The supremacy of the Muggles ends here.
Voldemort a ouvert les portes de l'Enfer et contrôle le gouvernement anglais. Sa suprématie ne s'arrêtera pas là. Avec la source de la magie noire à ses côtés, il s'apprête à mettre la main sur tous les continents. Son objectif : soumettre les moldus et les traîtes à leur sang. L'aiderez vous dans ce combat ou rejoindrez-vous la coalition internationale ?
RéglementContexteBottinsLes groupesLes créatures jouablesScénarii et Postes vacantsInvités
A savoir
# Juin 97 : Dumbledore meurt par la main de Severus Rogue
# Eté 97 : Voldemort prend le contrôle du gouvernement
# Septembre 97 : La Coalition Internationale reprend du service et une nouvelle année scolaire démarre sous la domination des Carrow
# Décembre 97 : Voldemort redonne sa liberté avec Seytan et passe un pacte avec ce dernier
# Nous sommes en mai 1998
Contexte
C'est une terrible annonce qui secoue le monde des sorciers : Dumbledore est mort, assassiné par Severus Rogue. Le plus grand mage noir de tous les temps en profite pour mettre la main sur le ministère de la magie. Son objectif : purifier la race sorcière et faire des moldus ses esclaves. Mais son empire ne s'étant qu'aux frontières de la bonne vieille Angleterre. Le monde entier doit être nettoyé. Pour cela, Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom est en quête de la source même de la magie noire. Le Necronomicon, le livre des monstres et des morts, le mène devant les portes de l'enfer, qu'il laisse grandes ouvertes...
Evénements
Ego vero sic intellego, Patres conscripti, nos hoc tempore in provinciis decernendis perpetuae pacis habere oportere rationem. Nam quis hoc non sentit omnia alia esse nobis vacua ab omni periculo atque etiam suspicione belli ?
Duplexque isdem diebus acciderat malum, quod et Theophilum insontem atrox interceperat casus, et Serenianus dignus exsecratione cunctorum, innoxius, modo non reclamante publico vigore, discessit.
Blackout
everything is falling apart

Partagez | 
 

 Tally Youngblood [Succube]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Âge : 25
Messages : 197
Date d'inscription : 27/09/2016
avatar

Youngblood, Tally Kristen Stewart

gif
Infos générales
avatar
Bonjour, je m'appelle Tally Youngblood, j'ai 24 ans et je suis né(e) le 09 Septembre 1973 à Fowey, je suis donc de nationalité britannique. Je travaille en tant que soldat, tueuse à gages de l'armée moldus de Londres. Sinon, je suis bisexuelle et célibataire et je suis riche. Pour finir, j'utilise Kristen Stewart comme avatar et je fais parti du groupe Créatures de Seytan.


❯ ASCENDANCE : Moldu.
❯ DATE DE NAISSANCE : 09 Septembre 1973.
❯ NATIONALITÉ : Britannique.
❯ ESPÈCE: Succube
❯ CLASSE SOCIAL : Riche.
❯ ORIENTATION SEXUELLE : Bisexuelle.
❯ GROUPE : Créatures de Seytan
❯ COMPAGNON : Minuit, une chatte Mau Egyptien.
❯ BAGUETTE : Aucune.
❯ PATRONUS : Aucun.
❯ EPOUVANTRARD : Son ancienne elle, humaine.
❯ CAPACITÉ SPÉCIALE : Possède tous les dons des succubes mais est encore débutante dans le domaine.


Des détails sur ton personnage

Quel est son caractère ? Tally ne porte pas intérêt à grand chose. Elle est devenue quelqu’un qui n’en a généralement rien à faire de ce qui se passe autour d’elle. Peu de gens possèdent son véritable respect: Kyô, Paris, Minuit et Seytan. Depuis qu’elle devenue succube, elle est devenue très taquine avec les gens. Son colocataire étant sa plus grande victime car elle n’en a pas peur. Elle manie également le sarcasme comme une reine. Lancer des piques aux gens est devenu sa seconde passion. Elle est devenue bien trop franche depuis son changement de condition et les mots passent sa bouche bien avant qu’elle ait pu les retenir.
Elle a une très mauvaise vision de l’amour véritable, de la fidélité et du couple. Lorsqu’un couple est face à elle, elle ne peut s’empêcher de lancer des piques ou jouer avec les sarcasmes pour semer la zizanie. Il lui arrive souvent de séduire les hommes déjà casé avec une vision féérique de leur fantasme pour montrer à leur femme, qu’un homme fidèle ça n'existe pas.
Contrairement à son ancienne version humaine, la jeune femme est souvent armée de son sourire séducteur où moqueur suivant la situation. Elle ne s’énerve pas souvent, son côté dérisoire prenant souvent le dessus sur sa colère mais lorsqu’elle s’énerve, il vaut mieux se cacher. Tous les objets se trouvant dans la pièce pourrait être lancé en direction de sa cible. Elle n’aura pas peur d’attaquer et d’insulter la personne en face d’elle car elle n’a aucun esprit de conservation.

Que penses-tu du gouvernement de Voldemort et son pacte avec Seytan ? On ne va pas se le cacher, elle ne porte aucun intérêt à ce pacte. Elle ne croit qu’en Seytan, le reste ne la touche pas du tout. Elle ne se sent absolument pas concerné par le gouvernement des sorciers, cela lui passe par dessus la tête. Elle trouve même que Voldemort est pas très malin de faire affaire avec Seytan car le dragon n’hésitera pas à le supprimer lorsqu’il ne lui sera plus utile. Elle a eut quelques soucis gênants avec un mangemort loup garou de la meute de Greyback. Pour faire simple, elle sert les intérêts de Seytan et non ceux de Voldemort.

Quel est ton avis sur l'Ordre du Phénix, de la Coalition et de leur combat ? Elle n’en pense rien du tout. Elle n’est pas du tout concernée par leur combat. Elle n’a aucun avis sur la question. Elle sait très bien qu’ils se sont mis dans l’idée de renvoyer Seytan dans sa prison mais elle n’arrive pas à les prendre au sérieux. Elle a l’impression de voir une bande de gamins jouer à la guerre. Elle ne les trouve pas alarmants ou menaçants donc elle préfère les ignorer. Si jamais par un miracle, il devenait menaçant envers son maître, elle ira se battre pour leur régler leur compte. Pour l’instant, ils la font juste rire. Si elle doit vraiment leur donner une qualité, elle leur dire que c’est bien d’avoir des rêves dans la vie… même s’ils ne sont pas réalisables.



