The supremacy of the Muggles ends here.
Voldemort a ouvert les portes de l'Enfer et contrôle le gouvernement anglais. Sa suprématie ne s'arrêtera pas là. Avec la source de la magie noire à ses côtés, il s'apprête à mettre la main sur tous les continents. Son objectif : soumettre les moldus et les traîtes à leur sang. L'aiderez vous dans ce combat ou rejoindrez-vous la coalition internationale ?
RéglementContexteBottinsLes groupesLes créatures jouablesScénarii et Postes vacantsInvités
A savoir
# Juin 97 : Dumbledore meurt par la main de Severus Rogue
# Eté 97 : Voldemort prend le contrôle du gouvernement
# Septembre 97 : La Coalition Internationale reprend du service et une nouvelle année scolaire démarre sous la domination des Carrow
# Décembre 97 : Voldemort redonne sa liberté avec Seytan et passe un pacte avec ce dernier
# Nous sommes en mai 1998
Contexte
C'est une terrible annonce qui secoue le monde des sorciers : Dumbledore est mort, assassiné par Severus Rogue. Le plus grand mage noir de tous les temps en profite pour mettre la main sur le ministère de la magie. Son objectif : purifier la race sorcière et faire des moldus ses esclaves. Mais son empire ne s'étant qu'aux frontières de la bonne vieille Angleterre. Le monde entier doit être nettoyé. Pour cela, Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom est en quête de la source même de la magie noire. Le Necronomicon, le livre des monstres et des morts, le mène devant les portes de l'enfer, qu'il laisse grandes ouvertes...
Evénements
Ego vero sic intellego, Patres conscripti, nos hoc tempore in provinciis decernendis perpetuae pacis habere oportere rationem. Nam quis hoc non sentit omnia alia esse nobis vacua ab omni periculo atque etiam suspicione belli ?
Duplexque isdem diebus acciderat malum, quod et Theophilum insontem atrox interceperat casus, et Serenianus dignus exsecratione cunctorum, innoxius, modo non reclamante publico vigore, discessit.
Blackout
everything is falling apart

Partagez | 
 

 Entracte entre deux péripéties [PV Andrew/Lyra] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Âge : 29
Messages : 171
Date d'inscription : 27/10/2016
avatar







Entracte entre deux péripéties
[Andrew/Lyra]
11 mai 1998



Une bonne tasse de thé au Chaudron baveur après une journée bien remplie et un livre à la main. Voilà le programme de Lyra pour les quelques minutes qu'elle se donnait. Étrangement, le Chaudron baveur était encore un endroit où il était encore possible de se détendre.
La journée avait été bien remplie, Lyra venait de passer quelques heures à Gringrotts pour donner un coup de main aux soigneurs de dragon. Quand il fallait prendre soin de ces « petites bêtes », il valait mieux être plusieurs. Les brûlures, coup de crocs et de griffures avaient été évités et la magizoologue était ressortie sans une égratignure.

Elle prenait ainsi une petit collation, histoire de se reposer. La journée n'était pas fini : il fallait encore passer chez l'apothicaire afin de refaire les stocks pour continuer les petites expériences. Un petit passage par Fleury et Bott serait appréciable. Elle avait pour habitude de passer quelques heures à chiner dans les rayons à la recherches d'ouvrages qu'elle ne connaîtrait pas encore en ce qui concernait la magie expérimentale et les inventions.

Mais pour l'instant, elle savourait son thé sakura, un thé vert à base de fleurs de cerisier. Tout en lisant La Tour des anges, œuvre de Phillip Pullman que son fils, Bran, lui avait fait découvrir. Quand elle était partie, Bran lui avait offert les deux volumes en lui disant qu'elle pourrait « accrocher » à l'univers. Elle avait compris que par « accrocher », il voulait dire : trouver encore des idées farfelues pour tes inventions.
Verdict ? Elle avait dévoré le premier tome en deux soirées et elle sentait que celui qu'elle tenait entre les mains n'allaient pas passer la nuit. Et le fait que l'héroïne ait le même prénom qu'elle l'amusait beaucoup.

Certes, c'était de la littérature moldue, mais elle avait dissimulé la couverture et il fallait le lui prendre des mains pour comprendre de quelle littérature il s'agissait ; et l'UCRP s'attardent plus sur les contrôles des papiers que sur les lectures des contrôlés.

Encore quelques pages, se disait-elle, alors qu'elle sirotait son thé tout en gardant une oreille alerte à ce qui se passait autour d'elle.

© Jawilsia sur Never Utopia



Dernière édition par Lyra Ivy le Jeu 20 Avr - 10:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 46
Messages : 135
Date d'inscription : 04/01/2017
avatar

Entracte entre deux péripéties

Lyra & Andrew



Depuis les prémices de son retour dans le monde des sorciers, largement initié par Nymphadora Tonks, Andrew avait plus évolué en l'espace de quelques semaines qu'en plusieurs années. Il était sortit de sa bulle d'ermite, et était en bonne voie pour reprendre un peu sa vie en main. Il était allé de découverte en découverte. Les plus importantes concernaient naturellement des détails de la nouvelle politique du Ministère. Il réalisait alors que la convocation à la Commission d'enregistrement, reçue des mois plus tôt, était bien loin d'être une courtoisie. Pourtant, il l'avait totalement ignorée. De toutes manières, pour un né-moldu comme lui, il commençait à se dire que son absence avait certainement mieux value que sa présence à cet entretien. Le résultat, cependant, fut qu'il était désormais un hors-la-loi, ni plus ni moins.
Ainsi, tandis qu'il reprenait goût aux sorties, il devait rester sur ses gardes. Si un mangemort le surprenait au hasard, et venait à lui demander son identité, Andrew savait déjà qu'il serait bien dans le pétrin.

Avec ses vêtements sombres et sa carrure maigre, il savait se faire facilement discret. En début de journée, il s'était rendu à Gringrotts afin jeter un œil à ses propres réserves financières. Peu reluisantes, mais suffisantes. Il avait eut ainsi l'occasion de songer à trouver un emploi. C'était l'unique solution pour remédier au problème. Le reste de la journée s'était déroulée sans encombre.
Pourtant, depuis qu'il avait quitté cette petite boutique de potion, un peu en retrait du Chemin de Traverse, où il avait fait quelques approvisionnement en Tue-Loup, le jeune homme se sentait observé. Le fait qu'il soit un Loup n'arrangeait rien. Ses sens sur-développés lui apportaient tant d'informations sur son environnement qu'il s'y perdait. Le fait qu'il ne soit affilié à aucune meute n'aidait pas non plus. Pour le gouvernement, il devait incarner le genre de bête noire à éliminer, dans le doute. Paranoïa due à la pleine lune proche, ou réellement suivi, Andrew avait considérablement accéléré le pas à travers la rue commerçante. Lorsque ses pas le reconduisirent au cœur du Chemin, il profita d'un angle de rue pour semer ses potentiels suiveurs.

Sans hésiter, il avait passé la première porte se présentant à lui, et ce n'est qu'en se retournant dans le sens de la marche qu'il avait reconnu l'endroit.  Un soupir de soulagement lui échappa, et tandis que son regard se fixa de nouveau vers la porte d'entrée – à l'affût de clients 'suspects' -  il se laissa finalement tomber sur une chaise au hasard, un peu à l'écart des autres clients. Il sursauta quasiment en réalisant que la table était déjà occupée. Il se redressa un peu pour chercher à découvrir à quoi ressemblait cette personne planquée derrière un si gros livre.

« Excusez-moi… Je suis entré ici et je n'ai même pas fait attention avant de m'asseoir. »

A ces mots, il s'était relevé, balayant la salle des yeux à la recherche d'un emplacement libre. En reportant son attention sur la lectrice assise à la table, il pencha la tête, comme le ferait un chien face à un détail curieux.

« Je vous ai vu à la banque tout à l'heure. Brièvement. Vous deviez être bien plus occupée que je ne l'était. Mais je ne pensais qu'il n'y avait que des Gobelins qui travaillaient dans cet endroit…. »

En s'écoutant, Andrew se rendit compte que sa rencontre avec Tonks, quelques semaines plus tôt, avait déjà considérablement amélioré son débit de paroles mais en rien sa maladresse.

« Je vous laisse tranquille, ça ne me regarde pas de toute manière, pardonnez-moi. »

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 29
Messages : 171
Date d'inscription : 27/10/2016
avatar







Entracte entre deux péripéties
[Andrew/Lyra]
11 mai 1998



En pleine lecture, Lyra sentit un léger courant d'air provenant de la porte non loin d'elle et l'instant d'après, un homme s'était assis à sa table. Elle le vit s'installer du coin de l’œil et à sa façon d'agir, elle compris de suite qu'il n'avait pas fait attention à sa présence.
Elle hésita à ranger son livre mais elle préféra l'observer discrètement en attendant qu'il prennent conscience de sa présence pour ne pas l'effrayer.

Il était grand et amaigri, avec de légers signes de fatigues au niveau des yeux. Elle était assez observatrice par son métier et ce qui était observable chez les animaux, normaux ou fantastiques, l'était chez les humains. Et là, elle avait en face d'elle un homme qui cherche à se faire discret et pour qui les derniers mois avaient été plus que difficiles. Là, plein de suggestions étaient possibles, mais elle était prête à parier, vu son air d'animal apeuré, que le nouveau gouvernement y était pour quelque chose.
Elle n'eut pas le temps l'observer davantage car l'homme la vit rapidement.

Il était visiblement très mal à l'aise, son débit de parole était très rapide, un peu décousu, mais quelque part, elle trouvait cela touchant. Elle ne put s'empêcher de rire, amusée. Il évoqua sa présence à Gringrotts, cela ne l'inquiéta nullement. Elle voyait que c'était de la pur maladresse.

- Il n'y a pas de mal. Vous pouvez rester si vous le souhaitez.

D'un geste élégant de baguette, elle avança  vers l'homme la chaise dont il venait de se lever, l'invitant à se joindre à elle.

- Je ne suis pas contre un peu de compagnie.

Avec un sourire, elle ferma son livre, après y avoir glissé son marque-page. L'homme l'avait vue intervenir à la banque et s'en était étonné. C'était normal, beaucoup pensait que seul les gobelins y travaillait.

- Il est vrai que beaucoup pensent que seuls les gobelins sont employés à Gringotts. Je suis magizoologue et il arrive aux soigneurs de dragon de faire appel à des professionnels comme moi quand ils ont besoin de renfort.

Elle ne savait pas pourquoi, mais cet homme avait quelque chose dans le regard qui lui donnait envie de l'aider. Et depuis qu'elle était revenue, elle n'avait pas réussi à reprendre contact avec ses anciens amis. C'était difficile, elle avait toujours au des amis en commun avec Duncan depuis leur enfance à Poudlard. Donc tout ses amis vivant encore au Royaume-Uni lui rappelait son ancien mari, et même s'ils s'étaient quittés d'un commun accord, ça restait plus douloureux que ce qu'elle avait pensé.

© Jawilsia sur Never Utopia



Dernière édition par Lyra Ivy le Dim 5 Mar - 22:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 46
Messages : 135
Date d'inscription : 04/01/2017
avatar

Entracte entre deux péripéties

Lyra & Andrew



La sorcière avait sourit. Elle avait dû avoir pitié. Sans spécialement réjouir le jeune loup-garou, cela était déjà de bonne augure. En découvrant sa présence, Andrew avait surtout craint qu'elle ne l'envoie paître bruyamment et qu'il ne se fasse remarquer. Suivi ou pas, il détestait attirer l'attention.

Le sorcier haussa les sourcils lorsque la chaise s'animât, cherchant à l'inviter à la table de la lectrice. En voyant cette dernière avec la baguette à la main, il fut surtout impressionné de sa vivacité. Presque docilement, il vint s'asseoir, et profita de son angle de vue, vis-à-vis du reste de la salle, pour garder un œil sur les prochains arrivants.
Il remercia la jeune femme d'un hochement de tête et d'un regard entendu. Il était gêné et s'attendait presque à être envoyé baladé plus tard. Il était terriblement embarrassé de troubler la jeune femme dans sa lecture, et à vrai dire, il était certain que sa présence ferait vite regretter son livre à la jeune sorcière.

