta directement sur la gigantesque fourmilière. Mais ce n'était pas l'important pour le moment, il voulait savoir comment son frère allait. Le jeune homme planta son regard dans les yeux bleus de son frère, attendant une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 227
Date d'inscription : 28/12/2016
avatar


Quand la potion est tirée,
il faut la boire

Feat Evan

La tête d’Evan était bien trop drôle. Kurt avait l’impression qu’il le voyait pour la première. Certes, il savait lui-même qu’il n’était pas présentable, mais tout de même ! Le rafleur referma la porte derrière eux et désigna le canapé de la main, invitant son petit frère à s’asseoir. Quelques coups de baguette plus tard, tandis qu’Evan s’inquiétait de son état, et la porte des placards libérèrent des biscuits, des tasses, du sucre, une bouilloire siffla, du lait flotta et tout se posa dans un calme certain sur la table basse du salon, face à la géante fourmilière.

- Cet état-là ?, répondit le grand frère en désignant sa propre tête de l’index avec une voix amusée. Oh non, t’en fais pas. Enfin, on en ressort rarement tout propre d’une rafle, mais celle-ci était particulièrement coriace. Mais y a pas à s’inquiéter, c’est plus de la boue et de la poussière qu’autre chose. Il doit sûrement avoir un peu de sang là-dedans, mais il n’y a pas que le mien. Navré de te recevoir avec une tête pareille. Je ne dois pas sentir la rose en plus... Je devrais aller me changer. Mais avant ça, dis-moi, qu’est-ce qui t’amène ?

Kurt, aussi heureux de voir son frère qu’il était, n’était pas non plus dupe. Il se doutait que le plus jeune des Macquarie n’avait pas fait le déplacement que pour les beaux yeux de son frangin. Ça faisait, selon les souvenirs de Kurt, bien des semaines qu’ils ne s’étaient pas vus, pour ne pas dire des mois. De plus, il avait l’air perturbé, inquiet. C’était peut-être la dégaine de Kurt qui lui faisait cet effet, mais le rafleur préférait s’en assurer. Poser cette question aussi franchement pouvait être assez vexant. Mais ni l’un ni l’autre n’était plus en faute. Kurt non plus, n’avait pas fait beaucoup d’effort jusqu’ici…



codage par Magma.


_________________



Are you insane like me ?

I think there's a flaw in my code. These voices won't leave me alone Well my heart is gold and my hands are cold | ©️ Vent Parisien



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 51
Messages : 233
Date d'inscription : 28/12/2016
Localisation : Londres
avatar

Quand la potion est tirée, il faut la boire

Evan, Kurt + Libre




La journée avait été fructueuse, même aux yeux très exigeants du sorcier. Le cadet de la fraterie Rowle revenait d'une expédition sur le Chemin de Traverse, et la seule ombre au tableau, mise à part la pluie battante, fut d'avoir à se plier aux agaçantes coutumes moldues, lorsqu'il retrouva le quartier où se situait l'appartement qu'il partageait avec Kurt. Par « agaçantes coutumes », il incluait naturellement la nécessité de porter ses sacs à bout de bras, alors que la magie permettait aisément de les faire balader dans les airs, sans le moindre effort. Le sport, sous quelque forme que ce fut, ça n'était définitivement pas la tasse de thé de Siegfried. Sauf quand il s'agissait de son travail...Et encore, il préférait souvent se définir comme le cerveau, plutôt que de mettre directement la main à la pâte.


Il était de ceux qui piègent, plus que de ceux qui chassent réellement. En cela, Kurt, était un binôme parfaitement complémentaire. Lui, n'hésitait jamais à foncer dans le tas quand la situation l'exigeait.


C'est avec cette pensée en tête que Siegfried retrouva le pallier de leur appartement. Si seulement il avait été certain de n'y trouver personne, il aurait transplané jusque là directement. Franchissant enfin le seuil, les bras chargés de matériel – dont une boîte solidement close de laquelle émanait d'étranges complaintes – il fut surpris d'entendre une autre voix que celui de son colocataire. Déposant sans soin ses amplettes dans un coin de l'entrée, il passa sa tête dans l'encadrement de la porte, découvrant enfin l'invité qu'il n'avait su identifier au son de sa voix.