Anecdote

Cohabite très bien avec Kyô ♦ Ex petite-amie de Mathias ♦ Prend un malin plaisir à taquiner son colocataire ♦ Est très reconnaissante envers Kyô car elle est persuadée de lui devoir sa nouvelle vie ♦ A toujours envie de rire quand elle voit un couple en pleine démonstration d'affection ♦ Possède un énorme dressing ♦ Fait souvent des clins d’œils aux personnes qu'elle trouve séduisantes


_________________
Sauras-tu résister à la tentation, Invité ?


Dernière édition par Tally Youngblood le Sam 14 Jan - 18:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 25
Messages : 197
Date d'inscription : 27/09/2016
avatar

gif
Ton histoire


Dans le monde, rien n’est jamais ni complètement blanc ni complètement noir. Il y a toujours un « Oui mais … ». C’est pareil pour nos soit disant héros. Vous connaissez les soldats, les vraies, ceux qui combattent au côté de l’armée moldus. Eux aussi ont un côté noir caché. Une section de l’armée moldus est plutôt caché de tous, la plupart des soldats et des personnes qui y travaillent ne connaissent pas vraiment son existence. La raison c’est qu’elle agit de façon cruel et brutal. Ils ne sont qu’une dizaine de soldats mais on devrait plutôt parler d’assassins car les personnes de cette section sont principalement des tueurs à gages chargés d’éliminer tout élément gênant au bon fonctionnement du pays.

Mes parents faisaient parti de cette section, c’est d’ailleurs comme ça qu’ils se sont rencontrés. Leur chef leur donnait un nom et ils partaient l’éliminer. Cependant, mes parents étaient deux idiots, ils ne trouvèrent rien de mieux que de tomber amoureux l’un de l’autre. Ce n’était pas interdit au sein du service mais ce n’était pas vraiment bien vu non plus. Ils étaient jeunes et complètement immatures, au bout de quelques mois d'idylles ma mère tomba enceinte de moi. Leur général, Abraham Sanzu en fut ravie. Il voyait là un moyen de tenter d’élever un enfant comme un tueur. Il tenta même une ou deux expériences chimiques sur ma mère pour tenter de rendre le foetus plus fort. Ces agissements ont effrayé ma mère qui supplia mon idiot de père de s’enfuir avec elle. Au moment où ils voulurent s’enfuir, le scénario vira à la catastrophe, Abraham n’était pas d’accord avec leur décision et mit tout en oeuvre pour les arrêter. Un accident avec mon père fit qu’Abraham perdit la vie laissant derrière lui son jeune garçon Gilles à peine majeur.

Mes parents réussirent à s’enfuir, tout du moins c’est ce qu’ils croyaient. L’armée avait toujours un oeil sur eux mais ils attendaient simplement la venue de l’enfant pour agir. Gilles était bien décidé à venger son père. Ma mère finit par me mettre au monde, mes parents pensaient avoir passé le plus dur des épreuves et ils s’installèrent donc tranquillement dans une petite ville. Le problème c’est que Gilles était très patient, il leur laissa donc passer trois ans en ma compagnie. Au delà de ce délai, il envoya les tueurs à gages dans ma maison, mes parents perdirent la vie et Gilles m’emmena avec lui. Je pense qu’il ne savait pas vraiment quoi faire d’une enfant de cet âge et qui pleurait tout le temps après ses parents. A trois ans, on oublie vite, on s’habitue vite. Gilles gagna très rapidement ma confiance, une glace et on en parle plus avec un enfant qui ne comprend rien à la vie.

Je pense qu’il s'était mis dans l’idée de m’élever sans s’attacher à moi mais son plan échoua à ce niveau là. Il était ma seule famille et plus je grandissais et plus je m’accrochais à lui. Il avait beau diriger une section de tueurs à gages, il ne pouvait résister à ma petite bouille. Il m’éleva, il m’éduqua et surtout il me forma. Abraham avait réussi à booster mon système immunitaire avec son expérience mais ça ne m’apportait pas grand chose. Je ne tombais jamais malade et j’avais tendance à me remettre plus rapidement de mes blessures mais rien d’extraordinaire. J’étais la première enfant à être élevé directement dans cette section macabre de l’armée. J’appris énormément de choses, le combat à mains nues, la défense, l’utilisation d’une multitude d’arme autant d'armes blanches que d'armes de tirs. On essayait de faire de moi une vraie machine de guerre. Je n’y voyais pas grand mal, je ne faisais qu’apprendre, je n’allais jamais sur le terrain. Mon père me protégeait pour ça, et il avait décidé que je ne partirais pas sur le terrain avant ma majorité.

Le problème dans ce tableau, mon caractère. Ma crise d’adolescence fut un véritable calvaire pour mon père. Je voulais aller sur le terrain, je voulais sortir, je voulais être un peu plus libre et je le faisais savoir. Je n’avais pas peur de mon père car il m’aimait, il ne me ferait jamais de mal donc je lui hurlais souvent dessus. Dans de gros excès de rage, il m’arrivait souvent de jeter des objets à travers la pièce voir même sur lui. J’aimais bien apprendre mais j’avais besoin de sortir de ses murs et ça ne m’arrivait que très rarement. Malgré toute ma colère, Gilles tient bon, il ne m’envoya pas sur le terrain avant mes 18 ans.

Je me souviendrais toujours du premier soir où l’on était sorti. On était sortie avec Caleb, un des assassins de mon père, on n’était pas là pour tuer mais pour localiser un dealer de drogue qui échappait toujours à la justice. Je n’avais pas grand chose sur moi sauf un gilet par balle, une arme à feu et une dague que mon père m’avait offert. Caleb et mon père étaient quant à eux armés jusqu’au dent au cas où la mission finirait mal. Du haut d’un toit, on avait rapidement trouvé le mec ainsi que deux de ses sbires. On les prenait littéralement la main dans le sac, ils étaient tranquillement en train de vendre leur drogue à des jeunes drogués.