« C'est quoi, votre livre ? Demanda-t-il spontanément avec une curiosité affranchie de tout filtre, comme pouvait l'être celle d'un enfant.
Lorsqu'elle avait rangé l'ouvrage, Andrew avait remarqué que la couverture était légèrement plus grande que le reste du livre, et son odorat lui indiqua que le papier de cette dernière était plus ancien que celui des pages et n'était donc pas d'origine. Il doutait fortement qu'il s'agisse d'un ouvrage sorcier trop « gênant » à lire en public et avait rapidement supposé qu'il y avait de la littérature moldue derrière cette petite ruse. Une sorcière se plongeant dans ce genre de littérature avait déjà peu de chance d'être du côté du Ministère. C'était déjà ça.

De nouveau il secoua la tête. Quelle était encore cette idée de s'incruster ainsi auprès de cette inconnue qui avait visiblement assez eut pitié de lui pour l'inviter à rester.
« Magizoologue ». Voilà encore un terme qu'il n'avait jamais entendu avant aujourd'hui. Il avait tellement de choses à rattraper qu'il avait l'impression d'avoir hiberner pendant les vingt dernières années.

« Magizoologue… cela signifie que vous êtes un peu comme les vétérinaires des Moldus? S'aventura-t-il sans trop savoir. Enfin, je ne voulais pas vous offenser en comparant votre métier à ceux des moldus, ce n'était pas du tout pour le dénigrer, au contraire ! S'empêtrait-il. Cela doit-être sacrément dangereux comme activité, surtout si vous cotoyez des dragons, tâcha-t-il de conclure avec un sourire.
Ce qui l'avait surtout impressionné, fut que cette histoire de dragon planqué dans les sous-sols de la banque n'était donc pas qu'une simple légende urbaine. Il avait toujours douté de cela, mais son interlocutrice était bien la preuve de la véracité de ces récits.


Bien qu'il eût été attentif à la conversation que tous deux menaient, Andrew se tassa un peu dans sa chaise, gesticulant nerveusement à l'arrivée de deux nouveaux clients. Dans le décor qu'était devenu le Chemin de Traverse, ils n'étaient pourtant pas plus inquiétants que les autres passants, mais ils laissaient une drôle d'impression au jeune loup. Dans cet environnement encombré qu'était le Chaudron Baveur, son ouïe surdéveloppée ne lui était pas d'une grande aide.
Visiblement préoccupé par la présence de ces deux arrivants, qui s'étaient assis aux abords du bar, Andrew s'était levé, mine de rien, sans réellement en informer son interlocutrice. Ce qu'il pouvait être distrait, à la limite de l'impolitesse. Après deux pas, il se tourna vers Lyra, avec la plus grande maladresse.
"Je vais... commander quelque chose." dit-il, à peine crédible du fait de son hésitation.

Pourtant, c'est ce qu'il allait bien faire. Il commanda une bièraubeurre. Il faudrait bien ça pour qu'il se détende un peu. En patientant après ses commandes, son oreille traîna près de ces deux nouveaux clients, qui visiblement, ne désiraient pas être entendus tant ils parlaient bas. Cela ne laissa que très peu de doutes à Andrew, qui avait donc bien des raisons de se montrer méfiant à leur égard.

De retour à la table de Lyra, il posa sa pinte et avança vers elle une petite assiette de biscuits assortis au thé que buvait son interlocutrice. C'était là sa manière de se faire pardonner de s'être levé de la sorte, sans prévenir, alors qu'elle venait de l'inviter.



DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 29
Messages : 171
Date d'inscription : 27/10/2016
avatar







Entracte entre deux péripéties
[Andrew/Lyra]
11 mai 1998



L'homme qu'elle avait face à elle avait visiblement perdu l'habitude des contacts humains. Il parlait assez vite et semblait confus par ses propres paroles, un peu comme un enfant qui apprenait à vivre dans le monde des adultes. Évidement, la mère qu'elle était ne pouvait qu'être bienveillante envers cet homme dont le regard révélait bien des épreuves. La vie n'était pas tendre avec tous.

Elle n'eut pas le temps de répondre à ses questions qu'il s'était levé, observant autour de lui. Pas de doute, il craignait d'être une proie. Lyra était une spécialiste animalière, elle savait reconnaître un comportement de prédateur, et celui d'une proie apeurée. Comme pour les animaux qu'elle avait soignée, Lyra décida de le laisser agir à son aise et de ne rien faire de brusque pour ne pas accentuer son angoisse.
Percutant visiblement de son attitude, il s'excusa et alla prendre une collation. D'un regard discret, elle veilla sur lui, et sur ses arrières. Mais visiblement, personne ne le suivait.
En le voyant revenir avec des biscuits, elle ne put retenir un petit air de surprise, ouvrant un peu plus ses grands yeux bleus.

Oh ! Merci, c'est vraiment gentil de votre partie.

Sa nature gourmande se réveilla et elle saisit un petit biscuit avant de croquer dedans. Elle n'avait pas oublié les questions de l'inconnu. Elle jeta un œil sur son livre avant de porter son regard sur son interlocuteur, un petit regard complice. Elle retira discrètement la fausse couverture et le posa sur la table. Elle le fit glisser vers l'homme, les lèvres légèrement pincées et un regard espiègle.
Elle savait qu'elle pouvait faire confiance à l'homme : avec son attitude, il ne pouvait être du gouvernement. Ne voulant pas être entendu elle parla doucement, proche du chuchotement.

Ce livre, c'est juste un chef-d’œuvre de fantasy. C'est de la littérature moldue, pourquoi s'arrêter à la culture sorcière quand le mélange de cultre peut rendre les choses encore plus passionnante ? Si jamais ce genre de littérature vous intéresse, je peux vous en recommander quelques uns.

Elle ponctua ses paroles d'un petit clin d’œil complice. Elle ignorait si l'homme était d'origine moldue mais vu qu'il connaissait les vétérinaire, elle ne serait pas étonnée que ce soit le cas.

Et rassurez-vous, je ne prends pas mal la comparaison aux vétérinaire car c'est un peu ce que je suis. En réalité c'est plus un mélange entre le vétérinaire et le zoologue. C'est un métier passionnant qui n'est dangereux que si on ne connait pas le comportement de l'animal sur lequel on intervient. Si vous souhaitez en savoir demandez-moi. Mais attention, une fois lancée, il est difficile de m'arrêter.

Elle gardait ce sourire bienveillant, tout en portant sa tasse à ses lèvres. Cette conversation lui faisait un bien fou. Rencontrer de nouveaux visages qui n'étaient pas ceux du nouveau gouvernement était des plus plaisants.
Elle percuta d'ailleurs qu'elle ne connaissait pas son nom, et inversement.

Au fait, je m'appelle Lyra.

Elle ne donna que son prénom volontairement, si jamais son interlocuteur souhaitait garder un minimum d'anonymat, il le pourrait. Il pouvait même lui donner un faux prénom sil le souhaitait. Elle pouvait très bien comprendre, tous n'avait pas la possibilité de se présenter à la Commission du sang avec un espoir de le réussir. Lyra avait un père issu d'une longue lignée de sorciers. Tous n'avait pas cette chance.

© Jawilsia sur Never Utopia



Dernière édition par Lyra Ivy le Dim 5 Mar - 22:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 46
Messages : 135
Date d'inscription : 04/01/2017
avatar

Entracte entre deux péripéties

Lyra & Andrew




Un sourire timide sur les lèvres du jeune homme vint répondre à celui, plus affichée de la sorcière. C'était toujours encourageant, d'autant qu'il l'avait interrompue dans sa lecture… sa réaction aurait pû être bien moins patiente.


Aussi curieux qu'un chat, son regard inspecta le livre que la sorcière avançait sur la table. Après plus d'une vingtaine d'années de vie moldue, il se sentait bien inculte de n'avoir jamais lu cet ouvrage qu'elle qualifiait d'incontournable, pour ainsi dire. Bien qu'il lisait assez peu, il connaissait cependant  la trilogie de la Croisée des Mondes de nom, rien d'autre. La jeune femme lui apparue d'autant plus sympathique qu'elle semblait parfaitement ouverte d'esprit. La plupart des sorciers qu'il connaissait se contentait de dénigrer la culture moldue.


« Je ne suis pas un grand lecteur… mais je ne demande qu'à apprendre, cela dit. Mais je suis d'accord avec vous, concernant la culture moldue. Elle est d'autant plus intéressante qu'elle créée des tas de choses en s'imaginant connaître la magie. Et même ce qu'ils racontent sans magie est incroyable, je trouve.»


Il lui sourit brièvement, en soupirant un peu. La conversation était assez légère, et cela ui faisait un peu perdre de vue ses propres inquiétudes , d'autant plus qu'elle était très intéressante à écouter. Il ne la quittait pour ainsi dire plus des yeux. Le clin d'oeil de Lyra  le surprit presque, et de nouveau, il se mit à sourire un peu naïvement. Andrew ne doutait pas un instant de s'être incrusté à la table d'une grande passionnée.  Lorsqu'elle lui expliqua plus précisément la teneur de son métier, la sorcière ne fit que lui confirmer cette hypothèse. En buvant sa bièraubeurre du bout des lèvres, il l'écoutait des plus attentivement.


« Vous ne m'enlèverez pas de la tête que c'est un métier qui demande pas mal de courage. Personnellement, je me méfie déjà des grands chiens, alors face à un dragon, comme vous ce matin, je pense que je n'aurais même pas osé mettre un pied à la banque, plaisantait-il. Ca doit être un métier passionnant. Quel genre d'animaux avez-vous déjà eu à soigner ? Ca n' a jamais mal tourné ? »



Andrew avait été un gamin passionné par les animaux. Alors rencontrer une sorcière qui en cotoyait de toute sortes tous les jours réveilla cette ancienne lubbie. Il aurait pu passer sa journée à poser des questions à la sorcière.
Lorsqu'elle se présenta, il plissa instinctivement les yeux.

« Lyra. Comme l'héroïne de votre livre ? Vos parents vous ont nommé ainsi son hommage ? Moi c'est Andrew. »


Du coin de l'oeil, le loup-garou surveillait encore les deux clients qu'il suspectait d'être Mangemorts. Ils ne s'agitaient pas trop, pour le moment. Il doutait qu'un être aussi insignifiant que lui ne nécessite une stratégie aussi chronophage, et ainsi, commençait à se détendre un peu.


DEV NERD GIRL



Dernière édition par Andrew MacMercer le Jeu 23 Fév - 14:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 29
Messages : 171
Date d'inscription : 27/10/2016
avatar







Entracte entre deux péripéties
[Andrew/Lyra]
11 mai 1998



Lyra était ravie de voir que l'inconnu était réceptif à son opinion concernant la culture moldue. Soit il faisait partie de ces sorciers la voyant comme intrigante et pleine de mystère, soit il avait grandi en partie dans le monde moldu.
Elle le sentait toujours tendu, jetant des regards vers le comptoir. Il était de plus en plus probable qu'il ne soit pas tout à fait en règle avec la nouvelle administration. Tous les indices menaient vers cette déduction.

Mais il semblait cependant apprécier la conversation, s'intéressant visiblement à son métier. Face à son métier, il y avait deux réactions : ceux qui trouvaient cela intrigants et souhaitaient en apprendre davantage, et ceux qui la prenait pour une illuminée qu'on retrouverait un jour morte, dévorée par une créature. L'indifférence était plus rare.
Il lui posait plusieurs questions, et cela ne la dérangeait nullement. Il n'y avait rien d'indiscret et elle était de nature très sociable. Elle eut d'ailleurs un petit rire quand il releva la coïncidence entre son prénom et celui de l'héroïne de son livre.


