The supremacy of the Muggles ends here.
Voldemort a ouvert les portes de l'Enfer et contrôle le gouvernement anglais. Sa suprématie ne s'arrêtera pas là. Avec la source de la magie noire à ses côtés, il s'apprête à mettre la main sur tous les continents. Son objectif : soumettre les moldus et les traîtes à leur sang. L'aiderez vous dans ce combat ou rejoindrez-vous la coalition internationale ?
RéglementContexteBottinsLes groupesLes créatures jouablesScénarii et Postes vacantsInvités
A savoir
# Juin 97 : Dumbledore meurt par la main de Severus Rogue
# Eté 97 : Voldemort prend le contrôle du gouvernement
# Septembre 97 : La Coalition Internationale reprend du service et une nouvelle année scolaire démarre sous la domination des Carrow
# Décembre 97 : Voldemort redonne sa liberté avec Seytan et passe un pacte avec ce dernier
# Nous sommes en mai 1998
Contexte
C'est une terrible annonce qui secoue le monde des sorciers : Dumbledore est mort, assassiné par Severus Rogue. Le plus grand mage noir de tous les temps en profite pour mettre la main sur le ministère de la magie. Son objectif : purifier la race sorcière et faire des moldus ses esclaves. Mais son empire ne s'étant qu'aux frontières de la bonne vieille Angleterre. Le monde entier doit être nettoyé. Pour cela, Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom est en quête de la source même de la magie noire. Le Necronomicon, le livre des monstres et des morts, le mène devant les portes de l'enfer, qu'il laisse grandes ouvertes...
Evénements
Ego vero sic intellego, Patres conscripti, nos hoc tempore in provinciis decernendis perpetuae pacis habere oportere rationem. Nam quis hoc non sentit omnia alia esse nobis vacua ab omni periculo atque etiam suspicione belli ?
Duplexque isdem diebus acciderat malum, quod et Theophilum insontem atrox interceperat casus, et Serenianus dignus exsecratione cunctorum, innoxius, modo non reclamante publico vigore, discessit.
Blackout
everything is falling apart

Partagez | 
 

 Fenrir Greyback [loup-garou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 112
Date d'inscription : 23/12/2016
avatar

Greyback, Fenrir Travis Fimmel

gif
Infos générales
avatar
Bonjour, je m'appelle Fenrir Greyback, j'ai 42 ans et je suis né le 31 septembre 1956 à Edimbourg en Écosse , je suis donc de nationalité écossaise. Je travaille en tant queAlpha de ma propre meute. Sinon, je suis hétérosexuel et célibataire et je suis plutôt pauvre. Pour finir, j'utilise Travis Fimmel comme avatar et je fais partie du groupe des Mangemorts.


❯ ASCENDANCE : sang-mêlé.
❯ DATE DE NAISSANCE : 31 septembre 1956
❯ NATIONALITÉ : Écossaise
❯ ESPÈCE: Loup-garou
❯ CLASSE SOCIAL : Pauvre.
❯ ORIENTATION SEXUELLE : hétérosexuel.
❯ GROUPE : Mangemort
❯ COMPAGNON : Des chiens de toutes races et également des bâtards qu’il entraine à tuer.
❯ BAGUETTE : N’en a plus depuis longtemps.
❯ PATRONUS : Un ours
❯ EPOUVANTRARD : Il aime garder le secret là-dessus.
❯ CAPACITÉ SPÉCIALE : Aucun.