« On devrait les éliminer, il est clair qu’il trempe dedans, avais-je chuchoter. »
« Tu observes ce soir, Tally. C’est Caleb qui va s’occuper de leur cas, m’avait répondu mon père. »
« Tu me fais miroiter toutes ces années, pour juste me dire non sur la fin, m'emportais-je. »
« Fin de la discussion Tally, je suis ton père mais je suis aussi ton général donc tu ne discutes pas mes ordres. »

Je me souviens avoir répondu par un grognement. J’étais en train de bouillir de rage. J’avais eut l’impression d’avoir été enfermé tout mon enfance et quand je pensais enfin pouvoir voler de mes propres ailes, mon père me retenait. On était donc descendu avec Caleb mais mon père et moi étions restés cachés derrière un mur pour pouvoir observer Caleb en action. Il était sacrément doué, il était rapide, furtif et très habile. Je rêvais un peu d’être comme lui un jour. Malheureusement malgré tous ses entraînements, l’action tourna au vinaigre. Il avait commencé par égorgé un des deux sbires provoquant l’alarme chez les deux autres. Il évinça rapidement le deuxième sbire mais trois autres types sortirent d’une baraque pour leur prêter mains fortes. Caleb se prit une balle dans l’épaule qui le ralentit. Mon père m’avait demandé de ne pas bouger pendant qu’il rentrait dans le combat mais la colère m’aveuglait souvent et j’avais fini par intervenir. J’arrivais discrètement dans la rue quand je vis deux autres types sortirent d’une porte juste devant moi. Je saisis l’arme à feu que j’avais à ma ceinture et je fis feu sur le mec de gauche. La balle passa par son dos pour s’enfoncer dans un de ses poumons. Il s’écroula, cracha du sang, suffoqua mais ce n’était pas mon problème. Mon problème, c’était la deuxième personne qui s’était retourné et qui s’apprêtait à sortir son arme à feu. Je partis au corps à corps. Je courus vers le mec pour le plaquer au sol. Mon entraînement était meilleur que le sien et je réussis à garder le dessus. Je saisis la dague que m’avait offerte mon père et je lui enfonçais dans la jugulaire. Le sang se mit à jaillir à flot de la blessure et malgré ses deux mains plaqués contre sa plaie, l’homme n’avait aucune chance de s’en sortir. Je me relevais rapidement en reprenant ma dague. C’était la première fois que je tuais des personnes et j’en prenais un certain plaisir. J’étais même fière de mon action. Mon père et Caleb avait fini leur combat aussi, et mise à part la blessure à l’épaule de Caleb, il n’y avait pas d’autres blessures.

« Joli coup, gamine, me félicita Caleb. »
« Ne l’encourage pas, pesta mon père. Tally, je t’avais demandé de ne pas bouger. »
« J’allais pas rester sans rien faire alors que ces deux là arrivaient derrière votre dos,
hurlais-je. »
« C’est ta première sortie sur le terrain, tu aurais pu mourir jeune fille, continua Gilles énervé. »
« Tu es juste dégoûté car tu ne m’en pensais pas capable et je les ais éliminer tous les deux sans problèmes. »
« Tu viens à peine d’être majeure, tu as encore beaucoup à apprendre, tu es insouciante et impulsive. Dans ce métier, un faux pas et c’est la mort. Je ne veux pas que ça t’arrive, s’emporta Gilles. »
« Tu ne vas pas me garder enfermer dans une bulle toute ma vie, criais-je en retour. »
« Je ne veux pas interrompre cette dispute père/fille mais je me vide de mon sang, intervint Caleb. »

Cette remarque avait coupé court à la dispute et on était rentré au QG pour soigner les blessures de Caleb. Les jours suivants furent un peu tendus entre mon père et moi. Il m’en voulait énormément d’être intervenue, d’avoir désobéi à ses ordres et pour le citer, d’avoir mis ma vie en danger. Finalement, le problème était clairement celui là, mon père cherchait à me protéger, à me cacher des maux du monde, il voulait m’enfermer dans un cocon. Je n’étais pas du tout d’accord avec cette idée. J’avais besoin de vivre, de découvrir de le monde et surtout de partir sur le terrain. Cependant, les seules fois où je partis sur le terrain par la suite, était des excursions très ennuyeuses car on me donnait des personnes pas vraiment intéressantes à surveiller. Je sentais le point de saturation arriver à grand pas et j’avais affronté mon père une nouvelle fois.


« Te serait-il possible de m’envoyer dans une mission intéressante la prochaine fois? Car sinon, je ne vois pas vraiment l’intérêt de m’avoir entraîné si durement toute ma vie, avais-je déclaré un soir en mangeant de façon un peu agressive. »
« Pas tant que tu agiras de façon inconsciente, avait simplement répondu mon père. »
« Premièrement, je t’ai sauvé la vie et celle de Caleb même si ça te tuera de l’avour. Deuxièmement, je n’ai eut aucun soucis en mission depuis cet incident qui rappelons le est le seul et l’unique. Et troisièmement, je vais finir cinglée si tu continues de jouer à la mère protectrice, m’énervais-je. »
« Je vais y réfléchir mais je ne te promets rien. »

Cette simple phrase avait coupé court à la conversation. Je vous laisse deviner, mon père n’avait absolument pas changé d’avis et continuer de me materner encore et encore. De mon côté, j’avais fini par craquer et j’avais décidé de prendre ma vie en main. Un soir, j’avais emmené plusieurs affaires dans un sac et je m’étais enfui de la maison avec une des voitures de mon père, son audi coupé. Une voiture que j’affectionnais beaucoup depuis un temps. Je m’étais perdu dans une ville tout prêt de Boston. Avec l’argent que j’avais volé à mon père, je louais une chambre dans un hôtel. J’avais choisi ce lieu car dans les dossiers de mon père j’avais repéré un éventuel psychopathe qui résidait dans ces lieux que l’armée surveillait. J’allais faire mes preuves. Le soir de mon arrivée, j’avais décidé de partir dans le bar où le type se rendait très souvent. Le mec avait l’air d’être le jeune homme le plus banal du monde mais je ne lâchais pas l’affaire pour autant. Alors que je buvais tranquillement mon soda au bar, un jeune homme m’interpella.

« Vous êtes nouvelle dans le coin car je ne vous ais jamais aperçu, me demanda une voix rauque. »
« Où alors, c’est la première fois que vous faîtes attention à moi, dis-je en tournant la tête vers l’inconnu. »

Le jeune homme devait avoir plus au moins le même âge que moi. Il était très grand et assez carré. Il portait des cheveux noirs courts et il avait d’incroyables yeux bleus. Je devais au moins lui reconnaître qu’il était super canon mais je n’étais pas là pour ça.