Ce visage lui était indéniablement familier, et il mit quelques secondes à mettre un nom dessus. C'était Mini-Kurt. Enfin, Evan, le jeune frère. Siegfried ne l'avait jamais rencontré, mais une photo lui était déjà passé sous les yeux. Toutefois, il douta que la réciproque soit toute aussi vraie. Ainsi, il s'avança dans le séjour, au moins pour se présenter. Un peu de visite dans cet appartement, ça n'était pas déplaisant, d'autant plus lorsqu'il s'agissait de la famille Macquarie. Lorsqu'il fut à hauteur, le sorcier tendit simplement la main à Evan pour le saluer, avec un sourire sincèrement amical. C'était une expression qu'il avait suffisamment rarement pour qu'elle ait le mérite d'être soulignée.


« Tu es Evan, c'est bien cela ? Je suis très heureux de te rencontrer, moi c'est Siegfried, je suis le colocataire de ton frè… »


Sieg se tourna vers Kurt. Il s'interrompit en voyant l'état dans lequel il se trouvait. On ne pouvait définitivement rien anticiper avec lui. Toutefois, cela l'amusa plus qu'autre chose.


« Mademoiselle, je crois que votre maquillage a un peu coulé sous cette pluie torrentielle, lança-t-il d'un air taquin à Kurt, dont le visage dégoulinait encore, sans réellement se moquer de lui. Après tout, on ne pouvait pas l'accuser de s'être tourné les pouces durant sa dernière raffle. C'était le moins que l'on puisse dire. D'ailleurs, Sieg n'avait pas tellement envie d'imaginer le visage du rafflé. Ca ne devait pas être beau à voir.


« Je n'interrompt pas votre réunion de famille plus longtemps, j'ai une potion à terminer. Tu es le bienvenu ici en tous cas, dit-il finalement en s'adressant à Evan, tandis qu'il récupérait ses affaires dans l'entrée, prêt à retourner à ses expériences.





DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 20
Date d'inscription : 08/05/2017
avatar
Étrangement, la réponse de Kurt ne rassurait pas du tout Evan ! Non, il ne trouvait pas qu'il y avait plus de boue et de poussière qu'autre chose là-dedans et quand son frère admit qu'il y avait du sang mais que ce n'était pas « que » le sien, ce fut le pompon ! Evan voulait bien qu'on se batte pour son pays et pour ses idées et à vrai dire, il aurait vu n'importe quelle autre personne dans cet état, cela lui aurait fait une belle jambe mais pour le coup il s'agissait de son frère. C'était bizarre comme les choses étaient différentes quand elles touchaient à quelqu'un de proche, comme on se sentait tout à coup plus concerné quand ce n'était pas qu'aux autres que ça arrivait…

Néanmoins il avait un peu honte d'admettre qu'il s'inquiétait pour son frère : en réalité Evan n'avait jamais montré d'inquiétude pour personne car il n'avait jamais vraiment eu de raisons d'en avoir. En général, on s'inquiétait pour lui : est-ce qu'il n'avait pas froid, est-ce qu'il n'avait pas faim, soif, c'était lui qu'on avait couvé puisqu'il était le plus petit et ses deux frères n'avaient pas échappé à la règle. Ils ne lui avaient pas forcément dit « je m'inquiète pour toi » mais la façon de le surveiller quand il jouait plus loin ou la petite attention les faisant amener un jus de citrouille par temps chaud ne trompait personne quand on y repensait une fois adulte !