Il est vrai que la coïncidence est amusante mais la réalité est tout autre. Mon prénom veut dire « lyre » en grec, vous savez, cet instrument dont joue Apollon. Une plaisanterie que ma mère avait faite à mon père où il est question d'une lyre.

Son prénom était une référence à une blague de sa mère. Sa grand-mère était professeur de grec ancien, elle lui avait donc fait croire que pour plaire à sa mère, il devait venir en toge avec une lyre et leur jouer un morceau, prétextant que c'était une « tradition moldue ». Lyra n'en parla cependant pas, ne voulant pas ennuyer son interlocuteur, qui s'appelait Andrew, avec des histoires de famille.
Elle percuta alors qu'elle n'avait pas répondu aux question d'Andrew concernant son métier et sa dangerosité. Oubli qu'elle s'empressa de rectifier.


Concernant mon métier, je reste persuadée qu'il est plus question de savoir que de courage. Il suffit de connaître les règles de vie de chaque espèce. Prenez l'hippogriffe, par exemple. Avant de s'en approcher, il faut le saluer, c'est un animal intransigeant avec la politesse. S'il vous salue, vous pouvez vous en approcher. Et il ne est pas bête, il sent quand vous êtes là pour le soigner. Les animaux, qu'ils soient magiques ou non, on un don pour sentir l'aura des gens. Quand ils sont blessés, ils sont vulnérables donc plus dangereux, mais si vous savez parler leur langage et que toute votre attitude montré que votre but c'est de les aider, ils se laisseront faire. Ils sont intelligents et comprennent si on se donne la peine de parler leur langage.

A cet instant, elle savait que sa passion et son amour pour ces êtres qu'elle soignait était palpable. Il y avait cette tendresse presque maternelle dans son regard, accompagnée d'une lueur de passion. Certes son métier pouvait avoir un aspect dangereux, mais elle avait passé toute sa vie professionnelle à apprendre le langage de chaque espèce, elle les avait étudié que ce soit en les observant dans leur milieu naturel ou à travers des écrits d'autres magizoologue. Son préféré était d'ailleurs celui qui avait donné ses lettres de noblesse au métier : Newton Sacamander (connu aussi sous le nom de Norbert Dragonneau).

Lyra était tentée de poser à son tour des questions à Andrew, mais elle craignait de le froisser. Elle sentait qu'il était pas habitué aux interactions sociales et qu'en plus de celui, il se sentait en territoire hostile, même s'il semblait s'être détendu un peu. Il était fort probable qu'il se sente mal à l'aise par ses questions et qu'il n'ose répondre de peur d'être entendu par des oreilles malveillantes.

© Jawilsia sur Never Utopia



Dernière édition par Lyra Ivy le Dim 5 Mar - 22:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 46
Messages : 135
Date d'inscription : 04/01/2017
avatar

Entracte entre deux péripéties

Lyra & Andrew




Les gens passionnés étaient passionnants. Cela n'avait jamais été aussi vrai qu'avec Lyra. Quelque part, Andrew admirait cette capacité à parler et à rendre son discours aussi intéressant. Il faut dire aussi que le sujet facilitait grandement les choses. Lyra semblait d'autant plus attachante qu'elle était intelligente et surtout modeste, alors que clairement, un tel métier n'était pas accessible à tout le monde. Il acquiescait de temps à autre en sirotant sa boisson, mais en réalité c'était bien la paroles de son interlocutrice qu'il buvait. Elle s'était lancée dans un tel flot de paroles qu'il se sentit bien idiot, une fois qu'elle eût fini. Il n'avait pas grand-chose à répondre, si ce n'est qu'il enviait beaucoup une telle profession.



Depuis sa transformation, les animaux moldus qu'il croisait occasionnellement faisaient preuve d'une certaine méfiance à son égard. Les chats surtout, d'ailleurs. Même eux l'avaient laissé tomber. En y pensant, il pressa un peu plus le sachet que lui avait donné le marchand de potions. Toutefois, en écoutant Lyra, il était évident de comprendre qu'elle profitait pleinement de sa chance. Lorsqu'elle parla des hippogriphes, un sourire s'imprima sur son visage sans qu'il n'en prenne réellement conscience. Les quelques cours de soins aux créatures magiques dispensés à Poudlard, et durant lesquels il avait pu approcher une de ces créatures lui revenait en mémoire. C'était là un excellent souvenir.



« Vous êtes passionnante, Lyra, vraiment » souffla-t-il le plus sincèrement du monde. Il allait ajouter quelque chose lorsqu'une main ferme pressa l'épaule du jeune homme.



Un des deux mangemorts avait quitté le comptoir du bar. Il exigea implicitement que le loup-garou ne vienne les rejoindre, lui et son collègue. Son attitude et le timbe de sa voix ne laissaient clairement pas la place à la négociation.
Andrew était plus pâle qu'un mort et il manqua même de s'évanouir, tant l'angoisse était redevenue intense en une poignée de seconde. Il regardait vers Lyra nerveusement, incapable de prononcer un seul mot à cause d'une boule dans la gorge. Dans cette posture, il se leva, et s'avança docilement vers l'autre client, qu'il avait donc soupçonné à raison. Son absence à la commission du sang devait être la grande responsable de tout cela. En tant que né-moldu, il n'y avait eu aucune bonne solution, de toute manière.



Il était inquiet mais surtout, il avait honte d'être ainsi affiché devant les autres clients du Chaudron Baveur, comme s'il avait été un criminel ou un monstre. Ses interactions avec Nymphadora Tonks avaient fini par lui ôter l'idée qu'il en fut un, de la tête.
Coincé entre les deux Mangemorts, au niveua du bar, le loup-garou n'avait pas fière allure. Il savait très bien ce qui l'attendait s'il était emmené au Ministère et ça ne serait qu'une question de temps. C'était parfaitement lâche, mais il n'attendait qu'une occasion de prendre la fuite. Son cas serait encore pire s'il cherchait à attaquer de front de représentants du Ministère.



Les deux hommes l'assomaient de questions dont ils avaient la réponse, de toute évidence. Cela concernait ses origines, sa race, son comportement parfaitement déshonorant pour la race des sorciers. Lorsque le premier ôta enfin la main de son épaule, il se saisit de l'opportunité que représentait c'est minuscule fenêtre. En les bousculant tous les deux, il prit ses jambes à son cou et quitta le Chaudron Baveur à toute allure, plus rapide qu'un guépard. Dans un tel état d'angoisse, il ne parviendrait pas à transplaner sans perdre quelques morceaux en route.


Sur la chaise, en face de Lyra, il avait oublié ses potions tue-loup, soigneusement rangées dans un sachet en kraft.



DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 29
Messages : 171
Date d'inscription : 27/10/2016
avatar







Entracte entre deux péripéties
[Andrew/Lyra]
11 mai 1998



Face à l'admiration d'Andrew, Lyra ne put s'empêcher de rougir légèrement et baissa un instant les yeux, un léger sourire timide aux lèvres. C'est à cet instant tout bascula et l'atmosphère devint étouffante. Une main se posa brutalement sur l'épaule d'Andrew et ils l'emmenèrent plus loin. L'altercation était violente et Lyra ne sut quoi faire. Si elle intervenait en sa faveur, elle aurait également des ennuis et elle se doutait qu'Andrew ne souhaitait pas cela.

Les mots fusaient, les questions, les cris. Elle perçut le regard d'Andrew, il était paniqué et perdu. Mais Lyra avait réussi à se ressaisir et percuta qu'il avait laissé un petit paquet sur la table, ce même paquet qu'elle l'avait vu serrer contre lui. Se doutant qu'il était précieux pour lui, elle s'en saisit et le dissimula dans son sac, profitant que les hommes étaient occupé avec la fuite d'Andrew. En le voyant se défaire et s'enfuir avec agilité, Lyra jubila intérieurement.

Mais elle ne laissa rien paraître car un des hommes s'approcha vers elle, agressif et lui demanda ses papiers tout en l'emmenant à l'extérieur du Chaudron baveur. Ces personnes étaient de grosses brutes, ça ne servait à rien d'entrer en conflits avec eux. Tout ce qu'elle avait à faire, c'était de montrer ses papiers bien en règle. Certes, ils affichaient « sang-mêlée » mais elle était en règle. Ils ne pouvaient pas l'embarquer parce qu'elle avait parlé à un simple inconnu. Et comme elle s'y attendait, on lui demanda ce qu'elle faisait avec l'homme qui leur avait échappé.
Mettant son masque de bonne citoyenne, elle releva le menton, prête à leur jouer son petit numéro, les yeux légèrement embrumés pour feindre l'état de choc..

- J... J'ignorai qu'il s'agissait d'un fugitif. J'étais tranquillement en train de boire mon thé quand... quand il s'est assis à ma table. J'ai cru à une erreur vu son air désolé. Et...

- Et vous l'avez laissé à votre table sans rien dire ?


Lyra regarda l'homme et prit un air faussement confus. En réalité, elle avait envie de lui dire que si elle avait envie de faire connaissance avec des inconnus suite à une rencontre hasardeuse, c'était son problème. Mais à la place, elle préféra rester dans son rôle et se contenta imaginer la raclée qu'elle lui réservait si elle le recroisait à la nuit tombée. Elle fit apparaître un mouchoir qu'elle porta aux coins de ses yeux.

- Et bien, il a été très poli et courtois, il m'a fait penser à ces gentlemen que mon père invitait lors de ses soirées mondaines... Et il a su lancer la conversation avec tant de gentillesse... Je suis revenu au pays depuis si peu... Je n'avais pas conscience que le danger était si présent... Si j'avais pu imaginer un seul instant qu'il était un dangereux fugitif... Seigneur !

Elle porta alors de mouchoir à ses lèvres feignant le choc. Cela sembla marcher à merveille car l'homme lui rendit ses papiers en marmonnant un « Très bien mais la prochaine fois soyez plus prudente. », et Lyra ferma les yeux avant d'acquiescer.

- Merci. Et si jamais je le revois. Je vous envoie un hibou sur le champ.

Son petit numéro sembla marcher et l'homme partit rejoindre son collègue qui poursuivait Andrew.
Tenez bon, Andrew, au moins jusqu'à la nuit...
Elle ne pouvait pas intervenir de jour, elle serait démasquée facilement. A présent, il était hors de question qu'elle soit vu avec Andrew. Mais elle pouvait l'aider et puis, elle avait quelque chose qui lui appartenait. Lyra fut tentée de regarde ce que contenait le précieux paquet. Mais elle se ravisa, c'était le jardin secret d'Andrew et elle-même n'aimerait pas qu'on vienne fouiller dans son propre jardin.

****
[Quelques heures plus tard.]

- Et comment tu comptes le retrouver ?

Darwin l'observait se préparer tout en la questionnant. Comment voulait-elle retrouver un homme dont elle ne connaissait rien et en fuite qui plus est.
Lyra attrapa une de ses armes expérimentales, une sorte de fusil à pompe assez court qui avait été trafiqué. Du chargeur émanait une sorte d'effluve magique et plusieurs tuyaux parcourrait le canon. Lyra avait expliqué à Darwin que c'était pour équilibré la puissance des sorts, mais il n'avait pas compris grand chose. L'essentiel c'était que sa magie devenait impossible à identifier.
Comme à son habitude, il resta loin d'elle, luttant contre son envie de se frotter à ses jambes. Pas d'odeur identifiable disait-elle. Il n'entrait donc pas dans la « zone sans odeur ».

- Je peux le retrouver. Dans la panique, il a oublié quelque chose qui lui semble important.

- Si c'est si important, pourquoi il l'a oublié ?

Lyra posa un regard dépité sur Darwin, il avait beau être le pus intelligent des chats, il gardait une réflexion parfois étriquée.

- Imagine que tu joue avec Bouboule, et là un oiseau-tonnerre surgit et compte te dévorer. Si tu lâches Bouboule, je doute que tu prennes le risque de te faire tuer, surtout si tu as une chance de le retrouver.