« Si je vous avais déjà vu, je me souviendrais d’un tel visage d’ange, me dit-il gentiment. »
« Ce genre de discour fonctionne vraiment d’habitude? Demandais-je en riant. »
« J’en sais rien, c’est rare que je drague les filles, je n’en ai pas le temps. »
« Croyez moi ça se voit,
répondis-je en me moquant. »
« Je m’appel Zane, se présenta-t-il en me tendant la main. »

J’avais répondu par mon simple prénom et on s’était serré la main en guise de présentation. Je n’étais pas vraiment habitué avec les gens de mon âge mais avec Zane c'était vraiment facile car il m’était facilement à l’aise. On avait passé une bonne partie de la soirée à parler de ses études de kinésithérapeute qui lui prenait un temps fou et qui expliquait sa piteuse approche de drague. Je me sentais bien pour la première fois depuis très longtemps. C’était tellement naturel de parler ainsi avec un nouvel ami que ça me faisait un bien fou, moi qui n’avait aucune vie sociale en dehors de mon père et de l’armée. Le problème se posa lorsqu’il me demanda ce que je faisais de ma vie. La réponse exacte est que j’avais fugué pour suivre un psychopathe et prouver à mon père que j’étais capable de me débrouiller seule. Je décidais donc de faire des travaux et de vraiment bien arrondir les angles.


« Euh, je ne vais pas te mentir, je me suis enfuie de chez mon père. Il me materne trop et je veux lui montrer que je peux m’en sortir toute seule, expliquais-je un peu honteuse. »
« Oh mince, tu dors où du coup? Me demanda-t-il inquiet. »
« Au motel qui se trouve à 2 km d’ici. »
« Tally, je sais qu’on vient de se rencontrer mais je recherche actuellement un colocataire pour mon appartement donc je veux bien que tu viennes habiter avec moi le temps que tu décides de ce que tu veux faire,
me proposa-t-il maladroitement. »

Quelqu’un de censé, aurait refusé d’emménager chez un inconnu surtout avec un psychopathe qui court dans la nature mais je pouvais me défendre en cas de problèmes, je le savais, mon entraînement était un plus. J’acceptais donc cette proposition et c’est ainsi que je me retrouvais à faire une colocation avec Zane. C’était bizarre car il n’était pas comme mon père, je pouvais faire ce que je voulais quand j’en ai avais envie, il n’y voyait pas grand chose à redire. C’était libérateur pour moi. Zane me trouva même un travail dans une salle de sport ce qui était certainement ce qui me ressemblait le plus. J’étais donc capable de payer la part du loyer et même de participer aux courses. C’était une nouvelle forme de vie pour moi, j’étais autonome et responsable de moi même. Mon père et le service au sein duquel j’avais grandi me manquaient quand même car je n’avais jamais rien connu d’autres mais cette solution temporaire me plaisait bien. Je n’en oubliais pas mon objectif premier qui était de poursuivre le psychopathe que je suivais. Je m’occupais de cette tâche quand je ne travaillais pas et que Zane était en cours. Ce type était pourtant très discret, plus je le suivais et plus je me disais qu’il n’était pas un psychopathe mais un jeune homme banal qui travaillait dans une librairie. L’armée devait s’être trompée. Pour la première fois, je comprenais le sens de ces séances d’observation, l’armée n’était pas sûre non plus, ils avaient besoin de filer les personnes pour éviter de tuer les mauvaises personnes. Ma fugue m’apprenait déjà une leçon.

Cette fugue me faisait vivre une toutes nouvelles expériences car j’avais grandi au sein des murs de l’armée et je ne savais pas grand chose du monde extérieur ce qui me permettait d’en découvrir tous les jours. Zane pensait que j’étais une fille à papa qui avait quitté le domaine familiale pour échapper à mes fonctions de reprise d’entreprise. Il était assez loin de la vérité mais je ne cherchais pas à modifier l’histoire. Je n’étais pas mes parents, je savais très bien que pour le protéger, il devait tout ignorer à mon sujet. Oui je cherchais à protéger Zane car en moins d’une semaine, j’avais énormément d’affection pour lui pour ne pas dire plus. Au bout d’un mois en sa compagnie, il finit même par m’inviter au restaurant, cela sortait de nos sortie habituelles qui se résumaient souvent à un café où un bar. Je le savais je tombais sous son charme mais je me sentais comme une femme depuis la première fois de ma vie.


« Je suis vraiment ravi que tu sois venue vivre chez moi, me déclara Zane tandis qu’on rentrait à pieds à notre appartement. »
« Ah bon, et pourquoi ça? Avais-je demandé en souriant. »
« Tu sais très bien pourquoi, répondit-il plus sérieusement. »

Un peu prise au dépourvu, je secouais la tête en signe de négation. Je ne voyais pas vraiment où il voulait en venir. Je ne fréquentais jamais les gens avant ma fugue et j’étais donc la pire pour deviner l’humeur des gens.


« Parfois, j’ai l’impression que tu débarques d’une autre planète mais j’adore ça en fait. C’est pour ça que je suis heureux que tu sois venu chez moi, ajouta-t-il avec un terrible sourire charmeur. »

A peine eut-il fini de parler, qu’il déposa un tendre baiser sur mes lèvres. Dans ce domaine aussi j’étais une novice mais je cru fondre comme neige au soleil à son contact. Mon coeur se mit à tambouriner très fort contre ma poitrine au point de vouloir exploser. La je me sentais vraiment vivante. Je ressentais une flopée d’émotions en même temps et ses émotions me rendaient heureuse. J’étais amoureuse de Zane, c’était mon premier amour et je m’y accrochais comme une désespérée. Je voulais de cette nouvelle vie.

Ma simple colocation se transforma en véritable idylle. Je n’étais plus heureuse, j’étais encore bien plus. J’en oubliais complètement mon ancienne vie. Zane était le garçon le plus gentil et le plus attentionné qui puisse exister et je me retrouvais souvent à sourire comme une idiote, quand il me sortait une phrase romantique où qu’il me faisait un compliment. Notre routine quotidienne était mon petit paradis vivant et je voulais découvrir le monde à ses côtés. J’étais certainement, la fille la plus chanceuse du monde pour avoir trouver mon âme soeur du premier coup.