Alors Evan décida de faire semblant de prendre tout cela à la légère et répondit :

Non tu ne sens VRAIMENT pas la rose ! Enfin je vais faire comme si je n'étais pas un invité, après tout c'est vrai c'est moi qui me suis invité ! En fait je voulais te voir parce que…

Alors qu'il avait pris son courage à deux mains pour expliquer la raison de sa présence et demander l'asile, ils furent interrompus par un bruit de claquement de porte. Evan se tendit : il avait complètement oublié que son frère avait un colocataire. Il lança un regard à Kurt, qui ne sembla pas plus surpris que cela et quelques instants plus tard, un homme pâle et assez bizarrement coiffé entra dans la pièce. Il se présenta comme le colocataire et alla faire une réflexion très étrange à Kurt. Evan regarda la scène avec de gros yeux ronds, bredouilla un « merci » au message de bienvenue de Siegfried et quand celui-ci eut disparu de leur vue, le jeune homme dit immédiatement à son frère, sur un ton bas pour ne pas être entendu :

Colocataire ? Avoue, c'est ton petit copain ? Tu peux me le dire tu sais que je ne juge pas ! ajouta-t-il précipitamment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 227
Date d'inscription : 28/12/2016
avatar


Quand la potion est tirée,
il faut la boire

Feat Evan


- C’est l’odeur de la virilité ça, Evan, ria Kurt à gorge déployée tout en lui donnant un léger coup de coude. Sers-toi, mange !, fit-il en lui montrant toutes les gourmandises présentes sur la table devant eux.

Kurt n’avait qu’une hâte, connaître enfin la raison de la présence de son frère, mais ce dernier n’eut pas le temps d’en dire un mot que Sieg rentra dans la pièce. Le visage de Kurt s’illumina un peu plus derrière la crasse lorsqu’il entendit la voix de son colocataire lui lancer quelques piques bien trouvées. Il observa l’échange entre les deux sorciers en silence. Evan avait de la chance de recevoir un tel accueil de la part de Siegfried. Ce n’était pas tous les jours qu’il était de si bonne humeur et Kurt se souvenait qu’il était un véritable dragon lorsqu’il voyait quelqu’un qu’il n’appréciait pas particulièrement sur le pas de la porte. Cette idée le fit sourire. Il ne retint pas Siegfried qui avait déjà filé dans sa chambre. La remarque d’Evan ne lui permit pas de s’en émouvoir davantage, tant elle était inattendue.

- On est marié depuis 3 mois pour rien te cacher. On file le parfait amour comme tu vois. Désolé de pas t’avoir invité à la cérémonie, c’était plutôt intime comme événement.
Il laissa l’annonce faire son chemin dans la petite tête d’Evan avant d’éclater de rire.
- Mais non idiot ! C’est vraiment mon colocataire. Puis il rajouta dans un souffle : pour le reste, j’y travaille.

Evan pouvait interpréter ça comme il voulait. Kurt se fichait éperdument de toutes les rumeurs qui pouvaient trainer sur lui. Après avoir passé plusieurs années à Azkaban, plus grand-chose ne peut blesser votre amour propre. Le regard de Kurt s’était perdu sur la porte fermée de la chambre de Siegfried. Il n’arrivait jamais à savoir ce qu’il avait dans la tête. Son colocataire restait un mystère pour lui, mais il aurait bien aimé savoir ce qu’il aurait répondu à la remarque d’Evan. Kurt reposa son attention sur son petit frère. Ce petit aparté ne l’avait pas détourné de son objectif principal : savoir ce qui amené Evan jusqu’ici. Mais avant il devait faire un brin de toilette. Il demanda à son frère d’attendre cinq petites minutes. Il ne lui fallut pas une seconde de plus pour sortir de la salle de bain frais et propre, les cheveux et la peau encore un peu humide.

- Alors, cette fois-ci tu n’y échappes pas ! Que fais-tu ici ? C’est à cause de cette mégère hystérique ?

La mégère historique n’était personne d’autre que leur propre mère. Kurt et elle, c’était compliqué. Trop compliqué même. Même s’il ne la voyait pas souvent, il s’amusait dès qu’il le pouvait à la rendre encore plus dingue qu’elle ne l’était déjà. Et quel plaisir c’était de la voir retenir sa rage et son dégoût devant lui. Dégoût qu’il lui inspirait bien sûr. Si elle savait qu’Evan était venu rendre visite à son frangin, elle devait ruminait de rage.



codage par Magma.