Bouboule était la petit souris en peluche que Darwin avait depuis qu'il était chaton. Lyra l'avait rafistolé plus d'une fois et c'était en quelque sorte son doudou. Visiblement, la comparaison marchait et Darwin sembla comprendre.

- Et je pense avoir une piste. Tout à l'heure j'ai fais une petite séance de divination et j'ai localisé un quartier.

Lyra n'était pas voyante, mais durant sa scolarité, la divination était une matière où elle arrivait à se débrouiller, surtout pour localiser des personnes, étrangement. Dès l'instant où elle avait quelque chose qui appartenait à quelqu'un, elle arrivait à le localiser dans un certain périmètre. Plutôt pratique. Son professeur de divination lui disait qu'elle arrivait à entrouvrir son troisième œil. Pas assez pour percer tous les mystères de la divination, mais suffisamment pour en tirer quelque chose. Comme quoi, ce n'était pas une matière fumeuse pour tout le monde.


© Jawilsia sur Never Utopia



Dernière édition par Lyra Ivy le Dim 5 Mar - 22:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 46
Messages : 135
Date d'inscription : 04/01/2017
avatar

Entracte entre deux péripéties

Lyra & Andrew





C'est lorsqu'il mit un premier pied dehors qu'Andrew réalisa que la soirée était entrain de tomber. Il courait, se faufilait entre les passants sur le chemin de traverse. Ses enjambées le menèrent assez rapidement hors de la rue commerçante. Il ne diminua pas le rythme de sa course lorsqu'il pensa avoir semé les deux mangemorts. Bientôt, et de fil en aiguille, il se retrouva même hors de toute ville. Il ne s'était jamais demandé ce qu'il pouvait y avoir hors du chemin de traverse. Maintenant il le découvrait pendant qu'il courait.
Sa course ralentit lorsqu'une vive douleur incendia son torse. C'était soir de pleine lune et il prit conscience de son oubli au Chaudron Baveur. La panique le regagna. C'était le premier symptôme, et la suite ne tarderait plus à venir.



Des bruits de pas se firent entendre. Les deux mangemorts étaient de nouveau à ses trousses. Les sorts fusaient derrière lui, sifflant au-dessus de ses oreilles, et lui éraflant les bras. Ils le rattrappèrent sans peine. Andrew se débrouillait assez mal en magie, faute de pratique. Il se défendait à mains nues. Sa force commençait déjà à se décupler en même temps que sa transformation s'effectuait, et pour la première fois, il fut reconnaissant des caractéristiques inhérentes aux loup-garous. En se débattant, il les envoya au tapis – du moins temporairement – sans même le vouloir.


Encore conscient de ses actes, il profita de cette brève inconscience pour leur dérober leur baguettes et de les briser, par pure mesure de sécurité.


Son bras droit saignait bien plus qu'il n'aurait voulu l'admettre. Qu'importe, il se remit en fuite, cherchant même à s'isoler, sachant ce qui l'attendrait plus tard dans la soirée.



La nuit tomba bien trop vite à son goût. Bientôt, la douleur se mit à courir dans tout son réseau sanguin, à s'insinuer dans le moindre de ses nerfs. Sa vue commença à se troubler, et il était persuadé que son crâne ne tarderait plus à exploser. Il n'en fut que plus désorienté orienté. Sa transformation s'effectua dans les plus grands hurlements. Son visage se déforma atrocement, au même titre que ses bras et ses jambes qui se rallongeaient. Sa veste déjà abîmée par les sorts lancés par les Mangemorts se déchira un peu plus sous le coup de sa déformation.



Comme à chaque fois, la douleur fut pénible mais elle ne disparaissait que pour laisser place à la folie animale.
Le loup-garou qu'était devenu Andrew se mit à hurler à la pleine lune. Son comportement aggressif ne fit qu'empirer face à ce décor inconnu. L'animal cherchait à percevoir les odeurs et les sons, mais la douleur dans l'une de ses pattes l'avait considérablement affaibli.
Comme tout animal blessé, il se mit un quête d'une cachette pour s'abriter de prédateurs plus puissants. Il n'avait déjà plus mémoire des Mangemorts à ses trousses.



Le loup se trouvait aux abords d'un bois. Il se laissa tomber près d'un arbre aux épaisses racines sortant du sol. Il léchait sa plaie instinctivement, comme pour l'apaiser, tandis qu'il demeurait à peine conscient. Dans la course, il s'était tordu également la cheville, et seule l'adrénaline le lui avait fait ignorer. Maintenant que l'animal était posé, presque allongé, sa patte arrière gauche était clairement déformée par cette torsion.
La vue troublée par tout cela, il aboyait et grognait au moindre bruit, bien que la plupart furent causés par des rongeurs, fourmillant entre les herbes et les feuilles mortes.



Les Mangemorts n'avaient pas mis longtemps à reprendre connaissance. Mais lorsqu'ils avaient trouvé leur baguettes cassées, à leurs pieds, ils avaient transplané, sans doute pour rentrer au ministère, ou quelconque endroit. Ils n'avaient aucune chance sans cette arme, face à un loup-garou. Ils le savaient et faisaient au moins preuve d'une certaine logique.



DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 29
Messages : 171
Date d'inscription : 27/10/2016
avatar







Entracte entre deux péripéties
[Andrew/Lyra]
11 mai 1998



Une silhouette se tenait dans la pénombre du bois, accroupie dans un arbre, elle observait les alentours. Elle avait suivi les traces d’Andrew depuis la ville, courant et transplanant de toit en toit pour atterrir dans cette forêt. Elle parvenait à tenir aisément dans les arbres grâce  des petits crochets aux niveaux des bottes et des gants. Planté dans l’écorce, cela lui donnait un bon maintien, et dans la peau d’assaillants, cela donnait un côté Wolverine.

Lyra avait des airs de justicières dans sa tenue. Entièrement en noir, elle portait une combinaison qui lui permettait une facilité de mouvement et un corset qu’elle avait rendu très flexible lui permettait d’accrocher baguette et gadgets en tout genre. Très peu de peau était visible car elle dissimulait son visage sous un capuchon et un cache-nez. Son regard était dissimulé derrière des lunettes de soudure qu’elle avait modifiées pour les rendre infrarouge. Ce n’était pas encore parfait, mais cela lui permettait de dissimuler au mieux son identité tout en se déplaçant dans l’obscurité.

Andrew était dans le coin, elle le savait, son sort n’échouait jamais. C’est alors qu’elle entendit le vacarme d’un affrontement. Elle transplana d’arbre en arbre, le plus rapidement qu’elle put. Elle eut tout juste le temps de voir des mangemorts se relever, ramasser ce qui semblait être des morceaux de baguettes.
Elle eut un sourire en devinant qui les avait mis dans cet état. C’est alors qu’un hurlement retentit, effaçant son sourire. Elle redressa la tête et regarda vers la direction du hurlement. Elle eut alors peut pour Andrew quand son instinct de magizoologue lui murmura que quelque chose clochait.
Aucune manifestation humaine, si Andrew était attaqué par un loup-garou, elle l’entendrait. A moins que… Face au doute, elle s’empara du paquet laissé par l’homme, l’entrouvrit et sortit une fiole qu’elle ouvrit et sentit. Elle reconnut sans peine l’odeur de l’aconit. Une potion tue-loup.

Plusieurs choses devinrent alors claires. Mais elle ne pouvait pas laisser Andrew dans cet état, elle n’avait pas pu prendre son traitement. Elle n’avait jamais eu affaire à un loup-garou, mais contrairement à ses dires à la Commission du sang, elle rêvait d’en approcher un.
Elle transplana à nouveau et se posa sur une branche épaisse. D’un coup de pied et de poing, elle s’accrocha à l’arbre et observa Andrew sous un nouveau jour… ou plutôt sous une nouvelle lune.
Elle remarqua de suite qu’il était blessé à l’angle que faisait sa jambe. Il fallait réduire la fracture car si la cicatrisation commençait, il faudrait casser à nouveau la jambe pour la remettre en place. Mais l’approcher ne serait pas de tout repos. Il était vulnérable par sa blessure et donc encore plus dangereux que d’ordinaire. Réflexe naturel quand on était doté d’un minimum d’instinct de survie.

L’idéal serait de le sédater. Elle avait ce qu’il fallait sous la main, mais réglé pour des humains, pour un loup-garou il faudrait forcer la dose assez pour le mettre dans les vapes sans risquer qu’il se réveille trop tôt… ou qu’il ne se réveille pas du tout. Alors qu’elle se demandait si une dose pour hippogriffe était faisable, les mangemorts semblèrent avoir décidé de revenir en force.  « Merde… »
Il fallait agir vite, mais elle ne pouvait pas risquer de s’interposer genre les mangemorts et Andrew, et laisser ainsi son dos bien exposé à un loup-garou blessé et probablement terrifié. Il fallait qu’elle trouve la bonne dose.  Le calcul lui prit quelques secondes mais ça lui parut être une éternité alors qu’elle chargeait en magie sn fusil à pompe et une autre arme qui ressemblait à un révolver avec trois canons.
Déterminée, elle se redressa, armes en main, et respira profondément, prête à entrer en scène.

© Jawilsia sur Never Utopia



Dernière édition par Lyra Ivy le Sam 8 Avr - 20:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 46
Messages : 135
Date d'inscription : 04/01/2017
avatar
@Andrew MacMercer a écrit:

Entracte entre deux péripéties

Lyra & Andrew





Le loup – garou se mit à grogner, dès lors que son odorat lui révèla la présence de plus en plus imminente des deux mangemorts, semés plus tôt. La créature se redressa, son pelage parsemé hérissé le long de l'échine, à l'instar d'un chat prêt à se battre pour défendre un territoire. Avançant tantôt sur deux pattes, tantôt sur quatre, son museau déformé se renfrogna, lorsqu'il perçut une nouvelle odeur. Ce n'était pas celle des mangemorts, mais dans cet état, Andrew était bien incapable de différencier les sorciers lui voulant du mal ….et les autres.


Les Mangemorts furent bientôt visibles, et semblèrent bien pris au dépourvu en se retrouvant nez-à-nez avec un loup-garou. Leurs documents devaient stipuler qu'Andrew ne s'était jamais présenté à la Commission de Sang, mais ne devait contenir aucune précision quant à sa nouvelle race. Cette fois-ci, l'animal ne se contenta plus de grogner, ses crocs se dévoilaient lorsque ses mâchoires se retroussèrent. A l'échelle des autres créatures de son espèce, il avait l'air bien frêle. Ses yeux jaunes n'en demeuraient pas moins effrayants, ils brillaient au milieu de la nuit.


Alors que les deux envoyés du Minsitère s'apprêtèrent à transplaner loin de là, la terrbile mâchoire du loup, semblable à un piège, se referma cruellement sur le mollet de l'un d'entre eux, le déchiquetant dans une giclée de sang lorsque le reste du corps disparut. L'odeur cuivrée du fluide enrageait d'autant plus l'animal, le rendant d'autant plus agité. Il en était électrisé, littéralement. La douleur au niveau de sa cheville ne semblait déjà plus l'affecter, mais celle à sa patte avant le forçait à boîter lorsqu'il marchait.
Andrew rongeait le morceau de jambe avec la même tenacité qu'un chien avec un os à moelle.


Le vent se levait, et emporta temporairement la senteur de l'hémoglobine mais en trahissait une nouvelle. Le vent était bien souvent le mouchard qui condamnait les proies et le scénario était sur le point de se répéter.
Lorsque Lyra entra dans son champs de vision, le loup ne la reconnut pas, naturellement. Pourtant, il ne l'agressa pas aussi sauvagement que les deux mangemorts, du moins pas immédiatement. Il se tenait sur ses gardes, la guettait en attendant le meilleur moment pour frapper, semblait-il. Ses yeux ne dissimulaient cependant pas ses intentions. Cette étrangère n'avait pas à être ici, sur ce qui était désormais son territoire pour la nuit.