Ce merveilleu petit paradis dura pendant plus d’un an et demi. Avec Zane, on attendait la fin de ses études de médecine qui arriverait prochainement pour partir sur le continent africain construire une nouvelle vie. C’était ma façon à moi de tirer un trait sur mon passé. Pourtant je me demandais si je ne devais pas prévenir mon père qui me manquait énormément. Il avait tout donné dans sa vie pour s’occuper de moi et je voulais au moins lui rendre la pareille. Malheureusement, ma vie bascula quand même avant que je ne puisse agir.

J’étais parti à la bibliothèque pour récupérer un livre de médecine pour Zane. En entrant dans le bâtiment, j’avais été surprise de ne voir absolument personne. J’étais seule dans la grande seule et je trouvais cela assez étrange en pleine journée. J’étais prête à partir pour revenir plus tard lorsque j’entendis le cri d’une fille émanant de la réserve. Je me précipitais vers la réserve à toute allure sans réfléchir et j’ouvris la porte d’un grand coup d’épaule. Je m’étais retrouvée face à face avec le jeune homme qui était soupçonné d’être un psychopathe. Enfin, pour le coup il n’était plus soupçonné, je confirmais c’était bel et bien un meurtrier. Une jeune fille se retrouvait avec les entrailles à l’air à même le sol. J’arrivais malheureusement trop tard. L’homme se tourna immédiatement vers moi et me fonça dessus avec son couteau à la main. Je continuais à me maintenir et m’entraîner un tant soit peu, j’esquivais sans trop de problème et je réussis même à lui décrocher un coup de pied en plein thorax. L’air lui manqua et j’en profitais pour le propulser sur une étagère d’un nouveau coup de pied. C’était une erreur car il renonça à notre combat et s’enfuit par la porte de secours. Je renonçais aussi au combat et après un coup de fil anonyme à la police, je m’enfuis des lieux.

J’étais repartie comme j’étais venue, j’avais fait un sacré détour avant de rentrer chez moi. Zane était encore en cours et pour éviter d’éveiller les soupçons de qui que ce soit, je finis ma journée comme d’habitude. J’avais l’intention de lui expliquer que j’irais chercher son livre le lendemain car je m’étais endormie l’après midi. Tout ce qu’il ignorait, ne pouvait que le protéger. Cependant, je me demandais si je devais tout de même prévenir mon père, j’avais peur qu’il me force à rentrer à la maison mais il devait savoir qu’un psychopathe courrait dans la nature. J’étais sur le point de l’appeler lorsqu’on frappa à la porte de l’appartement. Zane avait dû oublier ses clefs car c’était son heure de rentrer. J’ouvris la porte et me retrouvais face à face avec le type de la bibliothèque avec un pistolet sur le crâne.


« Je savais que tu étais la meuf à Zane. Recule où je tire, me menaça-t-il. »

Je reculais doucement de plusieurs pas et ne bougeait pas pendant qu’il fermait la porte de l’appartement. Il me fit asseoir dans le fauteuil et maintint l’arme pointée dans ma direction. J’avais beau rester immobile, mon cerveau cherchait quant à lui à un plan de secours. J’étais capable d’esquiver mais si je me prenais une balle, j’allais être ralentie et mes chances de survie seraient plus mince. J’aurais dû hésiter moins longtemps avant d’appeler mon père, il aurait eut le temps d’agir.


« Tu sais que je vais devoir t’éliminer à cause de ce que tu as vu. Je ne me suis jamais fait pincer car je ne laisse jamais d’indices, derrière moi. Pourtant, je vais quand même m’amuser, on va faire une jolie mise en scène pour ton chéri, m’expliqua-t-il avec un air de dément. »
« Tu es un homme m…, m’interrompis-je en entendant les clefs de Zane tourner dans la serrure. »

Je n’eus pas le temps de crier que Zane s’engouffra dans l’appartement. L’homme le visa immédiatement de son arme et je ne cherchais pas midi à quatorze à heures. Je m’élançais vers le type pour le renverser. J’entendis un coup de feu avant de le percuter. J’agissais en soldat, je ne réfléchissais plus que comme un assassin, je saisis son arme et la retournais immédiatement sur sa tête avant d’appuyer sur la détente. Son crâne explosa sur la moquette. Je tournais la tête pour voir si Zane allait bien et la vision me glaça d’effrois. Mon homme était au sol et ne se relevait pas. Je m’élançais dans sa direction. Son tee-shirt se couvrait de sang au niveau de son coeur. Je pris sa tête sur mes genoux alors que les larmes commençaient à couler sur mes joues. Ses magnifiques yeux bleus me fixaient avec une forte intensité et j’allais balbutier quelque chose lorsqu’il me coupa la parole.


« Je t’aime ma puce. »

Ses yeux s’éteignirent, ma vie bascula à tout jamais. Je ne peux vous dire la douleur que je ressentis à cet instant mais je peux juste vous dire que je venais de me faire arracher une partie de moi même, la partie la plus essentielle ces deux dernières années: mon coeur. La nuit tomba et je ne bougeais toujours pas. Mon cerveau ne fonctionnait plus, il ne voyait que le corps sans vie de Zane. Ce ne fut qu’après de longues heures, que je me traînais jusqu’au téléphone fixe. Je composais machinalement un numéro que je connaissais par coeur et je mettais le combiné à mon oreille.

« Général Gilles Sanzu, que puis-je faire pour vous? Demanda la voix professionnelle de mon père. »
« Papa… Commençais-je alors qu’un véritable sanglot me déchirait la voix et le coeur au passage. »
« Tally, ne raccroche pas, je localise ton appel et je viens te rejoindre, me supplia mon père. »

Je laissais tomber le combiné par terre. Mon père arrivait, je n’étais plus obligé d’agir. Il débarqua moins de deux heures plus tard en hélicoptère avec tout le reste de la section des soldats dont j’avais fait parti. Il regarda Zane avec effroi et l’enjamba avant de venir me rejoindre et de me serrer contre lui. Je m’écroulais littéralement et laissais mon cerveau se déconnecter pour ne plus avoir à souffrir. J’entendis juste la voix de mon père au loin.


« Prenez le corps du jeune homme près de l’entrée, inventez une histoire avec ce psychopathe et prévenez ses parents. »

La suite était très flou, on me ramena au Quartier Général à Londres, dans la maison où j’habitais avant avec mon père.. On m’avait ramené dans mon ancienne chambre, et tantôt je dormais, tantôt je fixais le mur devant moi. Je ne sais pas au bout de combien de jours, je finis par descendre dans le salon. Mon père était en train de lire le journal et il leva vivement la tête lorsque j’entrais dans la pièce. Sans un mot, je me glissais à ses côtés et posais ma tête contre son épaule. Il me déposa un bisous sur les cheveux et passa un bras autour de mes épaules.