_________________



Are you insane like me ?

I think there's a flaw in my code. These voices won't leave me alone Well my heart is gold and my hands are cold | ©️ Vent Parisien



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 20
Date d'inscription : 08/05/2017
avatar
La question d'Evan avait été à moitié sérieuse et justement, cela prouvait bien que ce n'était pas totalement une blague. Il s'était déjà posé des questions sur l'orientation de son frère et il avait entendu plusieurs ragots sur son compte. Même si cela ne le regardait pas et même s'il essayait de se convaincre de toutes ses forces que ça ne changerait strictement rien à sa vie que son grand frère ait des relations sexuelles avec des hommes ou des femmes, tout cela le taraudait quand même un minimum.

Alors que dire quand Kurt lui fit une réponse qui semblait elle aussi à moitié sérieuse ? Bien sûr, ils n'étaient pas vraiment mariés mais cette histoire de « pour le reste, j'y travaille », rendait Evan complètement perplexe. Son frère voulait-il dire qu'il travaillait à faire en sorte que son colocataire tombe sous son charme ? Ou voulait-il dire qu'il faisait ce qu'il fallait pour trouver des femmes en nombre suffisant pour satisfaire un certain appétit ? Evan ne put pas poser la question car son grand frère, sur ces simples mots, s'enfuit dans la douche, laissant le jeune homme un peu perdu.
Évidemment, il n'avait pas encore parlé de cette histoire d'être hébergé chez son frère. Kurt ne s'attendait sûrement pas à une telle demande. Mais si Evan avait eu cette idée c'était parce qu'il pensait que son frère était en colocation et qu'en colocation, plus on est de fous plus on rit ! Si finalement, son frère était dans une sorte de couple (ou futur couple), est-ce qu'Evan n'arrivait pas comme un cheveux sur la soupe ? Il ne s'imaginait pas vivre avec un ménage, être le troisième individu dans un appartement composé de deux personnes qui s'aiment ! Alors que faire ? Mais où aller ?

Sa tête était encore bouillonnante de questions quand son frère revint tout propre et lui demanda quel bon vent l'amenait. En effet, au vu des termes employés par Kurt, il ne s'imaginait pas une seule seconde que Evan venait demander l'asile ! Il pensait à une simple visite à cause de la mégère qui leur servait de mère. Sur ce point, il n'avait quand même pas complètement tort.

Oui c'est elle, elle me rend complètement barge… dit Evan en riant et en essayant de se détendre un peu. Comment faire ? Les pieds dans les plats ?? En fait je voulais savoir si euh… Tu avais une petite place pour m'accueillir temporairement. Le temps que je trouve un travail. Mais bien sûr je ne pensais pas que ton colocataire et toi vous étiez… Enfin que vous seriez bientôt… Enfin je veux dire que je ne veux pas tenir la chandelle, je n'imaginais pas ce scénario ! Si tu penses qu'il faut mieux que j'aille demander à Max tu peux le dire sans me vexer !

Oui, les pieds dans le plat. Evan ne voyait pas pourquoi il retiendrait sa langue avec son frère. Ils ne s'étaient pas toujours tout dit mais quand ils avaient des choses à se dire ils se le disaient honnêtement. Si l'un dérangeait l'autre par sa présence, il n'hésiterait pas à en parler. C'est ça être frères. Alors Evan tentait le coup et puis il verrait !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 51
Messages : 233
Date d'inscription : 28/12/2016
Localisation : Londres
avatar

Quand la potion est tirée, il faut la boire

Evan, Kurt + Libre




Quelques dizaines de minutes après qu'il eut disparu du salon, un bruit sourd émana de la chambre de Siegfried. La chute d'un objet lourd, vraisemblablement, suivi d'un couinement, d'un rôle d'agonie interminable puis enfin d'un juron enthousiaste du sorcier.
Ce ne fut pas chose facile, la préparation avait exigé de nombreuses mises au point, mais son dernier cobaye avait eut la réaction qu'il cherchait à obtenir. Si sa potion avait été si laborieuse à mettre au point, c'est qu'il avait mis du temps à déceler un point essentiel : la proportion de chaque ingrédient était à adapter à celui destiné à la boire. Elémentaire, mon cher !