La faim et la fatigue se faisaient ressentir, alors il était hors de question de gaspiller son énergie inutilement.



DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 29
Messages : 171
Date d'inscription : 27/10/2016
avatar







Entracte entre deux péripéties
[Andrew/Lyra]
11 mai 1998



Alors qu’elle s’apprêtait à « poutrer du mangemort », Lyra vit son enthousiasme se calmer en voyant Andrew attaquer ses assaillants. Dommage, elle aurait bien aimé leur cogner dessus.
Elle n’eut cependant pas le temps de baisser sa garde : le loup-garou l’avait repérée.

Lyra savait que courir ne servait à rien à part exciter un peu plus les instincts de chasse du prédateur. Elle resta donc figée, attendant le bon moment pour riposter. Elle ne perdit pas Andrew du regard alors qu’il semblait s’approcher, gardant ses armes en main.
Quand il fut plus proche d’elle (mais pas trop), Lyra tira un seul coup de sa main droite. Le geste fut rapide et précis alors que la décharge lumineuse qui sortait du révolver fonça sur le loup-garou. Comme elle s’y attendait, le faisceau lumineux touchant Andrew mais ne l’endormit pas dans l’immédiat. Elle transplana aussitôt, évitant de peu l’assaut du prédateur.

Elle apparut derrière lui alors qu’il chancelait. Sur un humain, la dose l’aurait mis KO de suite, pour le loup-garou, ça prenait quelques secondes.
Lorsque la créature tomba à terre, Lyra sortit sa baguette et l’immobilisa. Elle devait le mettre en sécurité avant que d’autres personnes arrivent. Cependant, le transporter alors qu’il avait sa patte dans un mauvais état n’était pas recommandé. Il fallait réduire la fracture avant qu’il ne cicatrise, sinon elle devrait lui casser la patte pour que tout cicatrise bien.

Avant de commencer, il fallait sécuriser le périmètre. Elle accrocha le révolver qu’elle venait d’utiliser à sa ceinture et elle fit un réglage rapide sur son autre arme. Là, elle tira en l’air et une lueur dorée s’éleva au-dessus d’elle avant de se disperser dans une onde de choc avant de former un dôme protecteur autour d’Andrew et d’elle-même.

A présent, elle était près d’Andrew qui était sédaté et immobilisé. C’était la première fois qu’elle voyait un loup-garou et elle ne pouvait s’empêcher d’être fascinée et à la fois triste. Toute cette souffrance pour quoi ? C’était si injuste de les traiter comme des pestiféré, leurs souffrances étaient déjà bien assez réelles, inutiles d’en rajouté.

- Bien, Andrew… C’est Lyra. Ta patte arrière est fracturée, je vais devoir te faire mal et j’en suis désolée.

Elle ignorait si cela avait une quelconque utilité, mais si la part humain d’Andrew écoutait, elle tenait à la rassurer. Dans son champ de protection, elle pouvait parler sans modificateur de voix et révéler son identité, personne à par Andrew ne pouvait l’entendre.

Respirant profondément, Lyra posa ses mains sur la blessure. Elle compta jusqu’à trois et tira un grand coup sur la patte arrière. Un grand craquement se fit entendre et l’instant d’après, la patte avait retrouvé un angle moins inquiétant.

- Bien… ça devrait suffire…

Lyra s’empara de sa baguette et lança un sort vers le sommet du dôme. Ce dernier se ferma, rétrécissant d’un coup. L’instant d’après, la forêt était vide et il ne restait plus aucune trace du loup-garou et de la magizoologue.

Quand les mangemorts revinrent sur leur trace, il ne restait plus rien : aucune trace de sang, ni de résidu de magie. Impossible de savoir ce qu’il s’était passé.

Lyra réapparu dans son sous-sol avec Andrew toujours inconscient. Darwin n’était plus là, mais elle savait qu’il allait pointer le bout de son museau d’une minute à l’autre.
Et il fit effectivement son entrée alors qu’elle plaçait Andrew dans la pièce fortifiée. D’ordinaire c’était pour les animaux comme les hyppogriffes, les erumpents, voire les nundus (mais pour ces derniers, en croiser à Londres signifierait un commerce douteux sur le marché noir).

- Un loup-garou !

Lyra se tourna vivement vers Darwin qui l’observait avec de grands yeux ébahis, la bouche béante. Comme quoi, même un chat pouvait rester bouche-bée.

- Je t’avais dit qu’il avait besoin d’aide, je n’imaginais pas à quel point. Je vais profiter qu’il soit dans le gaz pour finir de le soigner.

Darwin l’observait toujours avec cet air particulier que peuvent avoir uniquement les chats. Ce regard qui veut dire « je te juge humain… Et quelque chose ne tourne pas rond chez toi. »

- Décidément, je sens que cette pièce va voir passer de tout.

Tout en disant cela, Darwin entra et s’assit près de la porte pendant que Lyra finissait de soigner Andrew. Elle sentait le regard du chat sur elle, sachant qu’il veillait et la préviendrait au moindre danger. Mais il n’y eut aucun danger. Lyra acheva sa tâche, installa Andrew le plus confortablement possible et sortit. Elle avait pris soin de défaire ses liens pour qu’il ne soit pas entravé à son réveil et ne se blesse davantage. La pièce était sûre et la porte infranchissable sans magie.

© Jawilsia sur Never Utopia



Dernière édition par Lyra Ivy le Sam 8 Avr - 20:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 46
Messages : 135
Date d'inscription : 04/01/2017
avatar
link rel="stylesheet" href="http://codepen.io/devnerdgirl/pen/LVEPgz.css" />

Entracte entre deux péripéties

Lyra & Andrew




Le loup-garou se débattait ardamment et sous l'assaut des sédatifs qui se mirent rapidement à parcourir ses veines, il ne lui restait plus que ses grognements. A ses yeux, cette sorcière était une menace tout à fait similaire aux deux hommes qu'il venait d'attaquer… Peut-être était-elle même plus dangereuse avec ses gadgets originaux. L'animal se retournait, ses crocs deumerant sa dernière arme de défense face à cette sorcière qui l'approchait pour ne faire on-ne-sait-quoi. Sa mâchoire manqua de se refermer cruellement sur le bras de Lyra lorsque celle-ci fut à portée. « Manque de chance », le traitement agissait plus vite qu'il ne l'aurait voulu et au lieu d'une véritable morsure, sa gueule se referma mollement sur l'avant bras de la sorcière, sans qu'un seul de ses crocs ne perce sa chair.
Ses paupières voilèrent sa vue, et toute conscience quitta son corps, assommé par un sommeil aussi lourd que soudain. Lyra ne manqua cependant pas de lui arracher un hurlement de douleur lorsqu'elle redressa son squelette. Heureusement pour elle que le loup n'eut plus le moindre gramme d'énergie.


Andrew n'était plus qu'un poids mort lorsque Lyra les firent transplaner tous les deux chez elle.
Il était profondément endormi, et pour la première fois de la journée, il semblait plus serein qu'un bébé. L'épuisement le traquait depuis plusieurs jours, comme à chaque fois que la pleine lune se rapprochait. Sa transformation avait repoussé encore ses limites en l'affamant, et enfin le traitement de Lyra l'avait achevé pour une bonne quinzaine d'heures, au bas mot.


La pleine lune traversa le ciel, et laissa bientôt sa place à un soleil encore timide. La carrure inquiètante et difforme du loup garou se rétracta pour laisser place à Andrew. Il était bien moins impressionnant sous son aspect habituel, mais sa jambe deumera un tant soit peu tordue…. Mais d'une manière bien moins glauque. Le remède de Lyra, aussi brutal eut-il été, avait au moins le mérite d'avoir été efficace.
Le moins que l'on puisse dire, c'est que le jeune homme s'éveilla avec bien peu de glamour. Le visage creux et sâle avec une bouche qui avait dégouliné de salive, le corps éclaboussé de sang – du sien et de celui des mangemorts – et les cheveux en bataille, il se redressait doucement dans l'obscurité. Cette pièce lui était inconnue, et même sa bonne vue ne suffisait pas à ce qu'il trouve le moindre repère.
Très peu de souvenirs émergèrent de la nuit précédente. Des flash seulement. Il essayait de reconstituer le déroulement de la fin de la journée. Il se souvenait de Lyra, rencontrée au bar. Il se souvenait surtout de ces deux mangemorts qui l'avait pris à partie. Ils avaient été la source de menace principale. A deux contre un, ils étaient donc parvenus à l'avoir. C'est ce qu'Andrew crut comprendre en tous cas. Cette étrange cellule devait être l'un des sous-sol sordide du Ministère de la Magie. C'était donc ce traitement qu'on réservait aux monstres comme lui. Très bien.


Andrew se résigna rapidement. Il ne supplierait pas qu'on vienne lui ouvrir, il ne hurlerait pas de désespoir. Tout ce qu'il regrettait, dans l'instant, fut d'avoir quitté le domaine familial. Il regrettait ses pièces humides et son plancher grinçant, mais surtout le visage translucide du fantôme d'Agnès.


Incapable de se lever sans grimacer de douleur. Assis par terre, dos au mur, ses pupilles dilatées par l'obscurité se posèrent sur un chat. Cet animal était bien représentatif de son espèce, avec son regard assez méprisant. Andrew n'avait même pas le cœur à tenter de le chasser.


L'effrayer, le chasser. Cet animal devait connaître la sortie de cet endroit. S'il avait peur, il se précipiterait vers elle. En fait, il était sa seule chance de trouver l'issue.


Andrew se leva, franc-bon et à son premier pas, sa jambe se tordit à nouveau. Il chuta, tombant lourdement sur son bras blessé. Il hurla de douleur cette fois. Sa voix résonna en un écho insupportable, qui tambourina contre ses tympans rendus hyper-sensibles par la récente transformation. Cette saleté de chat devait bien se moquer de lui.



DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 29
Messages : 171
Date d'inscription : 27/10/2016
avatar







Entracte entre deux péripéties
[Andrew/Lyra]
11 mai 1998



Durant toute la pleine lune, Lyra avait veillé. Evidemment, il ne lui était pas possible de rester dans la cellule, s’il venait à se réveiller ce serait catastrophique. Darwin s’était proposé mais elle avait refusé catégoriquement : certes les loups n’attaquait pas spécialement les animaux mais elle ne voulait prendre aucun risque. Andrew était un homme charmant qui s’en voudrait s’il venait à manger son chat. Elle avait donc utilisé la petite lucarne dissimulée dans la porte.

Il fallait croire qu’elle avait mis une dose assez puissante car Andrew dormit jusqu’à la fin du cycle. Elle se dit qu’au moins, il souffrirait moins et sa jambe aurait le temps de cicatriser. Elle s’était renseigné et apparemment, depuis le retour de Seytan les loups-garous pouvaient cicatriser plus rapidement, elle se demandait jusqu’à quel point.

Cela faisait plusieurs heures qu’elle attendait lorsque qu’elle put enfin constater qu’il avait repris forme humaine. Elle décida donc d’aller préparer de quoi le revigoré. Pendant ce temps, Darwin était chargé de l’observer, sans lui parler. Il avait pour mission de le rassurer et non de lui faire croire qu’il était dans un mauvais remake d’Alice au pays des merveilles.

Quand Andrew reprit connaissance Lyra préparait la chambre qui était au sous-sol. Elle l’utilisait en général pour elle-même quand elle devait surveiller ses « patients » la nuit, mais là ça sera celle d’Andrew le temps qu’il aille mieux. Il devait être recherché à l’heure actuelle, il valait mieux éviter de l’exposer au premier.
Alors qu’elle s’attelait à la tâche, Darwin jouait son rôle en s’approchant prudemment d’Andrew. Il lui fit son show du chat câlin qui réclamait des caresses. Il fallait avouer que Darwin était très câlin de nature donc il ne serait pas contre un petit câlin. Il en profita d’ailleurs pour aller se frotter prêt d’une chaise, que Lyra avait installé avec des vêtements propres.