« Comment te sens-tu? Me demanda-t-il. »
« Vide, répondis-je d’une voix devenue rauque par mon long silence et les larmes. »
« Je suis désolée ma chérie de mettre ça sur le tapis, mais l’enterrement de Zane a lieu cet après-midi et si tu veux y aller je t’accompagnerais. »
« Comment connais-tu son nom?
Demandais-je d’une voix lointaine. »
« Il ne m’a fallut que deux jours pour te retrouver quand tu es partie, commença à m’expliquer mon père. Je t’ai fait surveiller pour être sur que tu allais bien, je t’ai vu heureuse pour la première fois de ta vie, je t’ai donc laissé mener ta vie comme tu le voulais. »
« Merci,
fut tout ce que je réussis à dire à l’homme qui avait fait passer mon bonheur avant tout. »
« De ce que j’ai vu et de ce qu’on m’a rapporté, Zane était vraiment une bonne personne. C’est le genre de garçon qu’on veut pour sa fille. »

Les larmes coulèrent une nouvelle fois sur mes joues. Les paroles de mon père étaient les meilleurs que je pouvais entendre en cet instant. Il était formidable, je m’en rendais compte. J’étais partie l’après-midi même avec mon père faire un dernier adieu à mon âme soeur. Cette épreuve me changea à jamais et j’étais très reconnaissante à mon père pour m’avoir épauler.

Le reste de ma vie continua dans une espèce de colère et de tristesse perpétuelle. J’étais devenue la pire des dépressives et cela se traduisait par un tempérament de feu presque ingérable. J’intégrais définitivement et complètement la section de mon père. J’étais une véritable tueuse à gage et j’étais même devenue la meilleure dans la section. J’avais gardé un lien très fort avec mon père mais il faisait très souvent face à mes coups de gueule. Heureusement pour moi, avec son diplôme du meilleur papa, il ne m’en voulait jamais. Il avait même suffisamment confiance pour me laisser en tête de la section, j’étais le soldat de référence. J’avais même eu le droit à ma propre maison. Il me savait capable de vivre seul alors il m’avait offert une jolie petite maison. Le problème, c’était la nuit, je faisais constamment des rêves de Zane et le matin était trop dur à affronter.

Je ne voyais pas d’échappatoire à ma tristesse jusqu’en Janvier 1998. Pleins d’évènements bizarres se passaient à Londres, et un homme fut soupçonné de mener des attaques d’une violence rare sur des enfants. On me demanda de l’éliminer et tout bascula une nouvelle fois. J’avais essayé d’éliminer un mangemort loup garou, j’avais échoué. Je me retrouvais projeté dans un monde complètement inconnue, le monde de la magie et des démons. Tout me dépassait sans aucune exception. Heureusement, j’eus la chance de rencontrer un charmant jeune homme: Mathias Macnair. Il m’apprit tout ce que j’eus besoin de savoir sur le monde la magie et me projetta davantage dans cette nouvelle vie. J’adorais sa présence car elle me permettait d’oublier un peu ma tristesse. Mathias était un homme très marrant en fait, les choses semblaient lui tomber dessus sans qu’il n’ait besoin de bouger le petit doigt. La vie fit qu’on se mit rapidement ensemble mais on était très loin de la merveilleuse relation que j’avais avec Zane. On avait une relation en dents de scie et c’était presque insupportable. J’appréciais la présence de Mathias mais je restais amoureuse de Zane encore et toujours. Mathias finit par me quitter à cause de cette relation tumultueuse et l’enfer revint dans ma vie. Sa présence me donnait une échappatoire à l’horrible absence de mon âme soeur et il me l’enlevait. Pourtant, je ne fis pas beaucoup d’efforts pour le retenir car je savais très bien qu’il ne pourrait jamais remplacer Zane. Je devais me résoudre à l’idée que j’avais perdu mon âme soeur.

Malheureusement, le mangemort que j’avais tenté de tuer m’avait retrouvé et je ne savais pas comment lui échapper. Je n’eus pas d’autres choix. J’appelais Mathias en catastrophe, sans lui donner les vraies raisons de ma demande, je ne tenais pas à le mettre en danger. J’allais le rejoindre pour lui demander de l’aide avec le loup garou, lorsque ce dernier surgit de nulle part. Il s’en prit violemment à Mathias et ce n’est que bien plus tard que j’appris la transformation de Mathias en loup garou. Le loup garou m’emmena auprès d’un certain Alejandro. Ce vampire me fit faire un serment inviolable qui me projeta dans une guerre dont je n’avais même pas conscience. Il me fit porter allégeance à Seytan.

Je ne comprenais vraiment rien à ce qui se passait mais Alejandro finit par venir me revoir un soir en me demandant de bien vouloir héberger un jeune homme qui se transformait en dragon. C’est ainsi que Kyô Wentz vint habiter chez moi. J’avais très mauvais caractère mais alors lui c’était quelque chose. Mon dieu, ce mec semblait constamment en colère mais mon nouveau colocataire arrivait souvent à me faire oublier ma tristesse. Il me permettait parfois d’oublier cette tristesse qui me broyait le coeur en permanence. Kyô fut en quelque sorte mon sauveur. Je lui expliquais un soir à quel point, j’en avais marre de me sentir aussi mal, et que je ne voyais pas vraiment de futur heureux dans ma vie. Ce soir là, il me conseilla d’invoquer Paris, le démon de la luxure, et de devenir succube. C’est ce que je fis le lendemain soir. Je devais laisser ma vie et cette absence de Zane qui me rongeait de l’intérieur, derrière moi. Tout du moins, c’est ce que je crus en l’invoquant. Quelques secondes après la fin de l’incantation, le corps de Zane apparut devant moi. Mon corps se mit à trembler des pieds à la tête. Que faisait-il ici?


« Que veux-tu Tally Youngblood? Me demanda la voix de Zane avec un accent séducteur que je ne lui connaissais pas. »
« Vous êtes Paris? Demandais-je surprise. »
« Bien sur, c’est bien moi que tu as demandé? Me dit-il en tournant autour de moi. »
« Oui mais vous ressemblez tellement à un homme que j’ai connu, balbutiais-je. »
« Cet homme est ton fantasme le plus profond et je prends toujours l’apparence des fantasmes de mes victimes, m’expliqua-t-il avec un sourire séducteur. »

J’en restais bouche bée et je me figeais une nouvelle fois sur place. Cette apparence me perturbait au plus au point. C’était la première fois depuis des années que je voyais ce visage qui était capable de faire chavirer mon coeur.