Lorsqu'il entrouvrit la porte, une flaque de sang poisseux s'écoula par l'entrebâillement. Un coup de baguette magique suffit néanmoins à nettoyer la place… Et à en assainir l'odeur, aussi. Les cadavres, ça empeste, il n'y a pas à dire !


Les mains de Siegfried étaient toutes aussi dégoulinantes que le sol de sa chambre. Cela dit, il était râvi. D'une manière un poil égocentrique, il avait hâte de montrer sa dernière trouvaille à Kurt, et à Evan, maintenant qu'il était là. Son dernier cobaye s'était mu en une matière spongieuse, imbibée de son propre sang. En dépit de l'horreur de la chose, c'en était presque assez drôle.
D'ailleurs, tandis que le fils Rowle se rendait dans la salle de bain pour se décrasser un peu – maintenant que Kurt venait de la libérer – il se fit une réflexion. La photo qu'il avait eu un jour sous les yeux ne rendait pas justice à Evan, selon lui. Disons que dans ses souvenirs, Evan était moins sympathique, visuellement.


Un brin de douche et une main dans les cheveux en guise de peigne plus tard, Sieg se sentait à nouveau présentable. Il enfila des vêtements propres et se rendit dans la cuisine. Si son problème d'égo venait de trouver solution, son appétit commençait à crier famine. Et puis, Kurt était occupé avec son jeune frère. Tous deux discutaient de choses qui ne le regardait pas, à première vue, alors autant ne pas les embêter avec la préparation du repas.
Siegfried se mit aux fourneaux, improvisant avec les restes du frigo. Lorsqu'on partage la cuisine avec Kurt, on n'avait que rarement d'autres choix. Ce type était un ventre sur patte, qui pouvait grignoter n'importe quoi à toute heure du jour et de la nuit. Cela dit, l'esprit créatif de Sieg se sentait pour ainsi dire stimulé par une telle improvisation. D'ailleurs, le sorcier sifflotait distraitement tandis qu'il réfléchissait à ce que les restes lui laissaient comme possibilités…. Des petits cakes salés, ça serait parfait. Et puis, en présence d'un invité, il lui semblait que ce serait assez convivial.


Pour cuisiner, Siegfried utilisait assez peu la magie, du moins lorsqu'il était seul. Quelque part, il craignait souvent que Kurt ne le surprenne à apprécier cette activité. Son colocataire avait des idées précises sur bien des sujets, et Sieg préférait éviter ses taquineries… Surtout en présence d'Evan, à qui il souhaitait faire bonne impression… Chose qui lui importait peu, avec d'autres invités.




DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 227
Date d'inscription : 28/12/2016
avatar