Des détails sur ton personnage

Quel est son caractère ? Fenrir ne connait que la violence. Il ne jure que par la domination. Il est un maniaque du contrôle, il veut tout contrôler : tout, mais aussi tout le monde. Son nom fait trembler la plupart des familles sorcières, et il aime ça. Cette réputation à faire froid dans le dos, il l’a bâti de ses propres crocs. Dans cette rage qui l’anime en permanence, il a une obsession pour la faiblesse. Celle qu’il voit chez les autres, de préférence. Celle qui lui permettra de détruire l’autre. Il ne vit que pour le chaos et la destruction. Il déteste tout ce qui est trop carré, trop propre, trop parfait. Étant vu comme un monstre très tôt dans sa vie, il s’applique à transporter sa monstruosité où qu’il aille.
Fenrir est aussi quelqu’un de très têtu. Lorsqu’il a un but en tête, il ne l’enlèvera pas avant de l’avoir atteint. La fin justifie les moyens, et ça, Fenrir l’a très bien compris. Les limites, il n’en connait pas et n’en a pas, à part peut-être celles que lui dicte le Seigneur des Ténèbres. Ce dernier est bien le seul à avoir une emprise sur la bête. Mais Fenrir ne se voit pas comme un compagnon soumis. Non, c’est un animal sauvage, qui n’a cure du respect de la vie humaine. Il aime se faire nommer comme la pandémie, le virus ravageur qui arrache les enfants de leur famille. Ce rôle de l’infection inarrêtable, il l’embrasse aisément. Autant vous dire que Fenrir est loin d’être l’homme sur qui compter, le bon ami avec qui passer des soirées. Même s’il peut faire preuve d’humour, le sien est rarement du goût des autres.
Malgré tous ses défauts, Fenrir a une certaine tendresse pour sa meute. Une tendresse toute relative, bien sûr. Ses loups sont des soldats, des virus étendus, des monstres, des enfants à affamer pour mieux les voir attaquer. Pour les éduquer, il n’hésite pas à user de la violence. La meilleure des méthodes selon lui. Néanmoins, comme tout bon Alpha, les membres de sa meute sont sa « famille ». Même s’il peut en sacrifier un pour arriver à ses fins, si quelqu’un d’autre en élimine un, il s’attirera les foudres du monstre.

Que penses-tu du gouvernement de Voldemort et son pacte avec Seytan ?
Voldemort, Fenrir n’avait pas vraiment de raison d’être l’un de ses partisans à la base, mais le Lord lui a donné une nouvelle liberté. Depuis, Greyback ne jure que par Voldemort. Il ne doute pas de l’intelligence du Mage et il n’ignorer pas ne pas tout connaître du pacte avec Seytan, mais… Greyback n’y voit que du mauvais là-dedans. Déjà, et pas des moindres, ça a fait apparaître une nouvelle meute à Londres. Une meute avec laquelle il se voit obligé de coopérer et il déteste ça. Il est comme un lion en cage à attendre qu’enfin il a le feu vert pour leur sauter dessus et les déchiqueter. Il les déteste et n’en peut plus d’attendre. C’est tout ce qui lui importe dans ce pacte. Cependant, il y a eu un effet positif là-dedans. Les loups sont désormais au meilleur de leur forme, et ce n’est pas pour lui déplaire.

Quel est ton avis sur l'Ordre du Phénix, de la Coalition et de leur combat ? Il s’en fiche, éperdument. Lui, il n’y voit que des cibles. A la limite, ça l’amuse. À vrai dire, Greyback n’est pas pressé de connaître un état de stabilité dans lequel personne ne s’opposerait au gouvernement en place. Oh non, ce serait bien trop ennuyant. Il aime le chaos que la rébellion permet de mettre en place.



Anecdote

à côté de son activité d’Alpha, Fenrir fait un élevage de chiens. D’ailleurs, son autorité auprès de ses cousins canidés n’est plus à prouver. ♦ Il raffole du gout du sang ♦ Ses proies favorites sont les enfants. Son obsession pour les têtes blondes en est même malsaine. Dès qu’il croise un gamin, il n’a qu’une envie : lui sauter dessus. ♦ Il vit dans un lieu qui ressemble plutôt à une tanière. Pas de décoration, pas de confort, tout est fait pour qu'il soit en osmose avec sa bête ♦ Info ♦ Info ♦ Info



Dernière édition par Fenrir Greyback le Mer 29 Mar - 22:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 112
Date d'inscription : 23/12/2016
avatar

gif
Ton histoire



Quand est-ce qu’un homme décide de ne plus en être un ? Comment un être humain peut-il finir par choisir de devenir une bête, de laisser ses instincts primaires prendre le dessus ? Fenrir, ne l’a pas choisi, comme à peu près tous les individus de son espèce, d’ailleurs. Mais cette vie, il l’a embrassée, il l’a chérie et il en est fier. Pourtant, ce n’était pas forcément gagné à la base. Lui, un enfant plutôt banal. Il avait vécu toute son enfance dans les quartiers pauvres d’Édimbourg. À vrai dire, le jeune Fenrir n’était pas né sous une bonne étoile. Une mère droguée, un père quasiment absent. Deux sorciers pourtant. Comme quoi, les pouvoirs magiques ne font pas de vous des modèles à suivre. Fenrir sorcier, c’était une évidence. Dès son plus jeune âge le petit commença à montrer des signes. Le gamin s’en réjouissait. Il n’attendait qu’une chose : Poudlard. Sa mère ne cessait jamais de lui en parler, de lui décrire l’école, les cours, les professeurs. Échapper à ce quartier moldu dans lequel il vivait, entouré par un gang de dealers de drogue et un bordel mal dissimulé. Tout ça n’avait pas entaché les rêves du gamin.