« Que veux-tu très chère? Me demanda Paris en me caressant le visage. »
« Je ne veux plus souffrir de l’absence de votre apparence. Je ne veux plus jamais rien ressentir de cette tristesse, répondis-je alors qu’une larme coulait sur ma joue droite. »
« Tu es sure de ton choix? M’interrogea Paris en essuyant la larme sur ma joue. »

En guise de réponse, je hochais simplement de la tête. C’était le choix le plus décisif que je pris dans ma vie mais c’était aussi le meilleur.


« Mademoiselle Tally Youngblood, acceptez-vous de devenir succube et de me servir Seytan et moi même pour l’éternité? Formula Paris d’une voix très professionnelle.
« J’accepte, répondis-je d’une voix décidée.

Paris déposa ses lèvres sur les miennes. Je sentis une puissante énergie se répandre dans mon corps et tout éliminer sur son passage. Avant que je puisse comprendre que j’étais en train de mourir, je m’écroulais dans les bras de Paris avec comme dernier vision, le magnifique visage de Zane, mon âme.

Voilà, vous savez exactement comment je suis morte. Ce ne fut pas le jour de ma mort, ce fut le jour de ma renaissance, le jour où je mis vraiment à vivre réellement, le jour où je pus voir le monde tel qu'il était, un énorme terrain de jeux. Je m’éveillais dans mon canapé, Paris était assis sur le bord du canapé et était penché au dessus de moi. Sa main caressait mes cheveux.


« Voilà mon magnifique et adorable succube, s’exclama-t-il en m’aidant à me relever. »

Je le laissais me guider vers un miroir qui se trouvait sur le mur. Mon reflet me laissa sans voix. J’étais devenue une véritable bombe atomique. Toutes les imperfections avaient été effacées de mon visage, j’avais de magnifiques lèvres rouges et pleine à faire pâlir de jalousie blanche-neige. Mes yeux étaient d’un bleus électriques prêt à envoûter n’importe quel homme ou femme. Je caressais mes longs cheveux ondulés couleurs chocolats qui étaient devenus si doux et si soyeux. Je me tournais vers Paris, les yeux émerveillés par ce changement.


« Tu es le meilleur, dis-je à Paris avec un magnifique sourire. »

Je finis même par remarquer le plus surprenant, je n’avais plus mal. En fait, je n’avais plus rien à faire de rien. Je me sentais bien et vivante. C’était un véritable miracle et le jeu de la séduction pouvait commencer.


« Bienvenue dans le clan des meilleurs, me félicita Tally. »

Le regard de Paris était très intense et on était vraiment très proche. Une proximité qui me plaisait et ne me dérangeait pas. C’était donc ça ma nouvelle vie, je signais tout de suite une nouvelle fois. Avec ma nouvelle audace et ma nouvelle assurance, je glissais une main derrière la nuque de Paris et lui offrit le meilleur baiser que j’eus donné de ma vie. Autant vous dire que le démon de la luxure se laissa aller avec moi et m’offrit la meilleure nuit de toute ma vie. J’appris énormément à son contact. Le matin, tandis qu’on se rhabillait après une nuit riche en sensation, Paris m’informa d’un nouveau projet.


« Je t’envois un incube pour qu’il te forme et t’aide dans ta nouvelle vie. Je pense que tu vas l’adorer. Et je reviendrais très rapidement vers vous deux car je suis en train de monter un grand projet pour les succubes et les incubes et je pense que vous serez parfaits pour ce projet, m’annonça-t-il avec un sourire plein de fierté. »

Cette nouvelle me mit en joie et j’étais impatiente de voir ce qu’il me préparait. Mon mentor arriva une heure plus tard en frappant à ma porte. Chester Hölle était donc mon nouveau mentor. Il était divin si vous voyez ce que je veux dire. Je comprenais très rapidement pourquoi Paris me l’avait envoyé. Chester était quelqu’un de très fourbe et il était le beau parleur par excellence. Son métier d’incube, il le faisait à la perfection, un mot à une fille et elle tombait dans ses bras. Il avait dû en briser des coeurs ce tombeur.

En quelques heures à peine, on s’entendait comme cul et chemise et il ne nous fallut pas longtemps pour former un duo du tonnerre et inséparable. On s’entendait vraiment bien, on se complétait vraiment bien au niveau des caractères. On était deux menfoutistes qui jouaient avec la vie d’autrui, qui chassaient tout et n’importe quoi et surtout qui voyaient le monde comme un énorme terrain de jeu. Le plus facile dans cette histoire, c’est qu’il n’y avait pas de situations ambigus entre nous, si on avait envie de se sauter dessus, on le faisait et si on voulait coucher avec quelqu’un d’autre, on le faisait aussi car c’était naturel pour nous.

Le pauvre Kyô allait devoir supporter la présence de Chester car on passait la plupart de notre temps ensemble, il tentait de me donner un enseignement digne de ce nom et j’étais très bonne élève. Il m’arrivait encore de rendre visite à mon père, une fois de temps en temps pour une mission où deux car je voyais certains avantages à ce métier mais on se voyait beaucoup moins. Notre lien avait pâti de ma transformation mais il ne dit rien, trop content de me voir sourire de nouveau.