Quand la potion est tirée, il faut la boire

Evan, Kurt + Libre




Kurt avait bien du mal à cacher le sourire qui le menaçait en entendant son petit frère s’exprimer sur leur mère. Comme ça, elle le rendait barge ? Comme c’était étonnant. Non en fait. D’ailleurs, il finit par ne plus cacher son contentement. Bien à l’aise dans son coin du canapé, ça ne l’empêcha pas de donner une tape amusée dans le dos d’Evan. Entre lui et sa mère, la guerre était déclarée depuis belle lurette. Même s’ils étaient à un stade de guerre froide, chacun faisait des coups bas à l’autre lorsqu’ils en avaient l’occasion. Ou alors c’était l’ignorance totale. Quelle belle famille… Dans tout ça, Evan, c’était un peu le Vietnam. Un point stratégique qu’on se bagarrait. Sauf que pour le coup, c’était le Napalm qu’on utilisait, mais les biscuits ou autre contrepartie alléchante. Il fallait savoir se le mettre dans la poche. Pour le coup, ce n’était pas purement matériel que Kurt s’intéressait à son frangin. Evan avait la « chance » de faire partie de ces peu de personnes qui avaient une place dans l’esprit narcissique de Kurt. Quel privilège…
Puis, d’une manière beaucoup trop rapide, Evan se mélangea les pinceaux. Décidément, Siegfried l’avait perturbé. Kurt n’en était que plus souriant. C’était si drôle de voir le plus jeune des Macquarie complètement perdu face à ce qu’il avait vu. Le pire était qu’il n’avait absolument rien vu. Il lui en fallait peu pour se faire des films. Evan, c’était un peu un gamin qui tirait des conclusions sur une scène qu’il entrevoit par la fenêtre. Parfois, ça pouvait avoir des conséquences désastreuses. C’était drôle comme spectacle, certes, mais il suffit que le nom de Max sorte de la bouche d’Evan pour que Kurt se renfrogne.

- Arrête, je t’ai dis que c’était mon colocataire. C’est un vieil ami, c’est vrai, mais y a rien de plus. Et même si c’était le cas, je vois pas en quoi ça m’empêcherait de te filer un coup de main. Tu verras, c’est plus l’amour vache que la passion entre nous.

Kurt se servit du thé bien de chez eux, et en remplit une pleine tasse à Evan. C’était fou comme il pouvait le chouchouter ce gamin dès qu’il l’avait dans son champ de vision. Parce que ouais, ça restait un gamin aux yeux de Kurt. Un gamin qu’il n’a malheureusement pas eu le privilège de voir grandir. La justice de l’époque l’avait ténu éloigné de ce garçon vif pris dans l’étau d’une mère – qui selon Kurt était ravagée du ciboulot. Kurt n’était pas très familial, il fallait bien le dire. Max et lui, c’était plus ou moins le néant. Sa mère ne supportait pas d’être dans la même pièce que lui et son père avait l’air d’avoir aucun avis sur la question. Evan c’était le seul qui valait le coup. Le petit dernier. Kurt aurait eu tellement à lui apprendre si seulement il avait été présent à cette époque. Mais ça n’avait pas été le cas. Peut-être pouvait-il rattraper le temps passé. Et qu’Evan passe d’abord par lui que par Max pour fuir le cocon parental, ce n’était pas rien aux yeux de Kurt. Ça ne faisait que flatter son égo à vrai dire.

- Pour moi, y a même pas à discuter, tu peux rester. L’appart est assez grand pour nous trois. Et ça te fera du bien de plus avoir cette foldingue dans les parages. Il s’est passé quelque chose de particulier pour que tu prennes la poudre d’escampette ?

Au fur et à mesure que les secondes s’écoulaient, Kurt se rendait compte qu’il en savait peu sur son frère. Quel métier exerçait-il ? Comment il passait ses journées ? Il avait une passion ? Plein de choses qu’il pourrait découvrir si Evan passait un peu de temps dans cet appartement au cœur de Londres. Mais Kurt n’était pas seul à vivre là. Des bruits provenant de la cuisine le lui rappelèrent. Quoi qu’en dise Siegfried, le Superviseur partait du principe que l’affaire était déjà décidée. Pas très altruiste comme façon de faire, mais ça ne serait pas la première fois que ça arrive. Par contre, même si Kurt connaissait peu son petit frère, il voyait bien qu’il portait une importance sur le fait de ne pas déranger les habitants de ce joli taudis. Avoir l’aval de Siegfried éloignerait l’ombre de Max dans l’esprit du blondinet. Il n’en fallait pas plus à Kurt pour se décider sur la marche à suivre.

- Si j’en crois mes oreilles, Siegfried est au fourneau. On peut aller lui demander, mais je suis sûr qu’il dira rien.

En tout cas, Kurt ferait en sorte que ce soit le cas. Il se leva et invita Evan à en faire de même. L’odeur qui provenait était alléchante.