Lyra se doutait qu’Andrew serait déboussolé à son réveil et elle voulait être là quand il reprendrait conscience. Elle constata qu’elle avait loupé de peu le réveil en entendant Darwin faire des petits miaulements. Si leur invité avait été endormi, il aurait parlé. Ne voulant pas prendre Andrew au dépourvu, ne sachant pas s’il était habillé ou non, Lyra décida de parler à travers la porte. Elle frappa délicatement pour attirer l’attention.

– Andrew ? C’est Lyra. Ne vous inquiétez pas, vous êtes en sécurité. J’ai réussi à retrouver votre trace et je vous ai ramené ici pour que vous soyez en sécurité et j’ai soigné votre pat… pardon, votre jambe qui était blessée.

Elle ouvrit alors le verrou et laissa la porte entrouverte. Elle ne voulait pas faire irruption dans la pièce s’il n’était pas présentable.

–  Je vous ai mis des vêtements à disposition, j’espère qu’ils seront à votre taille. J’ai également préparé une chambre pour vous et un repas, vous devez être affamé.

Elle attendit une réponse. Elle avait parlé assez rapidement pour lui éviter de paniquer, qu’il comprenne qu’il était en sécurité. Elle avait conscience que la situation pouvait être effrayante pour lui.

– J’espère que vous me croirez également si je vous dis qu’avec moi, votre secret sera en sécurité. Personne ne viendra vous chercher ici, je vous en fais la promesse.

Elle entendit un petit miaulement qu’elle comprit comme une approbation de la part de Darwin. Elle l’imaginait bien assis à dévisager Andrew et à lui faire son expression de chat aux yeux globuleux tout mignon qui ne veut qu’une chose : des caresses et des gratouilles.
Andrew était le premier loup-garou que Darwin rencontrait, et c’était pareil pour Lyra, elle ne pouvait que comprendre l’intérêt que le félin éprouvait à cette instant pour leur hôte.

© Jawilsia sur Never Utopia



Dernière édition par Lyra Ivy le Sam 8 Avr - 20:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 46
Messages : 135
Date d'inscription : 04/01/2017
avatar

Entracte entre deux péripéties

Lyra & Andrew





L'obscurité et le caractère récent de la pleine lune mettaient indéniablement le loup-garou dans une position de faiblesse. Naturellement, et comme tout le monde en fait, il détestait cela. Andrew se sentait sâle – ce qui était en fait le cas – fatigué, et excessivement sur la défensive. De nature méfiante, il excluait mécaniquement d'être « entre de bonnes mains », à ce moment-là.
Il appréciait encore moins que l'on se mêle de ses affaires. C'étaient un peu les conséquences de sa transformation : il nourrissait une passion farouche pour le secret, et c'était sans doute ce qui l'avait maintenu cloîtré chez lui si longtemps. Ca, et la honte, en vérité. Nymphadora Tonks et son époux étaient alors les deux personnes à connaître sa vraie nature, et c'était déjà bien assez selon lui.


En sentant le sol froid entrer brutalement en contact avec son corps, lorsqu'il chuta, Andrew prit conscience qu'il ne restait pas grand-chose de ses vêtements. Vraiment, pas grand-chose. C'était la cerise sur le pompon, vraiment !
Se remettant laborieusement debout, et s'engageant à se déplacer à cloche-pied – faute de mieux – son attention se détacha du chat qui rôdait dans la pièce lorsqu'il perçu la chaise sur laquelle trônait des vêtements. Il les enfila en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, tragiquement honteux, pour deux raisons.


La première fut de réaliser que quelqu'un avait dû le voir dans cet état – quasiment nu. La seconde fut d'être un loup-garou incapable d'effrayer un chat. Bien qu'il s'en moquait, il devait être la honte de toute une race. Un coup de pied manqua de lui échapper lorsque le félin vint se frotter contre sa jambe. Les gens adoraient les chats. Cela avait toujours été un mystère pour Andrew.


« Dégage, le chat. » grogna-t-il avec mauvaise humeur.


Reboutonnant sa nouvelle chemise à la hâte, son regard se dirigea – sans le savoir – vers la porte dont émanait la voix de Lyra.
Dans sa certitude d'être prisonnier, sa mâchoire se crispa en entendant la voix de la jeune femme. Il la voyait déjà en traîtresse, peut-être même de mèche avec les mangemorts. Après tout, ils avaient un talent certain pour semer la paranoïa, la crainte de tous et de tout le monde. On ne pouvait faire confiance à personne, et même sa rencontre avec Tonks n'était pas parvenu à changer cette méfiance. Andrew demeurerait sans doute sauvage un bon bout de temps encore.


Il prit la direction de la sortie en jetant un œil menaçant au chat qui le harcelait pour quelques caresses. Andrew boîtait, mais en posant son pied d'une manière bien précise, il parvenait à se déplacer relativement aisément. Sans un bruit, il se plaça contre le mur, masquant le bruit de ses pas tandis que la jeune femme tentait tant bien que mal de le rassurer et de l'apaiser. Elle avait un discours et une intonnation convaincante… « peut-être parce qu'elle est sincère ? » chuchotait sa propre naïveté.
En une poignée de seconde après que Lyra eut dévérouillé la porte, il sortit de la pièce et saisit la jeune femme à la gorge, la plaquant d'une main contre la paroi pierreuse de couloir.


La colère mêlée à l'excitation d'atteindre la sortie de cette prison lui faisaient oublier la douleurs lancinante arpentant sa jambe, du tibia jusqu'au haut de sa cuisse. Les veines longeant ses tempes en été gonflées.

Pour un homme si longiligne, sa poigne était puissante.


« Où est-ce qu'on est ici ?! » lui hurla-t-il, bien que leurs visages furent tout juste à quelques centimètres l'un de l'autre.





DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 29
Messages : 171
Date d'inscription : 27/10/2016
avatar







Entracte entre deux péripéties
[Andrew/Lyra]
11 mai 1998



La magizoologue s’était préparé à une attitude éventuellement agressive. Elle n’avait jamais rencontré de loup-garou mais elle avait lu assez de choses pour savoir que leurs humeurs étaient très sensibles à la pleine lune. De plus, leur rencontre était récente, elle pouvait comprendre qu’il ne lui fasse pas confiance alors qu’elle connaissait son secret.
Mais elle resta calme, même quand il commença à s’énerver. La pleine lune était encore récente, une odeur de peur n’était pas la meilleur idée avec un prédateur. Même si Andrew ne le reconnaissait probablement pas, Lyra avait conscience qu’il était un prédateur avec des instincts. Et actuellement ses instincts lui hurlait de s’enfuir pour se mettre en sécurité.

La porte s’ouvrit brutalement et elle se retrouva plaquée contre le mur derrière elle. Elle ne fut pas réellement surprise, c’était une des réactions qu’elle avait jugée probable. Elle n’hurla pas, à vrai dire aucun son ne sortit de sa gorge alors qu’il lui hurlait dessus
Elle en avait eu des situations dangereux face à des animaux blessés ou protégeant leur territoire. Les situations de crise dans ce genre, elle gérait. Et à cet instant elle avait un avantage : Andrew avait une conscience humaine et si elle parvenait à atteindre cette conscience, tout se passerait bien.
Lyra était extrêmement calme alors qu’elle plongea ses grands yeux bleus dans ceux d’Andrew. Elle pouvait encore y voir le loup qui la fixait. Il n’y avait aucun défi dans son regard juste un désir de communication. Délicatement, elle posa sa main sur le bras d’Andrew qui était libre. Elle aurait pu saisir celui qui lui tenait la gorge mais ça aurait pu paraître agressif.
C’est alors que Darwin entra en scène, décidé à défendre sa maîtresse.

– Ici, c’est chez Lyra. Alors tu vas la lâcher gros sac à puce mal léché ! Elle t’a sauvée, soigné et mis en sécurité alors arrête d’agir comme un gros con de première !

Lyra ouvrit alors de grands yeux écarquillés. Elle les aurait bien tournés vers Darwin, mais il était dangereux de quitter un instant le loup du regard. Elle avait envie de le gronder avec un « Darwin ! » mais crier n’était pas la solution actuellement. Elle ne savait pas du tout comment Andrew allait réagir en voyant un chat lui passer un savon et l’insulter au passage.

– Darwin, on reste poli avec nos invités.

Son regard, toujours sur Andrew, était perçant, comme si elle pouvait à cet instant voir son âme. Elle devait bien choisir ses mots, et lui dire qu’il était en sécurité n’était pas utile. Il pourrait toujours en douter.

– Vous n’êtes pas le seul à avoir des secrets.

Elle avait toujours sa main sur le bras d’Andrew, cherchant par ce contact à lui montrer qu’elle n’était pas agressive. C’était un homme qui venait de vivre une rude épreuve, pourchassé à cause de sa nature et blessé. Il y avait de quoi rendre méfiant n’importe qui.

– Il n’y a personne d’autre ici, votre ouïe et votre odorat sont assez développés pour le vérifier sans avoir à me lâcher.

Lyra lui montrait par là qu’il était actuellement celui qui avait le rapport de force en sa faveur. Darwin parlait, certes, mais il ne faisait pas le poids face à lui. D’ailleurs, l’animal était angoissé à l’idée que sa maîtresse finisse avec la gorge d’arrachée. Quant à Lyra, elle ne résistait pas et le laissait décider.
A cet instant, la sorcière comprit cependant à quel point un loup-garou ouvrait être dangereux.

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 46
Messages : 135
Date d'inscription : 04/01/2017
avatar

Entracte entre deux péripéties

Lyra & Andrew





Pour une raison qu'il ignorait – ou qu'il préférait ignorer – Andrew se sentait presque frustré que Lyra n'éprouve aucune peur. C'en était presque déstabilisant. Son propre regard passait d'un point à un autre du visage de la jeune femme, et tandis qu'elle cherchait à l'apaiser, le loup-garou sentit sa main se fermer un peu plus autour du cou de la magizoologue. Cela ne ressemblait pas au jeune homme. Mais c'était le portrait craché du loup qu'il avait été la veille.


L'intervention du chat tomba mieux que le félin ne pouvait l'imaginer. L'emprise sur la gorge de Lyra diminua nettement. Andrew n'adressa pas une once d'attention à Darwin, et pourtant, il venait de semer un peu plus le trouble dans son esprit déjà perturbé. Ce n'était pas tant le don de parole de l'animal qui eut cet effet que le contenu de ses mots.


« Chez Lyra. » Qu'est ce qui lui était passé par la tête pour prendre autant de risques pour un inconnu « mal léché » comme lui ?


La confusion dans son regard le faisait ressembler à un skyzofrène entendant une voix de plus que d'habitude. Les chats étaient définitivement des créatures diaboliques. D'un coup de pied, Andrew claqua la porte au nez du félin. Il avait du mal à se concentrer du fait d'une migraine aussi fulgurante qu'habituelle dans son cycle de transformation.


Lyra acheva de le persuader qu'il n'y avait pas de réel danger ici. Elle avait raison : depuis son réveil, il n'avait sentit rien d'autre que son odeur et celle du chat. Aucun autre son que la voix de Lyra et les ronronnements de son chat. Sa main se défit totalement d'elle. Andrew semblait tout juste prendre conscience de son propre geste. Il ne s'en excusa pourtant pas. La part animale prenait encore le dessus.


« Que voulez-vous dire par « secret» ? » demanda-t-il avec la curiosité d'un animal distrait par un jouet de couleur criarde.


Réalisant le peu de distance qui les séparait, Andrew se recula d'un pas, rétablissant la notion d'espace vital.




DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 29
Messages : 171
Date d'inscription : 27/10/2016
avatar







Entracte entre deux péripéties
[Andrew/Lyra]
11 mai 1998



Il était évident qu’Andrew cherchait à remettre ses idées en place. Était-ce ainsi après chaque pleine lune, ou l’influence du retour de Sheytan rendait les choses plus difficiles ?
Elle ignorait pourquoi mais les loups-garous l’avaient toujours fasciné, probablement parce que le loup faisait partie de ses animaux non-magique qu’elle trouvait fascinant lorsqu’elle était enfant.

Des histoires, elle en connaissait plein, mais comme discerner le vrai du faux ? Le loup était-il si différent de l’homme ? Depuis peu, elle avait entendu parler de loups-garous se transformant hors de la période de pleine lune. Le contrôle était-il donc possible ? Quand elle voyait la grande différence entre l’homme qu’elle avait rencontré la veille et celui qui lui faisait actuellement face, elle commençait à douter. Elle pouvait sentir cette violence latente qui ne demandait qu’à s’extériorisé.
Lyra connaissait personnellement cette sensation de feu intérieur bien dissimulé derrière un masque d’humanité et de bonne manière.

Elle gardait un contrôle absolu sur elle-même et la femme resta aussi immobile que le marbre quand elle entendit la porte claquer au nez de Darwin. A cet instant, elle réfléchissait. Devait-elle l’immobiliser ? L’homme ne faisait pas attention au bas de son corps. Un coup rapide lui permettrait de se libérer. L’assommer après serait facile et elle pourrait l’oublietter avant de l’abandonner au milieu d’une forêt.
Non… ce n’était pas la bonne solution. Elle devait taire ses instincts elle aussi…

Lyra n’eut pas besoin de se réfréner davantage car Andrew lâcha son emprise. Il lui donnait une chance, elle n’eut donc pas à lui mettre un coup de tête pour lui casser le nez. Elle avait piqué sa curiosité, c’était assez pour lui prouver qu’il pouvait avoir confiance.
Lyra connaissait son secret, il fallait qu’elle lui rendre la pareille.

- Tout le monde a des secrets, certains sont justes plus grands que les autres. Dans mon cas…

Elle porta un regard vers la porte derrière laquelle se trouvait Darwin. Ce dernier était calme, il avait compris qu’il devait laisser Lyra gérer la situation.

- Un chat qui parle n’est que la partie visible de l’iceberg. Je ne suis pas que magizoologue. Mon secret se trouver derrière cette porte.

D’un signe de tête, elle désigna la porte la plus éloignée. Elle avait conscience que tout cela pouvait paraître mystérieux, et c’était calculé. Il fallait qu’il voit par lui-même et non qu’elle le lui explique. L’impact de son secret n’en serait qu’atténué.

- Suivez-moi.

Lyra continua de garder le contrôle sur elle-même, elle savait que si elle se laissait emporter par ses émotions, son cœur la trahirait et ses battements pourraient exciter les instincts de prédateurs d’Andrew. Il ne fallait pas qu’elle ait l’air d’une proie.

C’est ainsi qu’elle s’approcha d’un pas déterminé vers son laboratoire. Une fois devant, elle ouvrit la porte et se mit sur le côté pour qu’Andrew puisse voir le contenu de la pièce.
La pièce était un mélange entre un grand bureau, avec des étagères remplies de grimoire et de parchemins, et un laboratoire. Il y avait plusieurs ustensiles pour les potions mais également des objets pour pratiquer la chimie moldue.
Lyra avait volontairement laissé son armoire qui faisait office d’armurerie ouverte. Elle s’était préparée à devoir obtenir la confiance d’Andrew.
La grande armoire en vieux frêne révélait les inventions de Lyra : des armes moldues adaptées pour les combats contre des sorciers.

- Pourquoi je prends autant de risque en vous aidant ? Je veux voir cette dictature infâme brûler…

Lyra n’avait pas choisi ses mots au hasard. Pour elle, le gouvernement n’avait plus rien de libertaire, sa politique était un crime contre l’humanité et le jour où cette dictature tomberait ça serait pour ne pas se relever.

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 46
Messages : 135
Date d'inscription : 04/01/2017
avatar

Entracte entre deux péripéties

Lyra & Andrew




Le loup-garou arrogant et aggressif qu'il était en période de pleine lune venait visiblement de se prendre un mur. Lyra n'avait rien d'une proie, contrairement à ce qu'il s'était imaginé instinctivement. La maîtrise qu'elle pouvait avoir d'elle-même, et lui assurant un calme mécanique la hissait, pour ainsi dire, au rang de congénaire à respecter. Andrew était un loup solitaire depuis sa transformation, datée de presque une dizaine d'années, et les mécanismes de la meute et son système de hierarchie lui échappaient encore. Pour un animal vivant naturellement en groupe, il n'y a rien de plus contrariant et de plus angoissant qu'un individu vis-à-vis duquel il est difficile de se positionner. Il en allait de même pour les lycanthropes.
Lyra avait une force de caractère telle, qu'elle venait de calmer les pulsions d'un loup-garou instable, et ce, sans réelle encombre – si ce n'est une trace rouge autour de sa trachée qui imposerait une culpabilité muette à Andrew, un peu plus tard. La confiance ne s'imposait pas encore, mais au moins, la peur ne régnait plus.


Il s'était tut, comme un enfant remis en place par un parent et avait suivi la sorcière sans un mot de plus. La magizoologue devait resceller plus d'un secret, lorsqu'on y pensait. Avec un sous-sol aussi étendu, les secrets devaient pulluler plus vite que des Gremlins dans une piscine.


Lorsque la sorcière poussa la porte de son laboratoire, Andrew hésita à en franchir le seuil. Il posa avant tout un regard circonspect sur ce qu'il pouvait percevoir de la pièce. L'espace grouillait de flacons, de fioles et d'instruments dont l'usage lui étaient parfaitement inconnus. Certains lui évoquaient cependant son « ancienne » vie de moldu, et bien qu'il s'agissait d'armes, ces objets lui semblaient rassurants. Ses yeux cernés inspectèrent une dernière fois l'endroit avant qu'il ne consentit à faire un premier pas à l'intérieur.


Cette magizoologue était définitivement pleine de ressources. Si elle était réellement « du bon côté », la jeune femme devait être un point fort de la résistance contre le gouvernement.
Quelques pas plus loin, son regard était fasciné par ce laboratoire clandestin. Pour n'importe quel étranger, il était impossible de comprendre ce qui se tramait ici… si ce n'est quelque chose d'illégal.


« Vous avez fabriqué tout ça vous-même ? » fit-il en désignant l'armoire et les armes moldues d'un signe de tête. « Vous êtes membre de l'Ordre du Phénix, vous aussi ? » demanda-t-il aussi vite, en ayant Tonks à l'esprit.


En baladant ses doigts sur certains objets avec curiosité, il réalisa qu'il était impossible que Lyra soit une mangemort pour une raison simple : aucun d'entre eux n'aurait posé une once d'intérêt sur des outils moldus. Il se sentit bien idiot, une nouvelle fois.


« Je dois vous remercier, pour m'avoir ramené.. de je-ne-sais-où, d'ailleurs. Et vous demander pardon, pour ça.» complétait-il en montrant vaguement sa gorge marquée.




DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 29
Messages : 171
Date d'inscription : 27/10/2016
avatar







Entracte entre deux péripéties
[Andrew/Lyra]
11 mai 1998



Lyra observa l’attitude du loup face à son sanctuaire. Comme elle s’y attendait, il fut déconcerté, ce qui sembla permettre à sa part humaine de refaire surface. Sa langue se déliait et les questions arrivaient. C’était plutôt bon signe. La curiosité prenait le dessus et lui donnait moins envie de s’enfuir, les probabilités qu’il attaque à nouveau était donc plus basse.

Quand il la questionna sur une potentielle appartenance à l’Ordre du Phénix, elle fut pendant un court instant déconcertée. Mais elle ne laissa rien paraître, seul son silence pouvait la trahir. Mais Andrew n’eut probablement pas l’occasion de le remarqué, trop concentré sur le travail de Lyra.
Ce fut à cet instant qu’il s’excusa pour son attitude. Cette fois, il avait vraiment repris ses esprits. C’était bon signe.

-Nous sommes à Oxford, et ne vous en faîtes pas pour ça. J’ai eu pire. Ça sera parti dans l’heure.

Elle avait eu un petit sourire bienveillant, elle comprenait sa situation et son métier lui avait appris que parfois, il pouvait y avoir des blessures.

- Et pour répondre aux autres questions, oui j’ai tout fabriqué moi-même. C’est ça quand on grandi avec un grand-père moldu scientifique et qu’on est fan de Leonard de Vinci et de Jules Vernes, entre autres.

Elle posa une main fière sur l’armoire. Lyra avait conscience que c’était une chose exceptionnelle qu’elle faisait, mais il était hors de question que ces inventions puissent être révélées. L’histoire n’avait que trop démontré la puissance destructrice que pourrait avoir certaines inventions dans un contexte de guerre.

- C’est mon secret. Je m’en sers pour résister au gouvernement, mais je ne fais pas partie de l’Ordre du Phénix. J’aimerai bien les aider mais je ne suis pas sûre de les rejoindre officiellement. Je préfère opérer en solitaire.

Elle avait toujours eu ce côté « loup solitaire », comme lui disait son grand-père. Mais elle n’était pas contre une coopération occasionnelle.

- Et je m’arrange pour rester anonyme.

D’un petit mouvement de tête elle désigna sa « tenue de combat » qui tenait debout par magie des bottes jusqu’au capuchon.

- J’ai conscience que ça fait un peu super-héros de comics, mais j’ai un petit penchant pour les justiciers masqués.

Voyant qu’Andrew était plus serein, elle pensa à Darwin qui devait se ronger les sangs.

- Si cela ne vous dérange pas, je vais ouvrir la porte à Darwin, il doit s’inquiéter.

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 46
Messages : 135
Date d'inscription : 04/01/2017
avatar

Entracte entre deux péripéties

Lyra & Andrew




Le regard du loup quitta la collection d’objets hétéroclite de Lyra aussitôt qu’elle lui eut indiqué où ils se trouvaient. Oxford. Il savait en repartir, il saurait retrouver un endroit sûr et surtout, il pourrait quitter ce sous-sol sordide. Dix années d’auto-enfermement avaient été amplement suffisantes à Andrew pour qu’il se permette de vivre au grand air, désormais. A se cacher de tous, il s’était blindé de frustration, et il était grand temps que tout cela vole en éclats.


La veille, lors de l’attaque des mangemorts, il avait prit conscience malgré lui qu’il ne s’était jamais senti aussi soulagé que lorsque sa part animale se déchaînait. Ô ce n’était pas spécialement le goût du sang qui lui avait plu – il était loup-garou, pas vampire ! - non, c’était le lâcher-prise total qui l’avait profondément défoulé. Il ne comptait pas réellement en faire part à qui que ce soit. Ce n’était pas le genre de confession qui rassure. Aux yeux de beaucoup de sorciers, il aurait l’air d’un ancien alcoolique replongeant dans ses vieux démons. Il en était d’autant plus conscient que c’était la manière dont il s’était perçu tout ce temps durant.


Lyra semblait plutôt fière de ses inventions, et elle le pouvait bien : tout cela devait représenter des années de recherches et des heures de travail. Les auteurs et inventeurs dont elle parlait lui étaient naturellement familiers. Il avait vécu comme un moldu presque toute sa vie durant, après tout. C’était tout de même assez étrange d’assister à tout ce déballage qui aurait pu tout à fait sortir de l’esprit de ces deux génies quasiment mythiques.


« Vous avez raison de rester loin de l’Ordre du Phénix. Je n’ai jamais eu le moindre souci avec les Mangemorts jusqu’au jour où j’ai rencontré deux de ses membres. »
complétait-il d’une voix sombre.