Voilà mon histoire et croyez moi elle est loin d’être fini.
Derrière l'écran

Ici Tally  Happy 1  et je joue aussi Nymphadora. J'ai 24 ans et je vais bientôt en avoir 25. Et je suis vraiment heureuse de reprendre cette aventure avec vous  Amour  


_________________
Sauras-tu résister à la tentation, Invité ?


Dernière édition par Tally Youngblood le Dim 12 Fév - 18:26, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Bon c'ets pas comme si tu venais de t'inscrire mais la fiche officialise le personnage alors bienvenue à toi Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 288
Date d'inscription : 27/12/2016
avatar
Re-bienvenue Tally, hâte de relire ta fiche Amour Calin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 25
Messages : 197
Date d'inscription : 27/09/2016
avatar
Merci à vous deux Coeur Je viens à peine de commencer ma fiche mais j'essaie de réunir mes idées ici Laughing

_________________
Sauras-tu résister à la tentation, Invité ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 432
Date d'inscription : 05/10/2016
avatar
Ma rivale Twisted Evil Laughing Hâte de lire ta fiche ma chère Tally bon courage !! I love you

_________________
~ Le loup qui appartient à une bonne meute n'est jamais seul ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 25
Messages : 197
Date d'inscription : 27/09/2016
avatar
Tally: Ta rivale Shocked Shocked C'est trop d'honneur que tu me fais pour un mec qui ne m'intéresse plus Laughing Laughing Laughing

T'inquiète Leah j'y travaille j'y travaille mais il y avait tellement de boulot pour reprendre l'ancienne que je suis repartie de zéro Laughing

_________________
Sauras-tu résister à la tentation, Invité ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 227
Date d'inscription : 28/12/2016
avatar
550 de large
Bien joué, t'es validé-e
Des petits liens pour t'aider


Eh bien, tu as bien fait de prendre ton temps pour faire la fiche *-*. J'ai adoré la lire Amour Ëtre transportée dans sa tête, en utilisant la première personne, c'est une super idée, on se sent vraiment avec elle et on la comprend beaucoup mieux Amour On sait pourquoi elle arrive à prendre de telles décisions et c'est bien justifié ! Aussi, certains passages sont tellement tristes Sad Je savais d'avance le destin tragique de Zane, mais ça m'a quand même fait de la peine, la pauvre Sad Et j'avoue avoir aussi bien aimé Sanzu haha ! (pourtant avec Mathias c'était pas gagné d'avance xD) Franchement, rien à y redire Very Happy J'ai vraiment passé un bon moment à lire ta fiche ! J'ai qu'une hâte, de la voir en action avec toute sa petite bande de nouveaux copains ! cheers cheers

Une femme, plutôt petite, s’avance vers Invité. Elle porte un tailleur, est coiffée d’un chignon et observe le nouvel arrivant à travers ses lunettes rectangulaires. Malgré une allure stricte, elle aborde un visage sympathique.

Bienvenue Invité sur Necronomicon.
Je suis une représentante de l’administration, et je suis là pour vous apporter toute l’aide nécessaire à votre installation. Il est important que chacun se sente à son aise, sorcier, moldu, ou autre.
Suivez-moi, je vous prie, nous allons commencer la visite.

Elle s’avance vers un couloir, laissant derrière elle le son de ses talons aiguille.

Derrière cette porte, vous trouverez le règlement de Nécronomicon . Lisez-le bien afin d’être validé(e). De ce côté-ci se trouve le département de renseignements . Ce département est très complet et donnera toutes les informations nécessaires : le contexte et ses annexes, les intrigues et leurs évolutions, etc.

Elle se tourne un temps vers Invité afin de s’assurer qu’elle est bien suivie lorsqu’elle change de couloir, et que cette personne ne semble trop perdue sous les informations.

Passons le département d’identification – vous avez eu, ou vous aurez, toutes les informations lors de votre inscription. Continuons plutôt vers les choses plus utiles. Afin de mieux vous intégrer, vous pouvez consulter le service d’urbanisme pour demander un logement. Vous trouverez également le département de l’emploi afin de voir quels sont les emplois à pourvoir.
Bien. Avançons.

Elle reprend la visite et se dirige cette fois-ci vers un couloir plus petit.

Si vous cherchez à créer des liens avec nos résidents déjà présents, le salon de rencontres sera idéal. N’hésitez pas à vous y rendre.
Pour plus de détails (le signalement des absences, des propositions d’idées, etc.), merci de consulter le guide de bienvenue .

Elle tend la main vers un petite table où repose plusieurs exemplaires du guide de bienvenue.

Il reste une dernière étape pour pouvoir entrer en territoire britannique. Une fois le règlement signé et votre fiche de présentation remise, vous pourrez passer la Commission du sang. Rassurez-vous, vous ne devrez tuer personne. Il s’agit de votre premier RP, cela a pour but de vous aider à vous intégrer. C’est un passage imposé par le nouveau gouvernement de Pius Ticknesse dans le jeu. Mais entre nous, vous n’y êtes pas obligé(e). Vous vous doutez de l’objectif du nouveau Ministère et s’y rendre peut se révéler risquer selon votre ascendance.

Elle sourit une dernière fois à Invité avant de le laisser partir.

Je vous souhaite à nouveau la bienvenue sur Necronomicon. Et bon jeu.






©️ Narja - Never-Utopia

_________________



Are you insane like me ?

I think there's a flaw in my code. These voices won't leave me alone Well my heart is gold and my hands are cold | ©️ Vent Parisien



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Âge : 25
Messages : 197
Date d'inscription : 27/09/2016
avatar
Merci beaucoup Kurt Embarassed ça fait vraiment plaisir Happy 1

C'est vrai que j'ai mis du temps mais je n'ai pas su remanier l'ancienne donc j'ai dû repartir de zéro mais en tout cas merci pour les compliments Amour

_________________
Sauras-tu résister à la tentation, Invité ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 432
Date d'inscription : 05/10/2016
avatar
Re-bienvenue Tally Amour Moi aussi j'ai eu beaucoup de plaisir à lire ta fiche !! je t'avoue que l'ancienne est assez loin dans ma mémoire et je ne vais pas aller m'amuser à comparer Laughing mais j'ai senti une Tally plus maitrisée et comme dit Coco, on comprend totalement le pourquoi du comment des choix qu'elle fait grâce à cette manière d'écrire Amour toute cette histoire m'a rendue triste pour Zane mais surtout pour Tally !! en tout cas j'espère qu'elle va bien s'amuser dans sa nouvelle vie Amour

_________________
~ Le loup qui appartient à une bonne meute n'est jamais seul ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 25
Messages : 197
Date d'inscription : 27/09/2016
avatar
Merci beaucoup pour les compliments Leah Coeur et ne t'en fais pas je pense qu'elle va beaucoup s'amuser dans sa nouvelle vie Laughing

_________________
Sauras-tu résister à la tentation, Invité ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Tally Youngblood [Succube]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Loterie Dean Youngblood
» Épreuve d'une succube
» Eräzelith, une Neo Succube prête à tout dévorer.
» Quand la sirène devient une succube ... { Solo }
» Tally Man

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nécronomicon :: Entrée en territoire Britannique :: La commission d'enregistrement :: Les présentations validées-