Il reçut sa lettre, comme des centaines d’enfants de son âge à travers le Royaume-Uni. Il allait quitter l’Écosse. Sa mère avait de nombreux défauts, mais elle aimait son fils. Elle s’était tuée à la tâche pour faire assez d’économie afin de payer les fournitures scolaires du jeune Greyback. Lorsqu’il se rendit au chemin de traverse et qu’il tint en main pour la première fois celle qui deviendrait sa baguette magique, il sentit une chaleur lui étreindre le ventre. Apprendre la magie était l’un de ses profonds désirs, mais rejoindre l’école ne relevait pas que de cette simple promesse. Il y voyait l’horizon d’un avenir meilleur. Même à ce si jeune âge, Fenrir se rendait compte que les conditions de vie de sa famille étaient loin d’être exemplaires. S’il n’y avait pas eu la magie, il aurait surement été arraché des bras de sa mère par une assistante sociale. Son père n’était pas non plus mauvais en soi. Il partait régulièrement, pendant des temps indéterminés pour grossir un peu les poches des Greyback. Si seulement il pouvait être un bon élève, montrer qu’il était un grand sorcier, faire de son éducation une force, il pourrait dans quelques années aider ses parents. C’était ça, son but, son enjeu personnel. C’était dans cet avenir radieux qu’il tirait les sourires rassurants qu’il réservait à sa mère. Tout allait bien se passer. Tout devait bien se passer.

Jusqu’à ce jour. Fenrir comptait les jours jusqu’à la rentrée. Il ne restait qu’une petite quinzaine de jours. Il n’en pouvait plus d’attendre. Sa mère avait décidé de l’emmener dans une plaine, comme on en trouve en Écosse pour profiter de son fils avant qu’il ne parte. Son père les avait rejoints pour lui faire une surprise. Ça aurait dû être parfait. Un camping sous la belle étoile. Se créer un dernier souvenir. C’était sans compter la pleine lune. Tout le monde, chez les sorciers, connait le nom de Fenrir Greyback. Et c’est à ce moment-là que son histoire a commencé. Une morsure horrible d’un loup-garou complètement déboussolé par sa transformation. Ce fut un miracle que seul le petit fut victime de la créature. Le père arriva même à tuer le loup. Mais il était déjà trop tard. Fenrir était tombé dans les pommes sous la douleur et l’inquiétude des parents sembla durer une éternité. Hors de question de l’emmener à l’hôpital. Ils n’avaient pas les moyens pour ça et s’ils venaient à mettre les pieds à Ste-Mangouste, on le leur arracherait. Ils le ramenèrent donc chez eux et lui administrèrent le peu de soins qu’ils connaissaient. Fenrir resta alité des jours durant. Rien n’indiquait que son état s’améliorer ou se détériorer. La rentrée à Poudlard était déjà passée. Puis, un soir, il finit par reprendre connaissance, avec un appétit vorace. La morsure avait laissé une méchante cicatrice sur sa cuisse et elle semblait encore bien rouge sous la lumière de la lune. Ses poils s’hérissèrent, et il ne resta quasiment plus rien du jeune enfant rêveur. Plus qu’une bête qui tenta de réduire en charpie ses parents. Heureusement, sa carrure encore frêle leur permit de le maîtriser. Dans ces conditions, la seule solution était de le cacher du regard de tous aux approches de la pleine lune. Jamais il ne mettrait les pieds à Poudlard. Cependant, tour à tour, père et mère décidèrent de lui partager leurs connaissances de la magie. Les cours à la maison n’étaient pas aussi efficaces que ceux dispensés à Poudlard, mais c’était déjà ça. Cependant pour Fenrir, tout était fichu. Il n’avait plus aucune chance d’atteindre l’avenir radieux dont il rêvait tant. Lors des phases à risque, il était enfermé dans une cabane renforcée, bien loin de l’activité humaine. Tous les mois, la même rengaine se répétait inlassablement.