- Siegfried, je savais bien que t’étais là. Evan est un peu dans la mouise en ce moment. Je lui ai proposé de rester quelques jours ici, histoire qu’il se remette sur pied. Ça te va ?

Bon, ok, il avait un peu transformé la réalité. Et il forçait un peu la main à son colocataire. Mais il fallait bien parfois faire du forcing pour obtenir ce qu’on voulait.  

DEV NERD GIRL


_________________



Are you insane like me ?

I think there's a flaw in my code. These voices won't leave me alone Well my heart is gold and my hands are cold | ©️ Vent Parisien



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 51
Messages : 233
Date d'inscription : 28/12/2016
Localisation : Londres
avatar

Quand la potion est tirée, il faut la boire

Evan, Kurt + Libre




Sans espionner particulièrement les deux frères dans le salon, Siegfried n'était pas sourd. Il entendait quelques bribes, quelques exclamations et n'avait pas tardé à saisir la situation d'Evan. Ou du moins, ses intentions en venant ici. Le petit frère venait demander un peu de soutien à son aîné, face à leur dragonne de mère. Tandis qu'il assaisonnait, mélangeait et faisait cuire toutes ses petites préparations, il souriait en imaginant son colocataire face à cette matriarche. Il pouvait fanfaronner tant qu'il voulait ici, Sieg était persuadé qu'au fond, il était un poil effrayé par cette femme. Toutefois, il s'abstenait de tout commentaire. Après tout, ce n'était qu'une idée, il n'en savait rien, au fond.


En attendant les deux se rapprocher de la cuisine, Sieg lança une séries d'enchantements à travers la cuisine. La vaisselle plongea d'elle-même vers le bac de l'évier, la brosse se mit à frotter le fond de quelques casseroles. Pendant ce temps, il n'y avait plus qu'à surveiller la cuisson, et pour cela, aucune magie ne pouvait remplacer l'intervention du cuisiner !
Tout était en ordre lorsque les deux Macquarie franchirent le seuil de la cuisine. D'ailleurs, Sieg les accueillit avec un sourire.


Après avoir eu un aperçu de leur conversations – remarques et sous-entendus d'Evan quant à la sexualité de Kurt comprises – voir son colocataire se pointer la bouche en cœur avait quelque chose de surprenant. Il n'avait pourtant pas le sentiment d'être un dragon avec les invités. Enfin sauf avec sa « copine-payante », dont il ne se souvenait même pas du nom. A force de la qualifier de garce, de péripatéticienne et autres politesses, Sieg avait fini par oublier son véritable prénom. Mais elle, c'était une autre affaire. Non, tout compte fait, Kurt ne faisait que mettre toutes les chances de son côté.


Cependant, le sorcier s'adressa directement au cadet. Son regard se posa sur Evan, avec une attention particulière. Le jeune homme avait quelque chose de plaisant, de rayonnant. Quelque chose qu'il n'aurait su nommer et qui ne laissait pas Sieg totalement indifférent.


« Je te l'ai dit tout à l'heure Evan, tu es le bienvenu ici, aussi longtemps qu'il te plaira d'ailleurs. Ca ne me pose aucun problème. Il faudra juste qu'on t'aménage le salon pour que ça ressemble un peu plus à une chambre quand même. Kurt a raison, il y a bien assez de place pour trois, ici. »


En adressant un nouveau sourire à Evan puis à Kurt, son attention se reporta un peu plus vers la nourriture entrain de dorer au four. Très honnêtement, il était plutôt fier de sa session cuisine.






DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Quand la potion est tirée, il faut la boire [Kurt + Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand la potion est tirée, il faut la boire... {Oly'}
» Quand la mémoire vous fait défaut [Isabeau]
» Le vin est tiré, il faut le boire. || Nathan & Evy. ♠ [First part]
» Il ne faut pas boire de sang.
» Quand une situation est au pire, il faut qu’elle cesse ou qu’elle se relève... ▬ Siobhan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nécronomicon :: Le Londres Moldu :: Habitations-