Quelque chose changeait en lui, et il était certain qu’il devait cela à sa rencontre sanglante avec les deux mangemorts. Toujours est-il qu’un sourire amusé – peut-être un peu perplexe aussi – passa sur son visage en voyant le costume de Lyra. Elle n’avait pas besoin de revendiquer son goût pour les comics : son vêtement de justicière la trahissait bien suffisamment. Cette sorcière devait être bien atypique pour s’afficher ainsi avec un vetement tout droit copié de la culture moldue. Anonyme, ça, il valait mieux qu’elle le reste, pour sa sécurité !


L’occasion qu’il attendait se présenta plus aisément qu’il ne l’aurait imaginé. Lorsque la sorcière tourna les talons pour aller chercher Darwin – encore un autre génie qui devait sans doute lui être cher – Andrew acquiesça naturellement.
A peine fut-elle bien sortie de son champ de vision qu’il entreprit de quitter l’endroit. Il retrouva le couloir et prit rapidement la direction des escaliers – qu’il dût escalader plus qu’il ne les montait, du fait de sa jambe encore douloureuse. Prenant appui sur la rampe, il était presque aussi rapide que si son squelette était parfaitement intact.





DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 29
Messages : 171
Date d'inscription : 27/10/2016
avatar







Entracte entre deux péripéties
[Andrew/Lyra]
11 mai 1998



Il n’était pas difficile de voir qu’Andrew aurait préféré ne jamais se faire remarquer. Après, était-ce lié avec sa rencontre avec des membres de l’Ordre ? Elle ne connaissait pas assez les circonstance pour juger, peut-être était-ce le cas ou bien le hasard avait été taquin.

- Honnêtement, j’aime bien l’idée d’aller poutrer du mangemort après le dîner. J’aimerais bien un jour en assommer un avec une pelle.

Elle avait dit cela avec un petit air innocent, comme une enfant disant qu’elle aimerait bien aller à Disneyland. Lyra aimait les décalages burlesques et l’idée d’humilier un mangemort de la sorte… Elle l’imaginait bien revenir et expliquer à son « maître » qu’il avait été battu à coup de pelle.

La sorcière laissa un instant le loup seul alors qu’elle allait ouvrir à Darwin. Ce dernier lui sauta dans les bras et frotta sa tête contre le visage de sa maîtresse avec une certaine énergie. Il ne parlait pas mais son ronronnement était puissant. Il avait eu peur, c’est pourquoi elle prit le temps de le rassurer en le serra un instant dans ses bras. Cela avait donné le temps à Andrew de se faufiler hors de la cave, mais pas assez pour quitter la maison.

Lyra ne se précipita pas pour lui barrer la route, c’était inutile, et stupide. Elle transplana cependant dans la cuisine où l’attendait une bouilloire encore chaude sur la gazinière. Elle attendit que le loup passe devant la cuisine tout en sortant deux tasses et une théière. Une fois sûre qu’il l’entendrait, elle parla avant même de le voir. Ses bruits de pas boitillant par sa blessure étaient un bon indice.

- Il n’y a aucune prison chez moi. Le sous-sol me sert uniquement à soigner mes patients, quand je n’y fais pas mes inventions. Vous êtes libre de partir quand vous voulez.

Tout en parlant, elle sentait les différents thés qui étaient sur son étagère pour se décider. Une fois son choix fait, elle versa l’eau dans la théière avant de laisser le thé infuser

- Évidemment, je ne serais pas une bonne soignante si je vous laissais partir dans cet état, mais je ne peux pas vous retenir contre votre volonté.

Elle avait fait tout cela naturellement et avec une certaine rapidité, mais sans précipitation. Une fois son plateau prêt, elle se dirigea vers la table du salon où elle déposa le tout. Elle continuait de parler mais ne regardait pas Andrew, qu’il ne se sente pas surveillée. Son intention était tout autre.

- Je vous ai préparé une chambre au sous-sol, si vous avez besoin de dormir avant de partir. J’ai conscience que le sous-sol n’est pas l’endroit préféré d’une maison. Personnellement je m’y sens en sécurité, loin des regards indiscrets aux abords des fenêtres. Et j’avoue que les chambres à l’étage sont encore en travaux.

Lyra avait disposé les tasses, du sucre et des biscuits sur la table, s’attelant soigneusement à sa tâche.
Une fois qu’elle eut bien déposé une serviette à côté de chaque tasse, elle leva ses yeux et plongea son regard azur dans celui du loup, déterminée.

- Mais sachez que si vous partez maintenant et que quelqu’un du gouvernement vous vois, je serais exposée. J’aime cogner sur les mangemorts mais pas en risquant d’exposer mon identité et mes proches. Je ne suis pas revenu des États-Unis pour les condamner.

Son regard était alors perçant. Elle pensait à ses enfants qui, bien que loin de l’Angleterre, pouvait toujours être pris pour cible si ses véritables intentions étaient découvertes. Sa dernière phrase laissa entendre toute sa détermination mais également toute sa dévotion et son amour pour ses enfants. Si elle prenait tous ces risques, c’était pour leur donner une chance de vivre dans un monde meilleur.
Elle n’avait rien précisé pour ses enfants, mais Andrew n’avait qu’à poser le regard sur les quelques photos qui l’entouraient pour comprendre qu’elle avait donné la vie à deux reprises.

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 46
Messages : 135
Date d'inscription : 04/01/2017
avatar

Entracte entre deux péripéties

Lyra & Andrew




Andrew n’avait plus que cet objectif en tête : sortir de cette maison, quitter cet endroit et rejoindre des terres plus familères que ne l’était cette ville. Sa jambe serait sans doute un frein à son retour, mais il songeait déjà qu’une jambe fracturée, ça se soignait même chez les moldus. Sa démarche était des plus égoïstes, on ne pouvait décemment pas dire le contraire. Lyra l’avait cherché, retrouvé, soigné et même s’il doutait de pouvoir lui rendre la pareille tout de suite, il ne sembla pas qu’il eut envisagé d’essayer. Les dernières années au manoir avaient eu raison de sa liberté, et il était hors de question qu’un nouveau cycle recommence en se laissant enterrer de la sorte dans le sous-sol de cette maison.

Lorsqu’il fut au sommet des escaliers donnant sur le rez-de-chaussée, il soupira en songeant que le plus dur était derrière lui. Sa jambe se maintenait à peu près lorsqu’il se contorsionnait d’une manière bien précise pour poser son pied. La porte d’entrée de la maison était à portée de main – ou presque – lorsque la voix de la propriétaire des lieux retentit. Le loup se stoppa net. Il reprit sa démarche claudicante aux mots « il n’y a aucune prison chez moi. » Parfait, dans ce cas. Même la phrase suivante l’encouragea à accélérer le pas.

Lyra préparait le thé. Clairement, elle n’envisageait pas la possibilité qu’Andrew s’en aille tout de suite. Britannique de souche, ce fait aurait dû être un argument valable pour rester.

La solitude avait rendu le loup arrogant… à moins qu’elle n’ait fait que mettre en exergue un trait déjà présent chez lui, puisque lui, se sentait prêt à quitter cette maison. Tout lui paraissait bien trop étranger pour qu’il s’y sente chez lui, et la cave était bien le dernier décor où trouver un sentiment de sécurité.


« Si vous vous sentez aussi bien dans votre cave, vous n’avez qu’à y élire résidence principale, mais je n’y redescendrai pas. »


Sa voix sonnait glaciale et étrangement distante. La mauvaise humeur imprégnait encore ses actions et ses paroles, et cette réaction tentait à durer. Il se tenait là, préférant se montrer méprisant et méprisable, plutôt que de ressembler à ce chien errant attisant la pitié de la magizoologue. Le jeune homme avait totalement perdu l’envie de s’attacher à qui que soit. Réflexion faite, c’était encore le meilleur moyen d’éviter un nouveau drame.


« La seule famille que vous ayez ici, en attendant, c’est votre chat. Et je suis certain qu’il serait râvi que je m’en aille aussi, ironisa-t-il. Vous feriez mieux de rejoindre vos gosses. Quand on a une vraie famille, on évite de la mettre en danger en prenant de la distance inutilement. »


Le loup aussi, pouvait faire preuve de détermination. Il avait fixé Lyra, se redressant de toute sa taille longiligne. Oui, il comptait toujours partir, quand bien même cela pouvait mettre en péril les proches de la jeune femme, autant qu’elle-même. Il était un loup solitaire, tout le monde s’accordait sur ce point. A cet instant, tout ce qu’il voyait, c’était l’injustice d’avoir perdu sa propre famille dans son entièreté pendant que Lyra s’était éloigné drastiquement de la sienne.  

"Tout ce que je vous demande, c'est de me rendre mes affaires. J'avais une besace hier soir, contenant tout ce qu'il me reste du manoir."







DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 29
Messages : 171
Date d'inscription : 27/10/2016
avatar







Entracte entre deux péripéties
[Andrew/Lyra]
11 mai 1998



Andrew l’avait écoutée au lieu de partir… et Lyra se demanda s’il n’aurait pas mieux fallut qu’elle le laisse partir en boitant.
Il était toujours sur sa défensive et parlait avec une agressivité latente. Les probabilités que la lune soit responsable de cette attitude étaient grandes. Mais un doute était permis.
Puis Andrew se permis de parler de choses dont il ne connaissait rien. Le mot « vraie famille » donna à Lyra eut une folle envie de lui envoyer sa théière au visage. Mais elle resta de marbre, gardant tout enfouit. Elle se contenta de le regarder avec sa théière à la main. Elle ne lui jetterait pas l’objet en pleine face… elle n’aimait pas gâcher le thé.

Tout en posant la théière sur la table, afin d’éviter à la tentation, Lyra se tourna pleinement vers l’homme et s’adossa à la table. Elle prit volontairement cette posture faussement décontractée pour lui montrer qu’elle n’était pas impressionnée par l’attitude de dominance du loup. Elle comptait bien lui dire le fond de sa pensée.

- Mon sous-sol ? J’y passe le plus claire de mon temps. J’y ai d’ailleurs passé la nuit pendant que je m’assurai que vous ne risquiez pas de vous noyer dans votre vomi où je ne sais quoi d’autre.

Elle avait passé la nuit à veiller sur lui, ignorant comment il réagirait au sédatif. Elle repensait à l’homme maladroit et timide qu’elle avait rencontré la veille. A qui avait-elle à faire ? À l’homme ou au loup ?
Une chose était sûre : il n’avait aucune meute pour parler ainsi. L’expression « vraie famille » en disant long. Il était seul et avait probablement perdu tous ses proches.

- Concernant ma « vraie famille ». Elle a été un peu brisée quand mon ex-mari a demandé le divorce pour pouvoir vivre sa vie avec nos enfants et sa nouvelle compagne.

Elle aussi se sentait seule et isolée. En quelques années, trop de choses avaient changées pour qu’elle se retrouve. Son combat était une façon pour elle de ne pas perdre pied. Certes, elle s’était éloignée de ses enfants et ce sacrifice lui pesait à chaque instant.

- Plutôt que de rester aux Etats-Unis à attendre la fin du monde en me berçant d’illusions, je préfère donner une chance d’avenir à mes enfants en me battant loin d’eux que de les condamner à l’enfer.

Il pouvait partir, elle ne le retiendrait pas. Le quartier était calme, et moldu. Pas le genre d’endroit où les sorciers venaient fouiner. Mais le risque zéro n’existait pas.
Andrew voulait ses affaires, elles étaient au sous-sol, dans la petite chambre qu’elle avait préparé. Pour éviter de l’énerver davantage, elle prit sa baguette et, d’un geste, fit apparaître les affaires du loup sur la commode qui se trouvait juste à côté de lui. Dessus se trouvait une photo, version moldue, d’elle avec ses enfants.

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Entracte entre deux péripéties [PV Andrew/Lyra] [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» Discution entre deux Gryffondor [pv : Judicaelle]
» conflit entre deux [PV WildStorm] [Dé]
» Retrouvailles entre deux amis [ PV: Josh ]
» Pique nique entre deux chemins...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nécronomicon :: Le Londres sorcier :: Le chemin de traverse :: Chaudron Baveur-