À 15 ans, Fenrir vivait donc comme un ermite. Malgré tout l’amour que lui portaient ses parents, il commençait à les effrayer de plus en plus. Sa rage, sa force grandissaient toujours un peu plus. Ils ne pouvaient plus vraiment le maîtriser et les murs de la cabane supportaient difficilement ses crises. Ils le savaient, que tout ça ne pouvait plus durer, qu’il faudrait une autre solution. Leurs problèmes n’en finissaient plus de s’accumuler. Fenrir, lui, se renfermait. Il ne comprenait pas pourquoi personne, aucun sorcier, ne leur prêtait main-forte. Sa mère lui avait pourtant expliqué que les loups-garou n’avaient pas bonne presse. Tout l’amour de Fenrir pour le monde sorcier, pour la magie, se transformait en une rage sourde, une haine tangible.
Et puis, ce qui devait arriver arriva finalement dans l’année. Il défonça la cabane, tomba sur une troupe de randonneurs.  L’altercation fit tant de bruit que les parents de Fenrir intervinrent. La bête n’était que colère et violence, il ne perçut pas l’homme qu’il avait en face de lui et lui sauta dessus. Les coups de griffes plurent. Cependant aucun croc ne rencontra la peau de son père. Ce qui ne fut pas le cas pour sa mère. Elle fut amochée, salement, par son propre fils. Lorsque la nuit disparut et que Fenrir reprit forme humaine, il était face au spectacle le plus déplaisant de sa jeune vie. Avec son père, ils la transportèrent d’urgence à Sainte-Mangouste. Inquiets par l’état de la femme, les médicomages les prirent à partie pour comprendre ce qui s’était passé. Ils avaient bien évidemment reconnu les morsures de loup, assez reconnaissables. Intérieurement, Fenrir ne cessait de se rendre fou. Avait-il tué sa mère ? L’avait-il transformée ? Qu’est-ce qui allait se passer ? L’inquiétude dura un jour, puis deux. Rien ne semblait vouloir arrêter ce tourbillon de peur. Mais les médicomages n’étaient pas nés de la dernière pluie. Ils finirent par le prendre à part. Son physique portait les traces de sa lycanthropie.

Ce fut la fin d’une ère. Des agents du Ministère vinrent lui arracher sa baguette et la briser. Il serait dorénavant sous contrôle. Mais surtout, il ne pouvait plus vivre parmi les sorciers. Fenrir ne sut pas ce qui advint de sa mère ni de son père. Il s’enfuit pour devenir un ermite. Là, seul, et loin, il put laisser libre court au loup qui l’habitait. L’humain en lui, il l’avait effacé. On l’avait traité comme un monstre, bien, c’est ce qu’il deviendrait. Étrangement, ces années furent les plus révélatrices de sa vie pour lui. Il avait l’impression de se découvrir, de s’apprendre lui-même. Au fur et à mesure, il effaça la pitié qui vivait auparavant dans son cœur. Pire encore, il découvrit le plaisir de la violence, du sang sur la langue et des crocs contre la jugulaire. Ce sentiment d’excitation indécente, il en ferait le but de sa vie. Et c’est ce qu’il fit. Pour gagner sa vie en Écosse et en Angleterre, il participa à de nombreux combats illégaux. Quiconque osait se frotter à lui se retrouvait dans le caniveau. Cette vie, elle pouvait lui convenir.

La solitude. Elle vous tombe dessus sans rien demander. Vous qui pensez n’avoir besoin de rien. Pourtant, elle est là, et elle rôde. Surtout pour un loup qui ne jure que par la meute. Fenrir la reçut en pleine face. Dans son trou, il se sentait horriblement seul. Il n’avait même pas la vingtaine et les combats ne le suffisaient plus. Un jour, il la vit. Une magnifique jeune fille, sortie à peine de l’enfance. Il l’observa longtemps. Elle était parfaite. Il se sentit attiré par elle, comme un aimant. Il ne savait expliquer pourquoi. Une attirance électrique à laquelle on ne peut échapper. Alors, il fit ce que son instinct lui dicta. Il l’enleva.

Pendant plusieurs jours, Fenrir enferma la jeune Erin. Il lui parlait, lui murmurait qu’elle serait sa compagne parfaite, qu’ensemble, ils seraient les plus forts que la lune ait connus. Ensemble, ils seraient cruels, ensemble ils seraient puissants. Il aurait tant aimé que ça vienne d’elle, mais elle ne semblait pas adhérer à ses idées. Ça le peinait, et surtout l’agaçait. Il se montra violent, un peu trop parfois. Il n’aimait pas qu’une femme lui dicte ce qu’il devait faire ou penser. Il avait beau lui enserrer le cou de ses longs doigts, elle gardait ce regard de défiance. Elle était si belle, si sauvage. Fenrir n’en pouvait plus. L’avantage d’avoir accepté sa condition de loup, c’est que le contrôle est bien plus performant. Même si ses transformations lui déréglaient un peu le cerveau, il savait s’arrêter avant le coup fatal, il connaissait ses limites. Et c’est ce qu’il fit avec elle. Son sang était délicieux, la chair qui glissa dans sa gorge, parfaite. C’était celle qui l’accompagnerait durant toutes ses prochaines années. Il en était sûr.

La convalescence de la jeune fille dura quelques jours, mais elle se remit très bien de ses blessures, comme si était attendu Fenrir. Ce dernier se trouva même être assez attentionné. Il prenait soin de la soigner, de lui offrir le mieux de ce qu’il avait. Cela ne suffit pas. Il n’avait fallu qu’une fois, qu’une distraction pour qu’elle s’enfuit. Il l’avait bien évidemment traquée, mais à son grand malheur, ne l’avait jamais retrouvée. Aujourd’hui encore, c’est l’une de ses plus grandes défaites. C’est peut-être ce qui acheva la part d’humanité de Fenrir à tout jamais. La rage, la colère, la violence grandirent un peu plus en lui. Il attaquait au hasard, n’importe qui et n’importe quoi. Plusieurs fois, il faillit se faire tuer par des sorciers, mais il était, semble-t-il, trop puissant pour eux. Lui qui voulut se retirer complètement de la civilisation trouva une nouvelle lueur d’espoir.

Lord Voldemort montait de plus en plus au pouvoir. Fenrir, qui ne se considérait plus comme un sorcier, se fichait éperdument de l’idéologie et du programme politique de ce Mage Noir. Cependant, une rencontre avec des Mangemorts le fit réfléchir. Voldemort faisait la promesse d’un monde si idyllique pour Fenrir, un monde dans lequel il pouvait enfiler sa véritable peau là où il voulait, un monde où le monstre pouvait s’amuser. Conquis par les paroles du Lord, Fenrir, toujours aussi jeune et fringant, prit place dans la Première Guerre. Ses crocs sévissaient à chaque fois qu’il le pouvait. Mari, femme, enfant, il s’abattait sur n’importe qui. Rapidement, son nom fut empreint de douleur, de deuil et de déchirement. Il était celui qui faisait trembler les gamins. C’étaient eux, sa cible préférée. Pas forcément pour les tuer d’ailleurs, mais pour les transformer. Toutes ses familles qu’il détruisait comme la sienne avait été détruite. Tous ses louveteaux qui achèveraient leurs parents dans leur sommeil. C’était si exquis.

Mais la suprématie de Voldemort toucha à sa fin. Comble de l’ironie, un gamin d’un an en était responsable. Aussitôt, Fenrir se terra dans son trou. Pendant des années, il resta silencieux, comme un fantôme. Il ne pouvait s’empêcher de mordre par-ci par-là, mais restait plutôt discret. Les années étaient longues et il se sentait bien seul après toute cette euphorie. Heureusement, il avait transformé plusieurs spécimens pendant la Première Guerre qu’il avait gardé sous le coude. Les prémices d’une meute. Mais on ne laissait pas de place aux loups-garou sous ce gouvernement.
Il en fallut du temps pour Greyback pour retrouver les beaux jours glorieux. Dès qu’il entendit parler du retour de Voldemort, il trouva d’anciens camarades. Les Malfoy par exemple. Dans la confusion autour du retour du Mage noir, il en profita pour reprendre ses activités, il recommençait à frapper au hasard, à mordre de jeunes gens, à éliminer les plus inquiétants. Bref, il se sentait à nouveau vivant. Jusqu’à ce moment si intense, à ce plaisir inégalable de la mort de Dumbledore. Sans le vieux sage, Fenrir aurait tout le loisir de taper dans ses si précieux élèves. Et il ne manqua pas. Voldemort et les Mangemorts au pouvoir, Fenrir n’a jamais été aussi puissant. Avec l’accord du Lord, il monte une meute, qu’il veut être la plus puissante et la plus étendue de toute l’Angleterre. Avec Seytan de sorti, Fenrir ne s’est jamais senti aussi loup. Il mène sa meute d’une main de fer et les entraîne à devenir de véritables soldats.

Tout parait être si parfait. Si seulement, il n’y avait pas une ombre au tableau. Une ombre qui se nomme Émeraude. C’est simple, Fenrir déteste cette meute aux règles bien trop strictes, elle est contraire à ses propres idées. Il voudrait la détruire comme tout ce qu’il détruit sur son passage. Il ne désire que lâcher l’ouragan sur elle, mais on le lui interdit. Alors il attend, il attend encore et toujours, tout en préparant ses armes pour le moment propice


Derrière l'écran

Nullam quis metus sit amet leo feugiat rutrum id nec est. Donec at interdum arcu. Sed at mauris nulla. Mauris ac ipsum est. Nulla eleifend odio a ex scelerisque placerat. Mauris consequat, odio quis fringilla vulputate, est tellus volutpat lectus, ac semper neque risus nec arcu.



Dernière édition par Fenrir Greyback le Mer 29 Mar - 22:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 432
Date d'inscription : 05/10/2016
avatar
Oh mon dieu Kao 21

B... Bienvenue Fenrir Pleure 1 J'espère que tu te rappelles les bons moments passés ensemble Pleure 1 Laughing

Plus sérieusement, je suis heureuse de te voir inscrite avec Fenrir Amour Et ce que tu racontes de son caractère fait froid dans le dos, tu le rends encore pire que je ne l'imaginais, j'ai vraiment un peu peur là je t'assure Laughing

En tout cas bon courage pour la fiche que j'ai hâte de lire Amour

_________________
~ Le loup qui appartient à une bonne meute n'est jamais seul ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 288
Date d'inscription : 27/12/2016
avatar
Re-Bienvenue et bon courage pour ta fiche Kao 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 25
Messages : 197
Date d'inscription : 27/09/2016
avatar
Fenriiiiiiiiiiir cheers cheers

Trop contente de te voir sur ce compte, rien qu à lire le caractère je sens que ce personnage va faire des ravages sur le forum Kao 21 je sens que je vais bien rire et vraiment impatiente de lire ta présentation Kao 3

_________________
Sauras-tu résister à la tentation, Invité ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 112
Date d'inscription : 23/12/2016
avatar
Merci les filles, et Ethan Razz Amour Amour Il fait peur à ce point là ? xD Non mais c'est une guimauve au fond Rolling Eyes pas du tout

T'inquiète pas Leah, il a de très très bon souvenir de toi Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 29
Messages : 184
Date d'inscription : 27/10/2016
avatar
Lyra laisserait bien parler son côté obscure avec Fenrir. Mais pas sûr qu'il aime. XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 46
Messages : 140
Date d'inscription : 04/01/2017
avatar
Il fait bien flipper déjà, et au final être son ami c'est pas forcément plus rassurant qu'être son ennemi. La version hardcore de Kurt xD


Hâte de lire son histoire en tous cas Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 112
Date d'inscription : 23/12/2016
avatar
Oh Oh, Fenrir est curieux de connaître le côté obscur de Lyra haha !!
Merci Andrew Smile Je sais pas lequel est le mieux XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 432
Date d'inscription : 05/10/2016
avatar
550 de large
Bien joué, t'es validé-e
Des petits liens pour t'aider


Re-bienvenue parmi nous Amour Quelle superbe fiche, j'ai eu le plaisir de la lire d'une traite et tu as su faire en sorte qu'on ait envie de savoir comment et pourquoi il en est arrivé là où il en est aujourd'hui !! Pauvre Fenrir, Leah et moi avons quand même un peu de peine de lire tout ça mais c'est sûr qu'un monstre pareil n'a pas forcément eu une enfance et une vie facile Sad En tout cas, Leah compatit et même si aujourd'hui, elle est terrorisée par lui, une partie d'elle ne peut pas s'empêcher de continuer à l'aimer Amour
J'adore aussi la partie sur Erin, j'espère vraiment en savoir plus au fil des posts Amour

Tu es évidemment validé Very Happy Je laisse le sujet ici le temps que les membres puissent lire, puis je déplacerai Very Happy Amour

Une femme, plutôt petite, s’avance vers Invité. Elle porte un tailleur, est coiffée d’un chignon et observe le nouvel arrivant à travers ses lunettes rectangulaires. Malgré une allure stricte, elle aborde un visage sympathique.

Bienvenue Invité sur Necronomicon.
Je suis une représentante de l’administration, et je suis là pour vous apporter toute l’aide nécessaire à votre installation. Il est important que chacun se sente à son aise, sorcier, moldu, ou autre.
Suivez-moi, je vous prie, nous allons commencer la visite.

Elle s’avance vers un couloir, laissant derrière elle le son de ses talons aiguille.

Derrière cette porte, vous trouverez le règlement de Nécronomicon . Lisez-le bien afin d’être validé(e). De ce côté-ci se trouve le département de renseignements . Ce département est très complet et donnera toutes les informations nécessaires : le contexte et ses annexes, les intrigues et leurs évolutions, etc.

Elle se tourne un temps vers Invité afin de s’assurer qu’elle est bien suivie lorsqu’elle change de couloir, et que cette personne ne semble trop perdue sous les informations.

Passons le département d’identification – vous avez eu, ou vous aurez, toutes les informations lors de votre inscription. Continuons plutôt vers les choses plus utiles. Afin de mieux vous intégrer, vous pouvez consulter le service d’urbanisme pour demander un logement. Vous trouverez également le département de l’emploi afin de voir quels sont les emplois à pourvoir.
Bien. Avançons.

Elle reprend la visite et se dirige cette fois-ci vers un couloir plus petit.

Si vous cherchez à créer des liens avec nos résidents déjà présents, le salon de rencontres sera idéal. N’hésitez pas à vous y rendre.
Pour plus de détails (le signalement des absences, des propositions d’idées, etc.), merci de consulter le guide de bienvenue .

Elle tend la main vers un petite table où repose plusieurs exemplaires du guide de bienvenue.

Il reste une dernière étape pour pouvoir entrer en territoire britannique. Une fois le règlement signé et votre fiche de présentation remise, vous pourrez passer la Commission du sang. Rassurez-vous, vous ne devrez tuer personne. Il s’agit de votre premier RP, cela a pour but de vous aider à vous intégrer. C’est un passage imposé par le nouveau gouvernement de Pius Ticknesse dans le jeu. Mais entre nous, vous n’y êtes pas obligé(e). Vous vous doutez de l’objectif du nouveau Ministère et s’y rendre peut se révéler risquer selon votre ascendance.

Elle sourit une dernière fois à Invité avant de le laisser partir.

Je vous souhaite à nouveau la bienvenue sur Necronomicon. Et bon jeu.






©️ Narja - Never-Utopia

_________________
~ Le loup qui appartient à une bonne meute n'est jamais seul ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 25
Messages : 197
Date d'inscription : 27/09/2016
avatar
Ah j'ai enfin eut le temps pour lire ta fiche et vous allez rire mais je l'ai vraiment trouvé touchant Amour Son histoire est triste et je trouve que trop de gens l'ont rejetés Pleure 2

En tout cas, j'ai tout lu d'un traite, et j'ai vraiment adoré l'histoire de ce personnage qui colle bien avec la description de J K Rowling.

Donc toutes mes félicitations pour cette superbe et impatiente de voir ce que donne ce personnage en RP Coeur

_________________
Sauras-tu résister à la tentation, Invité ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Fenrir Greyback [loup-garou]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fenrir Greyback [loup-garou]
» le loup-garou
» Le mythe du loup-garou et Un mythe plus large
» Soirée Loup Garou -- Spécial ... Italie !
» Purple III : L'oeil du loup [ spectre du loup garou ] (ok)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nécronomicon :: Entrée en territoire Britannique :: La commission d'enregistrement :: Les présentations validées-